Aller au contenu principal

Conjoncture
AGPB : un tour complet d'actualité sur fond de profonde inquiétude

Dans le cadre de sa tournée des régions, l'Association générale des producteurs de blé a accueilli les agriculteurs franciliens dans ses locaux parisiens le 7 avril.

Le 7 avril à Paris. Le président de l'AGPB, Éric Thirouin (au c.), entouré de Philippe Heusèle (à d.), secrétaire général, et de Damien Greffin, président de la FRSEA Île-de-France.
Le 7 avril à Paris. Le président de l'AGPB, Éric Thirouin (au c.), entouré de Philippe Heusèle (à d.), secrétaire général, et de Damien Greffin, président de la FRSEA Île-de-France.
© M.G. - Horizons

La tournée régionale de l'Association générale des producteurs de blé (AGPB) a de nouveau pu se tenir en présentiel pour cette édition 2022. C'est donc jeudi 7 avril, dans ses locaux parisiens, que la structure a reçu les agriculteurs franciliens pour un point complet d'actualité.

La matinée a été introduite par le président de la FRSEA Île-de-France et membre de l'AGPB, Damien Greffin, qui a dressé un constat sans appel : « La guerre vient malheureusement nous réaffirmer nos convictions et nous montre aujourd'hui que notre combat est juste et audible. Les messages que nous répétons depuis des années prennent sens tout à coup ».

À ses côtés, le président de l'AGPB, Éric Thirouin, et son secrétaire général, Philippe Heusèle, ont alors entamé un éclairage complet des problématiques rencontrées actuellement par le monde céréalier français.

Pac 2023

Sur la future Pac, Éric Thirouin a d'abord pointé du doigt le positif : « Le budget est préservé. C'est la première réforme depuis 1992 où l'on ne se prend pas un coup sur la tête. On aboutit à quelque chose de plutôt cohérent ». Le président de l'AGPB a alors nuancé son propos en détaillant les différentes voies d'accès à l'éco-régime : les pratiques agricoles avec un système de permis à points, les certifications ou les Infrastructures agro-écologiques (IAE). « J'encourage les agriculteurs à s'orienter vers la certification, a martelé Éric Thirouin. Certes cela représente un peu de paperasse mais c'est la seule voie qui soit dans une vraie démarche de production ! ».

Green deal

Les élus de l'AGPB ont ensuite évoqué le Green deal dont les objectifs de réduction de 50 % des phytos et de 20 % de l'azote impacteraient notamment très fortement les productions françaises. « Nous estimons que les rendements chuteraient de 49 % et la production de 15 %, estime Éric Thirouin. Parallèlement, les prix de l'alimentation augmenteraient fortement, les revenus des agriculteurs chuteraient, les importations augmenteraient tandis que les exportations s'effondreraient ». L'AGPB souligne qu'elle n'est pas opposée aux grands enjeux du Green deal mais qu'il est aujourd'hui indispensable de prendre en compte la nécessité de la souveraineté alimentaire. « Le mieux de demain ne se fait pas en arrêtant d'être agriculteur », a tranché Éric Thirouin.

Assurance, carbone, ZNT…

L'avenir de l'assurance climatique a été détaillé avec une programmation sur trois ans qui donnera désormais accès au monde des grandes cultures aux calamités agricoles sous forme d'un fonds de solidarité nationale. Celui-ci sera activable dès 30 % de pertes sur les cultures où l'offre assurantielle n'existe pas et 50 % pour les autres.

Au sujet de l'enjeu carbone, Éric Thirouin a présenté « un marché en cours de structuration selon trois axes » et le développement à venir d'un organe dans chaque région française sous le nom de FC2A.

