Aller au contenu principal

Agriculteurs et sapeurs-pompiers unis contre les feux

La cohorte d'agriculteurs volontaires pour aider à lutter contre les feux de chaumes, mise en place en collaboration entre le Sdis 28 et la chambre d'Agriculture, a été mise en avant le 20 juin au Gué-de-Longroi.

« Après les incendies de 2019, nous avons compris qu'il fallait que l'on se prépare à plus d'aléas. La canicule, ça veut dire des risques accrus. D'où l'idée d'initier une dynamique », relève le président de la chambre d'Agriculture, Éric Thirouin, qui accompagne le 20 juin sur la ferme de Pascal Laya, au Gué-de-Longroi, le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, pour promouvoir la cohorte d'agriculteurs volontaires pour lutter contre les feux de récolte.

Rejoindre la cohorte

Celle-ci a été mise en place dès 2020, en collaboration avec le Service départemental d'incendie et de secours (Sdis 28), en lien avec les services de l'État et les organisations professionnelles agricoles. « Et j'invite les agriculteurs à la rejoindre, insiste Éric Thirouin. Ils sont soixante, c'est bien mais ce n'est pas suffisant pour couvrir les 400 communes du département ».

« Aujourd'hui, les risques sont plus importants, nous sommes de plus en plus exposés, souligne Françoise Souliman. Ces travaux collaboratifs entre agriculteurs et sapeurs-pompiers permettent de répondre pragmatiquement à chacun de vos sujets. Depuis 2020, le Sdis a mis au point un indicateur de risque prévisionnel qui permet d'alerter quand les facteurs s'accumulent. Il ne s'agit pas de vous empêcher de travailler mais d'apporter plus de sécurité ».

Gagner du temps

Ces informations sur les risques potentiels sont réunies sur une carte dans une application qui propose aussi aux agriculteurs de renseigner leurs activités de moisson. « En fonction de la météo, du type de sol, des infos données par les agriculteurs, nous publions un indice de risque classé en vert, orange, rouge ou noir, explique le lieutenant-colonel du Sdis, Michaël Achard. Quand l'indice est rouge ou noir, nous pouvons positionner des engins sur le terrain pour gagner en délai d'intervention ».

Pour le responsable des pompiers : « Le partenariat avec les agriculteurs fonctionne très bien. Sur le terrain, nous sommes complémentaires. Engins incendie et déchaumeurs permettent de limiter les risques de propagation ». Et pour mieux identifier ces volontaires formés lorsqu'ils sont sur le terrain, la Chambre a édité un autocollant à mettre sur le pare-brise du tracteur équipé de l'outil de déchaumage.

+ d'infos :

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Terres de Jim, c'est ce week-end à Outarville
Les membres de Jeunes agriculteurs du Loiret et d’Eure-et-Loir se sont unis pour organiser la 8e édition des Terres de Jim, un…
Le 28 juillet, à Theuville. Avec ses 300 poteaux de sept mètres de haut, la houblonnière de Rodolphe et Séverine Pichard se voit de loin. La première récolte est en cours.
En Eure-et-Loir, du houblon bio produit par la ferme de Louasville
Une plantation de houblon est apparue l'automne dernier sur la ferme de Séverine et Rodolphe Pichard à Theuville. La première…
Le 14 septembre, à Viabon. Solenne Thevenet cultive une douzaine d'hectares de courges pour en commercialiser les graines sous la marque Valconie.
Valconie : la petite graine de courge qui monte, qui monte…
Solenne et Rémi Thevenet se sont lancés dans la production de graines de courge à Viabon et ont créé la marque Valconie. Leur…
L'événement s'est terminé avec la remise des prix des différentes compétitions	: moiss-batt-cross, traîne-cul et labour.
105 000 visiteurs aux Terres de Jim en Beauce
Retour en images sur la plus grande fête agricole d'Europe qui s'est tenue cette année dans le Loiret.
À seulement 20 ans, Léa Perthuis a repris l'hiver dernier l'ancien centre équestre Adamo Walti Stable situé à Étréchy (Essonne), qu'elle a renommé Twila Ranch.
Léa Perthuis, 20 ans, à la tête d'un centre équestre
À seulement 20 ans, Léa Perthuis s'est retrouvée propulsée l'hiver dernier à la direction du centre équestre Twila Ranch à…
Les bénévoles JA se sont relayés sur le terrain toute la semaine.
Festival de la terre d'Île-de-France : rendez-vous ce week-end à Saclay !
Le Festival de la terre d'Île-de-France se tiendra ces samedi 10 et dimanche 11 septembre à Saclay (Essonne). L'heure est aux…
Publicité