Aller au contenu principal

« 10 de conduite rurale » : les futurs agriculteurs et la sécurité routière

Dans le cadre de l’opération nationale « 10 de conduite rurale », cinq CRS dédiés sont venus former les jeunes du lycée agricole de Montoire aux règles de conduite et à la sécurité routière.

Face à des jeunes de quatorze à dix-huit ans en lycée agricole, il y a déjà quelques défauts à corriger : mettre sa ceinture, regarder dans les rétroviseurs, respecter la signalisation, descendre du tracteur en marche arrière et non en marche avant…

Dans le cadre de l’opération « 10 de conduite rurale », les CRS sont venus au lycée agricole de Montoire du 21 au 23 juin afin se sensibiliser ces futurs agriculteurs aux règles de conduite d’un engin agricole mais aussi à la sécurité routière.

Cette mission nationale est organisée par la Police nationale depuis plus de quarante ans en partenariat avec Groupama, Claas et Total.

« Un accident grave peut avoir de lourdes conséquences jusqu’à la perte de l’exploitation agricole. Aujourd’hui, les jeunes n’ont pas de formation, les engins sont plus gros et vont plus vite qu’avant. La France est le seul pays européen où il n’y a ni code ni permis à passer pour conduire un engin agricole. En 1970, il y avait environ cinq mille accidents, aujourd’hui nous sommes entre 1 500 et deux mille par an », explique le Brigadier Pruvost.

Le 22 juin, cinq CRS dédiés à cette formation ont divisé la classe de première professionnelle en deux groupes : pendant que l’un suivait la partie théorique (alcool, vitesse ou encore réglementation et test de connaissances sur le Code de la route), l’autre s’essayait à la marche arrière avec un outil remorqué ou à la manipulation d’un chargeur frontal.

Lors de cette formation, les CRS ont noté les jeunes sur différents critères : Sébastien Aubry, en classe de seconde professionnelle CGEA (conduite et gestion de l’entreprise agricole), s’est qualifié pour la finale nationale qui aura lieu en septembre en Vendée.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
Vendredi 8 juillet, à Garancières-en-Beauce. Dans le cadre de l'entraide, Pascal Laya bat la parcelle de colza d'un ami.
L'Eure-et-Loir vit au rythme de la moisson
Depuis le début du mois, la pluie a cédé la place au grand bleu, la moisson bat son plein en Eure-et-Loir. Quelques tours de…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
Publicité