Aller au contenu principal

Agnès Tréguier : « Combiner les leviers de protection »

Agnès Tréguier, ingénieur Arvalis, explique aux parlementaires, le 25 septembre à Ouzouer-le-Marché (Loir-et-Cher), la problématique des bioagresseurs.

Le 25 septembre, à Ouzouer-le-Marché (Loir-et-Cher), devant des parlementaires du Centre-Val de Loire, Agnès Tréguier, ingénieur régionale à Arvalis, a parlé des bioagresseurs.

«  Ce sont des organismes vivants attaquant les plantes cultivées et susceptibles de provoquer des dégâts économiques  », a débuté l’intervenante.

Ainsi, les ravageurs occasionnent une perte de rendement de 12  % en maïs grain et de 4  % en maïs fourrage, soit un manque à gagner de 363 millions d’euros au niveau national  ! D’où cette question  : comment protéger les cultures  ?

«  Il faut combiner les leviers  », a répondu Agnès Tréguier.

Citons  : l’implantation des cultures, le choix des variétés, la régulation par d’autres insectes (exemple  : les coccinelles mangent les pucerons), les outils de caractérisation des risques (pièges, Bulletin de santé du végétal, etc.), la lutte physique (binage, etc.) ou par robot, les plantes service et les produits phytosanitaires.

«  En fonction des problématiques, on ne dispose pas systématiquement de solution dans chacun de ces groupes, a souligné l’ingénieur. On commence par la prévention, puis on diagnostique et on prodigue des soins  ». Il s’agit-là du schéma de la protection intégrée des cultures.

La scientifique a poursuivi  : «  Le changement climatique peut entraîner la disparition de bioagresseurs. Mais l’inverse est également vrai  : des bioagresseurs avaient quasiment disparu, si les solutions actuelles n’étaient plus mises en œuvre, ils pourraient réapparaître. Arvalis essaye d’anticiper et cherche des solutions  ».

Agnès Tréguier a conclu son intervention en ces termes  : «  L’idéal serait d’avoir des solutions pour tous les bioagresseurs. Dans certains cas, nous en avons une seule. Si celle-ci disparaît ou devient inefficace, la situation se complique  !  ».

Olivier Joly

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Baisse attendue du résultat des exploitations en 2020
Le CERFrance alliance Centre a livré les chiffres de son panorama des exploitations euréliennes. Rencontre avec son directeur,…
Pa'dou, ou la patate douce acclimatée en Eure-et-Loir
Séverine et Rodolphe Pichard, installés sur leur ferme de Louasville, sont à l'origine de l'introduction de la culture de la…
La perdrix grise, une des productions phares de l\'élevage, est plutôt destinée aux départements limitrophes.
L'interdiction de chasser impacte les éleveurs de petit gibier
Thibault Pelletier élève du petit gibier à Écublé (Eure-et-Loir). Une activité fortement impactée par les mesures d'interdiction…
« Nos décideurs se fichent de nous  ! »
Betteravier à Villexanton (Loir-et-Cher) pour le compte de Tereos, Bertrand Menon accuse une perte de rendement de 50  % à cause…
Alexandra Laurent-Claus présente sa gamme de produits cosmétiques au lait d'ânesse, présentée dans sa ferme.
Alexandra Laurent-Claus et ses savons au lait d'ânesse
Alexandra Laurent-Claus est une jeune éleveuse qui fabrique des produits cosmétiques à base de lait d'ânesse. Dynamique et…
L’assemblée générale de la FAV 41 s’est déroulée le 23 octobre à Monthou-sur-Bièvre dans le respect des règles sanitaires : port du masque, distanciation physique et absence de moment convivial à la fin des travaux.
«  Maintenir une viticulture dynamique  »
La Fédération des associations viticoles de Loir-et-Cher (FAV 41) a tenu son assemblée générale le 23 octobre à Monthou-sur-…
Publicité