Aller au contenu principal

Manifestation
200 agriculteurs devant le Conseil d'État

La FNSEA Grand bassin parisien a manifesté le 14 décembre devant le Conseil d'État pour dire son incompréhension et sa colère après l'avis rendu sur les Zones de non-traitement (ZNT).

C'est un véritable coup de force que les agriculteurs ont mené mardi 14 décembre devant le Conseil d'État à Paris. Au petit matin, devant l'institution, près de 200 agriculteurs venus de tous les départements du Grand bassin parisien ont débarqué plaques de tôle, palettes, terre, paille et ont allumé un feu.

En l'absence des forces de l'ordre durant près d'une heure, les élus agricoles des différents départements ont pris le temps de s'exprimer. « Nous avons le sentiment que le Conseil d'État est devenu un deuxième gouvernement et notre incompréhension est totale vis-à-vis des décisions prises », a scandé le président de la FNSEA Grand bassin parisien, Damien Greffin, évoquant l'annulation par le Conseil d'État du décret sur les Zones de non-traitement l'été dernier. « Le principe de précaution est devenu un principe d'inaction et ces gens-là n'ont pas conscience de la proportionnalité de leur décision, a t-il ajouté. Avec le délai de prévenance, il faudrait contacter tous les riverains à chaque fois qu'on sort un tracteur. Mais y a t-il des gens qui savent de quoi ils parlent ? ».

68 gardes à vues

Après ce temps d'échanges, les manifestants ont été encerclés par les forces de l'ordre dans une atmosphère qui s'est rapidement tendue. Après plus d'une heure de face-à-face, 73 exploitants agricoles ont été interpellés et 68 ont été placés en garde à vue. Le motif invoqué serait le non-respect des sommations de dispersion, rapporte la FNSEA Grand bassin parisien. « Certes, on n'avait pas déclaré ce rassemblement, mais on n'a commis aucune dégradation, a expliqué Damien Greffin. On expliquait qu'on allait s'en aller vers 8 h 30 quand on a été encerclés puis arrêtés, pour vérifier nos identités ».

Dans un communiqué paru le 14 décembre vers 16 heures, la fédération menaçait de bloquer les axes routiers et les voies de chemin de fer dans la région dès le soir-même si les gardes à vue n'étaient pas levées. L’ensemble des départements de la FNSEA Grand bassin parisien avait relayé cet appel. Une menace mise à exécution dans certains secteurs dont Maule (Yvelines) et Étampes (Essonne). En Seine-et-Marne, dès 18 h 30, des tracteurs des secteurs de Provins et de Fontainebleau ont également mis ces menaces à exécution en organisant une opération escargot au niveau des ronds-points à l’entrée de ces villes.

La journée a finalement trouvé son épilogue peu après 19 heures avec la libération des derniers agriculteurs des départements du Nord bassin parisien retenus en garde à vue. Plusieurs d'entre eux ont témoigné de « situations dégradantes inacceptables sur le plan humain ».

Dans un communiqué paru en fin de journée, la chambre d'Agriculture de région Île-de-France s'est émue de la situation : « Les gardes à vues ont été pour bon nombre d’agriculteurs et responsables syndicaux humiliantes. Cette réponse policière semble démesurée, injustifiée et très sévère en comparaison d’autres actions plus violentes et haineuses vis-à-vis de la République ».

Les organisations syndicales sont, elles, abasourdies par la situation : « Les agricultrices et agriculteurs sont montés en toute confiance dans les véhicules de police, sans aucune résistance. Si les forces de police voulaient ''se faire'' le monde agricole, c’est réussi. Mais, la profession le répète : Cela ne les arrêtera pas dans la défense de leur métier ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Bertrand Petit, président de la FNSEA 28.
« S’engager ensemble en 2022 »
Le président de la FNSEA 28 et le président de la FNSEA CVL présentent leurs vœux pour cette nouvelle année.
Le 9 décembre, à Orléans (Loiret). Le président du groupe Axéréal, Jean-François Loiseau (à d.), et son directeur général, Paul-Yves L'Anthoën, sont revenus sur un exercice 2020-2021 compliqué.
Une campagne 2020-2021 atypique pour le groupe Axéréal
Le groupe coopératif Axéréal s'est réuni en assemblée générale le 9 décembre à Orléans (Loiret). Retour sur un exercice 2020-2021…
Florent Leprêtre, président de la FNSEA CVL.
Les vœux des présidents
Florent Leprêtre, président de la FNSEA Centre-Val de Loire, présente ses vœux en cette nouvelle année 2022. Tout comme Didier…
« 2022 : dans l’espoir du retour au bon sens paysan »
Damien Greffin, président de la FRSEA Île-de-France, Christophe Hillairet, président de la chambre d’Agriculture de région Île-de…
Vincent Michelet, agriculteur dans le Vendômois, est membre du bureau d'Axéréal.
Tour d'actualité d'Axéréal
Le groupe coopératif Axéréal a tenu son assemblée générale le 9 décembre. Vincent Michelet, président de la section Grand-Ouest…
Agriculteur en bout de champ.
Recensement agricole de 2020 : premiers résultats pour l’Île-de-France
Les premiers résultats du recensement 2020 sont publiés. L’Île-de-France compte 4 425 exploitations agricoles dont la SAU moyenne…
Publicité