Aller au contenu principal

Agrisolution lève le voile sur son nouveau produit : le WiKab

La start-up Agrisolution a fêté ses deux ans de présence au campus Les Champs du possible, le 28 novembre à Châteaudun.

L’anniversaire de ses deux ans de présence au sein du Village by CA Les Champs du possible, le 28 novembre à ­Châteaudun, a donné l’occasion à la start-up Agrisolution de dévoiler un nouveau produit.

En effet, après sa caméra Irricam, destinée à surveiller le bon déroulement d’un chantier d’irrigation sur son smartphone et capable de se transformer en caméra de surveillance au besoin, ­Agrisolution a présenté son petit dernier, le WiKab.

«  Nous n’avons pas le même parcours que les autres start-up. Notre ligne de base, c’est de créer des choses simples dont on a besoin  », a souligné son directeur commercial, Xavier Chabannes.

Ainsi, ce petit boîtier connecté est destiné à sécuriser les cabines de tracteurs, ou autres véhicules.

De fait, toute tentative d’intrusion déclenche instantanément une puissante alarme et transmet un SMS à plusieurs destinataires, comme l’a démontré ce soir-là Xavier Chabannes avec la complicité de l’adjudant Nicolas Muselec, le référent sûreté du département, qui jouait le rôle du malfaiteur.

Cette solution devrait donc permettre de limiter le vol de consoles et autres GPS dans les tracteurs. Agrisolution en a déposé le brevet.

«  Ce nouveau produit fonctionne sans application, a précisé Xavier Chabannes. Nous avons été aidés par une société pour tester et réussir à mettre un système dans la cabine pour sécuriser le matériel. Ces vols dans les cabines sont récurrents, les assureurs parlent de centaines de milliers d’euros de préjudice. Peut-être que les agriculteurs équipés pourront avoir une réduction sur leur prime d’assurance… Avec ce système, nous allons essayer d’éloigner la délinquance  ».

Une bonne idée selon la gendarmerie qui est intervenue lors de cette soirée  : «  Notre objectif d’abord, c’est la dissuasion, a rappelé Nicolas Muselec, ajoutant : C’est la redondance de moyens qui permettra d’inverser le sentiment d’insécurité  ».

Le colonel Georges Pierrini est intervenu également  : «  Nous avons renforcé la surveillance et il y a plus de gendarmes sur le terrain. C’est la police de proximité du quotidien  ».

Le boîtier WiKab ne nécessite ni abonnement, ni application. Il est vendu au prix de 485 euros. Son installation est simple et se fait en un quart d’heure. Il suffit ensuite de le paramétrer et de renseigner jusqu’à quatre numéros de téléphone.

L’objet est fabriqué en Eure-et-Loir par la société Capelix, installée à Marboué. L’équipe d’Agrisolution tenait à cet ancrage local.

Hervé Colin

Les plus lus

Le cressiculteur essonnien Mikaël Morizot chez Top chef le 5 mai
Le cressiculteur Mikaël Morizot a participé à l'émission Top chef. L'émission sera diffusée mercredi 5 mai à 23 h 15 sur M6. L'…
Asperges : la fraîcheur fait la qualité
Charles Lemarié a repris en 2014 la production d’asperges initiée par son père sur l’exploitation de polyculture, en parallèle de…
JA 77 : un groupe communication qui fourmille d'idées
Depuis un an, un groupe communication s’est constitué au sein de JA 77. Très actif sur les réseaux sociaux, ce groupe souhaite…
Alain Denizet publie sur la disparition de l'abbé Delarue
L'historien Alain Denizet publie Le Roman vrai du curé de Châtenay 1871-1914, et revient sur un fait divers qui a défrayé la…
Benjamin Challes, un éleveur bien dans ses baskets
Les élus du Pays de Dreux (Eure-et-Loir) ont visité, le 8 avril, l'exploitation de Benjamin Challes, qui produit des volailles…
La saison va bientôt démarrer à la Fraiseraie de Sours
La fraiseraie de la Ferme du château, à Sours (Eure-et-Loire), dispose désormais de trois serres pour produire ses fraises, qui…
Publicité