Aller au contenu principal

Acheter ses pommes de terre via un distributeur

Depuis quelques années, les distributeurs automatiques de produits agricoles se développent. Exemple à Coulommiers avec le distributeur de pommes de terre de la famille Fahy.

Installé rue des Longs sillons à Coulommiers – au sein de la zone industrielle -, le distributeur de pommes de terre attire l’œil des automobilistes de passage. Facile d’accès, ce distributeur propose les pommes de terre produites par Bertrand et Karine Fahy, exploitants agricoles à l’EARL du Lavoir à Saints.

Alors qu’ils ont fait le choix de ne pas avoir de magasin à la ferme, le distributeur leur offre l’opportunité de s’ouvrir vers les consommateurs.

Soixante sacs par semaine ont été écoulés depuis sa mise en service, le 7 octobre. Le réapprovisionnement est hebdomadaire en fin de semaine.

« Une fois les pièces insérées ou le règlement effectué par carte bleue, le client saisit le numéro de l’offre choisie (filets d’Agata en 5 et 10 kg et Bernadette en 5 kg), et son filet tombe via un système de tapis roulant. Il n’a plus qu’à prendre son filet », explique Karine Fahy, et cela sept jours sur sept à n’importe quelle heure.

Bertrand et Karine Fahy ont opté pour cette production qui semblait leur plaire et être adaptée à leur entreprise, comme le raconte la jeune agricultrice : « Les terres étaient vierges de cette culture. De mon côté, j’avais effectué un stage sur une exploitation qui en produisait et j’avais apprécié cette culture. Enfin, celle-ci permettait de valoriser le système d’irrigation présent sur l’exploitation quand mes beaux-parents produisaient des haricots mais qui n’était plus utilisé ».

La production de pommes de terre a débuté sur cette exploitation agricole en 2009 dans le cadre du projet d’installation de Bertrand Fahy. Il produit alors trente hectares de pommes de terre. Son projet d’installation inclut également la construction d’un frigo pour stocker 100 % de la production, l’investissement dans tout le système de plantation et d’arrachage. Il opte pour une commercialisation sur le marché libre à des négoces, son but étant d’être totalement indépendant.

Deux ans plus tard, son épouse Karine s’installe également avec la reprise d’une exploitation familiale.

Le couple monte alors la production de pommes de terre à cinquante hectares. Les variétés à chair tendre destinées au potage et à la purée (comme Agata) restent privilégiées.

En 2012, le couple investit dans un système de conditionnement afin de vendre leur production sous forme de big-bags. Ce système leur ouvre les portes de nouveaux marchés, notamment à l’export, le produit n’ayant plus besoin de passer par une usine de conditionnement.

Ils investissent également dans un système de conditionnement pour mettre la production en filet de 5 à 25 kg. Ils peuvent ainsi commercialiser leur production auprès des cueillettes et des restaurants du secteur.

Dans la foulée, ils obtiennent la certification Global Gap, une certification internationale pour les industriels et la grande distribution qui intègre les règles aussi bien sociales que liées à la production et au matériel.

Avec la mise en route de leur distributeur automatique, ils s’ouvrent à un nouveau type de clientèle : les particuliers, et touchent ainsi une large palette de prospects.

Les plus lus

Francis Tremblay
Le maraîcher Francis Tremblay nous a quittés
Le maraîcher francilien Francis Tremblay est décédé le 5 février à l'âge de 62 ans.
Circuits courts : des étudiants en mode projets
Dans le cadre de leur BTS au lycée agricole Sully à Magnanville (Yvelines), vingt-sept étudiants planchent sur les circuits…
Les Graines de mon village d’Ocquerre
Une graineterie, telle est la diversification développée par Hervé et Bruno Gautier, polyculteurs à Ocquerre (Seine-et-Marne).
Taurillons charolais
« Osons l’élevage » dans le Loiret : le projet est lancé
Plus de trente acteurs de l’agriculture du Loiret se fédèrent autour de la chambre d'Agriculture et de la coopérative Alysé pour…
MFR de Chaingy : la nouvelle directrice dévoile ses objectifs
Directrice de la MFR de Chaingy (Orléans) depuis septembre 2020, Émilie Gabion nous parle de ses missions au sein de l’…
Colza bas GES : une valorisation qui profite aux agriculteurs
Le groupe coopératif Scael a proposé à ses adhérents en 2020, des contrats pour valoriser au mieux du colza certifié bas GES…
Publicité