Éric Thirouin a également précisé que l'AGPB œuvre quotidiennement sur les sujets liés à la défense des moyens de production (glyphosate, néonicotinoïdes, plan pollinisateurs, ZNT…), avant de proposer un point de situation sur la crise Russie-Ukraine. « Les prix des intrants et du pétrole s'envolent et appellent à la plus grande prudence quant aux résultats des céréaliers français. Nous craignons l'effet ciseaux. En 2022, les résultats sont plutôt favorables mais l'inconnue est immense pour 2023 », a souligné le président avant de projeter une simulation incluant plusieurs niveaux de prix des céréales couplés à plusieurs niveaux de prix des intrants : « En 2022, compte tenu du prix des intrants, il faudra se situer entre 205 et 250 euros/tonne pour une rémunération globale correcte. C'est à peu près les prix actuels, la situation ne m'inquiète pas. En revanche, pour 2023, si les prix des intrants continuent d'exploser, notre simulation montre qu'il n'y a pas de situation favorable sous la barre des 250 euros/tonne. J'appelle donc à la vigilance sur la gestion de vos exploitations et vos investissements ».

 

Un nouveau simulateur pour les coûts de production

Quelques jours après la tenue de cette réunion d'information, l'AGPB a annoncé la mise en service d'un nouveau dispositif de simulation pour les céréaliers sous le nom de ImpactCharges. Développé par Arvalis en étroite collaboration avec l’AGPB, l’AGPM (maïs) et l’UNPT (pommes de terre), cet outil de simulation permet à tout céréalier de se situer et d’estimer rapidement sa marge brute au regard de l’évolution de ses charges et des cours des céréales.
ImpactCharges apporte aux agriculteurs les capacités d’anticipation et d’adaptation indispensables pour assurer une récolte dans de bonnes conditions, tout en assurant la viabilité économique des exploitations agricoles. À titre d’exemple, l’outil ImpactCharges a déterminé qu’une augmentation d'un euro du prix de l’unité d’azote entraîne pour les céréales à paille une augmentation du coût à la tonne allant de 23 à 26 euros/tonne, jusqu’à 35 euros/tonne pour un blé dur.
 
ImpactCharges est un outil gratuit à télécharger sur http://oad.arvalis-infos.fr/impactcharges.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Terres de Jim, c'est ce week-end à Outarville
Les membres de Jeunes agriculteurs du Loiret et d’Eure-et-Loir se sont unis pour organiser la 8e édition des Terres de Jim, un…
Le 28 juillet, à Theuville. Avec ses 300 poteaux de sept mètres de haut, la houblonnière de Rodolphe et Séverine Pichard se voit de loin. La première récolte est en cours.
En Eure-et-Loir, du houblon bio produit par la ferme de Louasville
Une plantation de houblon est apparue l'automne dernier sur la ferme de Séverine et Rodolphe Pichard à Theuville. La première…
Le 14 septembre, à Viabon. Solenne Thevenet cultive une douzaine d'hectares de courges pour en commercialiser les graines sous la marque Valconie.
Valconie : la petite graine de courge qui monte, qui monte…
Solenne et Rémi Thevenet se sont lancés dans la production de graines de courge à Viabon et ont créé la marque Valconie. Leur…
L'événement s'est terminé avec la remise des prix des différentes compétitions	: moiss-batt-cross, traîne-cul et labour.
105 000 visiteurs aux Terres de Jim en Beauce
Retour en images sur la plus grande fête agricole d'Europe qui s'est tenue cette année dans le Loiret.
À seulement 20 ans, Léa Perthuis a repris l'hiver dernier l'ancien centre équestre Adamo Walti Stable situé à Étréchy (Essonne), qu'elle a renommé Twila Ranch.
Léa Perthuis, 20 ans, à la tête d'un centre équestre
À seulement 20 ans, Léa Perthuis s'est retrouvée propulsée l'hiver dernier à la direction du centre équestre Twila Ranch à…
Les bénévoles JA se sont relayés sur le terrain toute la semaine.
Festival de la terre d'Île-de-France : rendez-vous ce week-end à Saclay !
Le Festival de la terre d'Île-de-France se tiendra ces samedi 10 et dimanche 11 septembre à Saclay (Essonne). L'heure est aux…
Publicité