Aller au contenu principal

Région
Alexandra Dublanche visite des exploitations en bio

La vice-présidente de la Région Île-de-France en charge de l’agriculture s’est rendue mardi 11 mai dans deux exploitations en agriculture biologique du sud Seine-et-Marne.

Grandes cultures, élevage, verger et transformation en agriculture biologique étaient au programme d’un déplacement de la vice-­présidente de la Région chargée du développement économique, de l’attractivité, de l’agriculture et de la ruralité, Alexandra Dublanche, mardi 11 mai dans le sud Seine-et-Marne.

Elle a d’abord été accueillie chez Arnaud et Charlotte Gonfrier, membres du Groupement d’agriculture biologique d’Île-de-France, à Vaux-sur-Lunain, où elle a inauguré un pressoir. Un pasteurisateur et une étiqueteuse complètent l’investissement de 80 000 euros acquis grâce à des aides PCAE* et à la DJA**.

« Ce pressoir nous permet d’être autonomes et de gagner en qualité », explique Arnaud Gonfrier, qui s’est installé hors cadre familial sur cette exploitation de polyculture et arboriculture en bio depuis 1983.

Le couple développe également une prestation de service complète (de la pomme à la bouteille). Outre l’agrandissement du verger, ils ont aménagé un gîte, développé une plateforme de compostage et un atelier productions animales.

À l’avenir, ils envisagent également la création d'une salle de réception.

Dans un second temps, Alexandra Dublanche s’est rendue, aux côtés du député Jean-Louis Thiériot et du président de l’Union des maires ruraux, ­François Deysson, sur l’exploitation de polyculture de Franck Gille, à Villemer.

« Si je me suis converti à l’agriculture biologique, c’est aussi pour des raisons économiques », explique Franck Gille qui considère cela comme un challenge.

Malgré la présence de luzerne sur 30 % de la surface, sa principale difficulté réside dans la faiblesse des taux de protéines. Des propos appuyés par le président de la FDSEA 77, Cyrille Milard : « C’est la vraie difficulté quand on n’a pas d’élevage ».

Alors qu’il va récolter sa première récolte en bio — à l’issue des trois ans de conversion —, Franck Gille conduit un projet avec un collègue pour produire huile et farine, voire réaliser de la prestation.

« L’Île-de-France est la première région de conversion au bio depuis trois ans. Maintenant, il nous faut négocier pour l’aide au maintien. Cela ne peut se faire qu’avec vous », a conclu la vice-présidente de la Région. L’accent a également été mis sur le délai de paiement des aides.

*Plan de compétitivité et d'adaptation des exploitations.

**Dotation jeune agriculteur.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
La moisson est terminée dans le département et des tendances se dessinent, sans résultats définitifs pour l'instant.
Les tendances de la moisson en Loir-et-Cher
Les chiffres des rendements concernant les céréales sont chaque année grandement attendus. Frédéric Cadoux, conseiller grandes…
Publicité