Aller au contenu principal

Interview
Philippe Dufour : « 1 300 élèves sont attendus pour les Rencontres Made in viande »

Philippe Dufour, président d’Interbev Île-de-France, a rencontré le Président Emmanuel Macron le 1er mai. Il revient sur cette entrevue et sur l’actualité de l’interprofession viande.

Philippe Dufour.
Philippe Dufour.
© P.V. - Horizons

Horizons : Comment avez-vous rencontré le Président de la République, Emmanuel Macron ?

Philippe Dufour : C’était lors du 1er mai. La tradition veut que ce jour-là, les artisans lui présentent leurs vœux en apportant un bouquet de muguet et le résultat de leur production. Il y a donc beaucoup de métiers de bouche. Je connais Stéphane Layani, président de la Semmaris, qui m’a repéré dans la foule des invités et m’a fait passer le cordon pour aller aux côtés des personnalités. Il m’a présenté à Emmanuel Macron.

Que lui avez-vous dit ?

Je lui ai parlé de la filière viande que je représente, en tant qu’éleveur de blondes d’Aquitaine et président d’Interbev Île-de-France.

Emmanuel Macron était à côté d’un train de côtes de limousine. Je lui ai expliqué que c’était long et cher à produire — environ dix mois. J’ai aussi abordé la loi Egalim 2 et le fait que sa réussite soit incertaine dans le contexte actuel. L’inflation est pour tous, c’est compliqué pour les consommateurs et pour les éleveurs. Si on veut que les gens continuent à manger sain, il va falloir agir.

De plus, j’ai évoqué la transmission des exploitations agricoles, un sujet qui me concerne. J’ai 60 ans et je voudrais transmettre mon exploitation. Cela risque d’être difficile car la passion ne suffit pas, il faut la rémunération. L’échange a duré trois ou quatre minutes.

Quelle a été sa réaction ?

Il m’a répondu qu’il était conscient de ces problèmes et m’a demandé ce qu’il semblait bon de faire. Des choses sont faites, et une grande place a été laissée à la formation durant cette cérémonie. C’était la troisième fois que j’allais à l’Élysée, et j'avais déjà parlé au Président à Cournon-d'Auvergne (Puy-de-Dôme), au Sommet de l’élevage.

Vous êtes aussi le président d’Interbev Île-de-France. Pouvez-vous nous en dire plus sur les Rencontres Made in viande ?

Les Rencontres Made in viande se tiennent du 11 au 18 mai. 1 300 enfants du primaire au secondaire sont attendus. On espère pouvoir accéder à ­Rungis cette année. Éleveurs, bouchers, cuisines centrales ou encore restaurants ouvrent leurs portes afin de montrer ce qu’est la filière viande en Île-de-France.

Quel est l’objectif de cet événement ?

C’est avant tout un travail pédagogique. L’an passé, on offrait une maquette aux enseignants pour qu’ils puissent l’utiliser en classe après la visite. Un cours est dispensé en amont et en aval de la visite par les instituteurs, c’est un réel projet scolaire. On veut montrer qu’il y a un engagement sociétal, économique et environnemental derrière l’élevage.

En 2021, c’était un vrai succès.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
À Cergy (Val-d'Oise), lundi 28 novembre. De gauche à droite, Vincent Hornet, Audrey Chantepie et Florian Léchaudé décrivent leur quotidien difficile.
Les producteurs de la plaine maraîchère de Cergy en plein désarroi
Le long de l'Oise, la plaine maraîchère de Cergy (Val-d'Oise) compte huit producteurs qui exploitent environ 80 hectares. Depuis…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
De g. à d.	: Samuel Vandaele, Olivier Barnay, Christophe Hillairet, Marc Guillaume et Guillaume Lefort.
Les chambres d'Agriculture engagent un rapport de force avec l'État
La session d'automne de la chambre d'Agriculture de région Île-de-France s'est tenue le 29 novembre à Paris sur fond de tensions…
Lundi 28 novembre, à Chartres. Le président de la chambre d'Agriculture des Deux-Sèvres, Jean-Marc Renaudeau, a été invité en session pour expliquer ce qui se passe autour des projets de retenues de substitution.
Le débat autour des bassines dans les Deux-Sèvres s'invite en session Chambre d'Eure-et-Loir
L'ultime session de l'année des membres de la chambre d'Agriculture d'Eure-et-Loir se déroule le 28 novembre sous la houlette de…
Publicité