Aller au contenu principal

Installation
9 000 euros pour trois jeunes installés

Mercredi 13 avril, dans le cadre du fonds d’aide à l’installation, le service départemental de la Safer du Centre a remis six chèques de 3 000 euros à trois jeunes installés loirétains.

Le fonds d’aide à l’installation, initié par la Safer du Centre en partenariat avec le syndicat Jeunes agriculteurs de la région Centre il y a quelques années, permet d’alléger les charges d’accès au foncier grâce à la prise en charge d’une partie de l’investissement réalisé dans le foncier ou d’une partie du fermage dans le cas de locations. Mercredi 13 avril, à Orléans, en clôture de son comité technique, le service départemental du Loiret de la Safer du Centre a remis six chèques de 3 000 euros chacun à trois nouveaux installés.

Le fonds d'aide à l'installation

« Chaque année, plusieurs dizaines d’installations sont gérées par la Safer du Centre, précise David Sainson, directeur départemental d’Eure-et-Loir pour la Safer du Centre. Dès lors, qu’il s’agit d’une installation à titre principal, pour un candidat âgé de moins de 40 ans, la Safer du Centre accompagne son attributaire par la prise en charge de 10 % du montant de l’acquisition immobilière, ou du montant de fermage sur neuf ans, avec un minimum de 500 euros et un plafond de 2 000 euros (pouvant être majoré à 3 000 euros sous conditions) ». Ce jour-là, trois jeunes installés dans le Loiret se sont vus remettre ce fonds d’aide à l’installation d’une valeur de 3 000 euros.

Objectif : développer l’exploitation

À 25 ans, Baptiste Champdavoine fait partie de ces trois chanceux. Il relate son parcours : « Durant mon parcours scolaire, j’ai commencé par un BTS en alternance en gestion d’entreprise agricole. J'ai enchaîné par un master en commerce et gestion agricole. Je suis ensuite devenu technicien dans une coopérative. M’installer dans les années à venir faisait partie de mes projets. En 2019, un collègue m’a prévenu qu’une exploitation était en vente Safer. J’ai profité de cette opportunité pour postuler ». Ce Loir-et-Chérien d’origine s’est installé dans une exploitation en grandes cultures en agriculture biologique à Épieds-en-Beauce. « Je produis des oignons et des pommes de terre avec la Ferme de la Motte, une exploitation partenaire avec laquelle je travaille, détaille-t-il. Mon installation a été très rapide. Je me suis positionné sur le dossier en août 2019, j’ai obtenu une réponse positive en octobre et me suis finalement installé au 1er janvier 2020 ». Installé depuis plus de deux ans, ses objectifs sont de développer son exploitation, de réussir sa conversion en agriculture biologique et réussir ses produits. Ce fonds d’aide à l’installation de 3 000 euros lui permettra de constituer sa trésorerie.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
À Cergy (Val-d'Oise), lundi 28 novembre. De gauche à droite, Vincent Hornet, Audrey Chantepie et Florian Léchaudé décrivent leur quotidien difficile.
Les producteurs de la plaine maraîchère de Cergy en plein désarroi
Le long de l'Oise, la plaine maraîchère de Cergy (Val-d'Oise) compte huit producteurs qui exploitent environ 80 hectares. Depuis…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
De g. à d.	: Samuel Vandaele, Olivier Barnay, Christophe Hillairet, Marc Guillaume et Guillaume Lefort.
Les chambres d'Agriculture engagent un rapport de force avec l'État
La session d'automne de la chambre d'Agriculture de région Île-de-France s'est tenue le 29 novembre à Paris sur fond de tensions…
Lundi 28 novembre, à Chartres. Le président de la chambre d'Agriculture des Deux-Sèvres, Jean-Marc Renaudeau, a été invité en session pour expliquer ce qui se passe autour des projets de retenues de substitution.
Le débat autour des bassines dans les Deux-Sèvres s'invite en session Chambre d'Eure-et-Loir
L'ultime session de l'année des membres de la chambre d'Agriculture d'Eure-et-Loir se déroule le 28 novembre sous la houlette de…
Publicité