Aller au contenu principal

Interview
Philippe Dufour : « 1 300 élèves sont attendus pour les Rencontres Made in viande »

Philippe Dufour, président d’Interbev Île-de-France, a rencontré le Président Emmanuel Macron le 1er mai. Il revient sur cette entrevue et sur l’actualité de l’interprofession viande.

Philippe Dufour.
Philippe Dufour.
© P.V. - Horizons

Horizons : Comment avez-vous rencontré le Président de la République, Emmanuel Macron ?

Philippe Dufour : C’était lors du 1er mai. La tradition veut que ce jour-là, les artisans lui présentent leurs vœux en apportant un bouquet de muguet et le résultat de leur production. Il y a donc beaucoup de métiers de bouche. Je connais Stéphane Layani, président de la Semmaris, qui m’a repéré dans la foule des invités et m’a fait passer le cordon pour aller aux côtés des personnalités. Il m’a présenté à Emmanuel Macron.

Que lui avez-vous dit ?

Je lui ai parlé de la filière viande que je représente, en tant qu’éleveur de blondes d’Aquitaine et président d’Interbev Île-de-France.

Emmanuel Macron était à côté d’un train de côtes de limousine. Je lui ai expliqué que c’était long et cher à produire — environ dix mois. J’ai aussi abordé la loi Egalim 2 et le fait que sa réussite soit incertaine dans le contexte actuel. L’inflation est pour tous, c’est compliqué pour les consommateurs et pour les éleveurs. Si on veut que les gens continuent à manger sain, il va falloir agir.

De plus, j’ai évoqué la transmission des exploitations agricoles, un sujet qui me concerne. J’ai 60 ans et je voudrais transmettre mon exploitation. Cela risque d’être difficile car la passion ne suffit pas, il faut la rémunération. L’échange a duré trois ou quatre minutes.

Quelle a été sa réaction ?

Il m’a répondu qu’il était conscient de ces problèmes et m’a demandé ce qu’il semblait bon de faire. Des choses sont faites, et une grande place a été laissée à la formation durant cette cérémonie. C’était la troisième fois que j’allais à l’Élysée, et j'avais déjà parlé au Président à Cournon-d'Auvergne (Puy-de-Dôme), au Sommet de l’élevage.

Vous êtes aussi le président d’Interbev Île-de-France. Pouvez-vous nous en dire plus sur les Rencontres Made in viande ?

Les Rencontres Made in viande se tiennent du 11 au 18 mai. 1 300 enfants du primaire au secondaire sont attendus. On espère pouvoir accéder à ­Rungis cette année. Éleveurs, bouchers, cuisines centrales ou encore restaurants ouvrent leurs portes afin de montrer ce qu’est la filière viande en Île-de-France.

Quel est l’objectif de cet événement ?

C’est avant tout un travail pédagogique. L’an passé, on offrait une maquette aux enseignants pour qu’ils puissent l’utiliser en classe après la visite. Un cours est dispensé en amont et en aval de la visite par les instituteurs, c’est un réel projet scolaire. On veut montrer qu’il y a un engagement sociétal, économique et environnemental derrière l’élevage.

En 2021, c’était un vrai succès.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Philippe Girardot.
« Entretien des jachères en Seine-et-Marne : une seule et même date d’interdiction pour tout le département, du 10 mai au 1er juillet »
Le président de la commission faune sauvage de la FDSEA 77, Philippe Girardot, explique l'harmonisation les dates d’…
Marc Langé quitte la présidence de l'AIEL.
Irrigants : « J'ai annoncé que je me retirais de la présidence de l'AIEL »
L'assemblée générale de l'Association des irrigants d'Eure-et-Loir (AIEL) s'est déroulée le 25 mars à Chartres. Le point…
À La Boissière-École (Yvelines), le 14 mars. La responsable d'élevage de la Ferme de la Tremblaye, Bérénice Giot, a largement participé à la conception des nouveaux bâtiments de l'atelier bovin.
Ferme de la Tremblaye : une révolution opérée grâce aux nouveaux bâtiments
Au confins de l'Eure-et-Loir et des Yvelines, la Ferme de la Tremblaye a déménagé tout son cheptel bovins dans des bâtiments…
À Chaingy (Loiret), jeudi 14 mars. La FNSEA 45 a organisé une rencontre
pour mettre à l'honneur la filière orge brassicole.
Du grain d'orge à la bière, les coulisses d'une réalité agricole
À l'occasion de la Saint-Patrick, la FNSEA du Loiret a mis en lumière la filière orge brassicole. Rendez-vous était donné à la…
[VIDÉO] Arnaud Rousseau réagit après le congrès FNSEA
À l'issue des trois jours de congrès qui se sont achevés par un discours du ministre de l'Agriculture, Marc Fesneau, jeudi 28…
« Betteraves 2024 : des semis sous pression »
Jean-Philippe Garnot, président de la CGB* Île-de-France, alerte sur l'absence de solutions face à la jaunisse virale de la…
Publicité