Aller au contenu principal

900 ans d’histoire à Cadouin

L’abbaye de Cadouin (Dordogne) est un monument qui fut un lieu de pèlerinage pendant près de huit siècles en Périgord. Elle se compose d’une église romane abbatiale érigée au XIIe siècle et d’un cloître gothique flamboyant reconstruit au XVe siècle.

Cadouin est un petit village du Périgord historique, érigé en vieilles pierres ocre.

Au milieu du village, l’imposante église romane abbatiale du XIIe siècle jouxte le cloître. Ainsi accolés, ces monuments donnent une impression de grandeur face à la place du marché couvert.

Classée au patrimoine mondial de l’Unesco depuis vingt ans, cette abbaye cistercienne a été fondée en 1115 par Géraud de Salles.

Le cloître a été complètement détruit lors de la guerre de Cent Ans. Reconstruit à la fin du XVe siècle, il dispose d’une très belle architecture gothique flamboyante.

Au centre du cloître se trouve un jardin, entouré de galeries voutées. L’ensemble des voûtes du cloître sont ornées de sculptures représentant des scènes bibliques. On peut encore voir une fresque murale sur la galerie nord. L’église romane qui jouxte le cloître dispose donc d’une architecture différente, tant par ses voûtes rondes que par sa pierre ocre. 

Le cloître gothique a, quant à lui, été construit avec la pierre blanche du nord de la Dordogne.

Si l’abbaye de Cadouin est de renommée internationale, c’est parce qu’elle fut un lieu de pèlerinage pendant près de huit siècles.

En 1214, un linge arriva à l’abbaye. Il fut qualifié Saint Suaire, ayant entouré la tête du Christ. Les pèlerins affluèrent alors à Cadouin, étape du chemin de Compostelle.

Mais en 1935, une expertise affirma que le suaire n’était pas celui du Christ. Les pèlerinages s’arrêtèrent alors.

Malgré cette éclatante vérité, l’église et le cloître se visitent toujours et constituent un attrait touristique non négligeable pour le joli village de Cadouin.

Les plus lus

En Seine-et-Marne, le coup d'envoi de la moisson 2021 a été donné début juillet. Cette récolte, débutée tardivement, se déroule par intermittence en raison des nombreux épisodes pluvieux qui surviennent régulièrement depuis deux semaines.
En Île-de-France, la moisson tarde à s'enclencher
Manque d'ensoleillement, excès d'eau…, la moisson francilienne tarde à débuter. Les toutes premières récoltes ont eu lieu la…
Banderole "Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles" au bord d'une jachère fleurie en Seine-et-Marne..
« Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles »
Des exploitants agricoles de Seine-et-Marne affichent des banderoles près de leurs jachères fleuries.
Le 22 juillet, à Saulnières. Maxime Vecten est ravi de sa toute nouvelle ­moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250.
La récolte avec une géante : l'Axial Flow 9250 de Case IH
La société Duret vient de livrer une moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250. Petit tour aux côtés de son heureux…
Lorsqu'elle est pleine, la ­moissonneuse-batteuse peut peser jusqu'à 30 tonnes : la désembourber s'avère alors très compliqué.
Moissons : les agriculteurs s’embourbent dans le retard
Dans le Loiret, les premiers agriculteurs ont timidement commencé à récolter la semaine dernière mais la météo pluvieuse ne…
Les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume qui lie pompiers et agriculteurs.
Feux de chaume : agriculteurs et pompiers main dans la main
À l'aube de la moisson 2021, les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume signée…
Alexandre Pelé est le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves Centre-Val de Loire.
Quelles perspectives d’avenir pour la filière betteravière ?
Après l’annonce de Cristal Union d’un prix de la betterave à 30 euros/tonne, Alexandre Pelé, président de la Confédération…
Publicité