Aller au contenu principal

Coopératives
2020-2021 : une année « inédite » pour la coopérative de Boisseaux

La coopérative céréalière de Boisseaux a tenu son assemblée générale mardi 14 décembre à Angerville. L’occasion pour la structure de faire le bilan de l’exercice 2020-2021 et d’honorer enfin le départ du directeur général historique, Xavier Thirouin.

La récolte 2020 s’est avérée moyenne pour la coopérative de Boisseaux avec une baisse de la collecte de 11 % par rapport à l’année record 2019. Cette moisson reste tout de même une bonne surprise aux vues des condition d’implantations. Quant à 2021, elle se révèle être une « année inédite sur bien des points, souligne Frédéric Ozanne, directeur général de la coopérative. Cette année est inédite par sa durée de moisson s’étalant en exagérant à peine du 1er juillet au 15 novembre, inédite par ses difficultés d’approvisionnement en gaz pour le séchage du maïs et inédite par la fluctuation des prix des matières premières ». La qualité et la quantité de la récolte sont moyennes.

Les investissements

Au cours de l'exercice, de nombreux investissements ont été réalisés par la coopérative, notamment la construction d’un nouveau silo dédié aux Cultures raisonnées contrôlées (CRC) (voir nos éditions des 10 et 17 décembre dernier). Ce silo, mis en route au 1er juillet 2020, a permis de doubler la production de blé CRC de la coopérative. Des tourelles d'extraction ont également été installées pour le silo 5, ainsi que des colonnes sèches pour les silos 3 à 5 et le séchoir.

Évolution du cahier des charges CRC en SRP

Pour aller plus loin dans sa démarche environnementale, la coopérative ainsi que neuf agriculteurs se sont portés volontaires pour la production et la collecte de blé tendre CRC Sans résidus de pesticides (SRP). « Nous conservons le cahier des charges CRC et nous y ajoutons des procédures de nettoyage du matériel ainsi que des analyses de résidus, précise Christophe Guerton, vice-président de la coopérative. Grâce à ce processus, nous arrivons à des qualités tout à fait intéressantes et prometteuses pour demain ». Au printemps 2022, 500 molécules de produits phytosanitaires seront analysées pour déterminer si les moyens mis en place par les agriculteurs et la ­coopérative sont concluants. « Nous avons fait le choix de tester cette pratique avant de définitivement nous engager afin d'être prêts à éventuellement proposer ce genre de produits à nos clients. »

Label bas-carbone et nouveaux barèmes

« Souvent montrée du doigt pour ses émissions de gaz à effet de serre, l'agriculture est pourtant une solution pour capter du carbone par le biais des couverts végétaux », affirme Frédéric Ozanne. En ce sens, cette année la coopérative a démarré des essais dans le cadre de la filière Heineken avec des semis de couverts avant la récolte. Le but étant d'obtenir des couverts qui se développent très tôt après la récolte pour ainsi capter un maximum de carbone. « Le taux de réussite reste aléatoire en fonction des parcelles, précise le directeur général. Il y a encore du travail à fournir sur ce sujet. »

Le 14 août dernier, le conseil d’administration de la coopérative a défini de nouveaux barèmes pour tenir compte de la rencontre du marché avec les qualités de l’année. En décembre, le conseil d’administration les a révisés à la baisse, ceux-ci s’étant avérés trop sécuritaires pour la coopérative. Le barème PS des orges brassicoles a ainsi été supprimé et le PS blé a été diminué de moitié. Les premiers compléments de prix seront versés aux agriculteurs concernés début janvier. Enfin, Frédéric Ozanne assure que les contrats triennaux McDonald's, devenus une institution à Boisseaux, sont en cours de négociation et seront de nouveau proposés aux adhérents. L’évolution des coûts de production est au centre des discussions.

Départ de Xavier Thirouin

L’assemblée générale s’est terminée par la venue de la famille de Xavier Thirouin, ancien directeur général de la coopérative. L’ensemble de la structure tenait à célébrer comme il se doit et en présentiel son départ en 2020, après trente-deux ans d’activité. En décembre 2020, la plantation d'un tilleul mellifère, l’installation d’un hôtel à insectes et d’un perchoir à rapace au sein de la coopérative ont marqué symboliquement sa dernière journée d’entreprise… en faveur de la biodiversité. Et pour finir l’assemblée générale avec le sourire en ces temps parfois anxiogènes pour certains, Paulo l’humoriste a partagé un spectacle dynamique.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
La moisson est terminée dans le département et des tendances se dessinent, sans résultats définitifs pour l'instant.
Les tendances de la moisson en Loir-et-Cher
Les chiffres des rendements concernant les céréales sont chaque année grandement attendus. Frédéric Cadoux, conseiller grandes…
Publicité