Aller au contenu principal

Pulvérisateurs
Amazone UX Smart Sprayer, un condensé de technologie pour plus d'économies

Fin juin, Amazone, BASF et Bosch ont dévoilé l'UX Smart Sprayer à Auneau (Eure-et-Loir). Un pulvérisateur intelligent qui traite en localisé les adventices et qui permettrait de réduire drastiquement les quantités d'herbicide.

À première vue, rien ne distingue l'UX Smart Sprayer des autres pulvérisateurs Amazone. Cependant, si l'on s'approche, on remarque rapidement des indices qui indiquent le contraire. Caméras, éclairages, capteurs, processeur… ce matériel comporte de nombreuses évolutions. Né d'un partenariat entre Amazone, BASF et Bosch, le Smart Sprayer prône une forte économie d'herbicides, grâce au traitement localisé.

« Un pas de géant »

Lors de l'avant-première du matériel le 21 juin dernier, ­Florent Guilleman, directeur général d’Amazone France, parle « d'un pas de géant dans la pulvérisation ultra-localisée ». L'UX permettrait en effet de réduire jusqu'à 70 % les volumes d’herbicide. Pour le directeur, il faut « travailler avec les industriels pour trouver des solutions communes qui vont dans le sens de la transition ­agro­écologique ».

Un partenariat fort

L'entreprise BASF, fort de ses connaissances des produits phytos et de leurs technologies d'application, apporte une réelle plus-value au matériel et « se veut accélérateur de la transition écologique ». Jean-Jacques Pons, directeur de BASF Agro France, explique qu'il est nécessaire de « combiner les meilleures solutions de différents partenaires ». BASF et Bosch se sont alors associés pour l'occasion, en créant une co-entreprise nommée BBSF (Bosch BASF Smart Farming).

Bosch fournit toute la partie hardware et software du système, avec les 36 caméras — capables de distinguer des adventices de six millimètres —, les 72 unités lumineuses, le processeur et les huit unités de contrôle des sections de rampe. Pour fournir une vitesse de traitement allant jusqu'à 12 km/h, le système compte 65 ­millisecondes entre la photographie et l'action de la buse.

Une base solide

La marque Amazone apporte naturellement son expertise en termes de pulvérisateurs avec les modèles déjà présents dans le catalogue. L'UX hérite d'une base de rampe de 45 mètres pour accueillir les innombrables capteurs et éclairages, qui représentent près d'une tonne d'équipements supplémentaires. Le pulvérisateur comporte aussi deux fois plus de buses que la normale et travaille donc sur des bandes de 25 centimètres sur une rampe de 36 mètres.

Analyse des données

Le cloud Xarvio, proposé par BASF, permet de récolter les observations de terrain des quelque 20 000 photos/hectare, et de les analyser ensuite. L'exploitant intègre ses paramètres, tels que la date de semis, la pression des adventices, les résistances, la texture du sol, l'historique de la parcelle, pour que la solution l'assiste dans ses décisions. Les nombreuses données récoltées par Xarvio permettent une analyse fine des parcelles. Celle-ci est mise à disposition des agriculteurs, avec notamment des cartes, qui indiquent les zones où les buses s'ouvrent et se referment, et donc la présence des adventices.

Amazone 4.0

Ce matériel se place dans la continuité de la forte volonté d'innovation d'Amazone, en lien avec les enjeux actuels. Les moyens investis dans le pôle recherche et développement représentent d'ailleurs 6 % du chiffre d'affaires de l'entreprise. Ces innovations se retrouvent aussi sur les gammes d'outils de semis et de fertilisation du constructeur allemand. Les pulvérisateurs actuels sont déjà étudiés pour économiser toujours plus : application homogène dans les courbes, pulvérisation sur le rang, traitement des adventices ciblé grâce à des cartes, coupure dans les fourrières… Mais avec le Smart Sprayer, Amazone atteint un niveau supérieur, « c’est vraiment l’outil ultime de l’application des traitements », estime ­Emmanuel Lévêque, chef produits pulvérisateurs Amazone.

Évolutions

Le lancement de l'outil est prévu dans deux ans en Allemagne et en France. Puisque l'innovation n'attend pas, Amazone et ses partenaires annoncent continuer à travailler sur la reconnaissance des adventices et des cultures par les caméras. Le Smart Sprayer est déjà efficace sur le maïs et les betteraves et bientôt sur le tournesol et le soja. Dès 2025, les céréales et le colza devraient s'ajouter à la liste.


Cet article fait partie d’un dossier Pulvérisateurs

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Philippe Girardot.
« Entretien des jachères en Seine-et-Marne : une seule et même date d’interdiction pour tout le département, du 10 mai au 1er juillet »
Le président de la commission faune sauvage de la FDSEA 77, Philippe Girardot, explique l'harmonisation les dates d’…
Marc Langé quitte la présidence de l'AIEL.
Irrigants : « J'ai annoncé que je me retirais de la présidence de l'AIEL »
L'assemblée générale de l'Association des irrigants d'Eure-et-Loir (AIEL) s'est déroulée le 25 mars à Chartres. Le point…
À La Boissière-École (Yvelines), le 14 mars. La responsable d'élevage de la Ferme de la Tremblaye, Bérénice Giot, a largement participé à la conception des nouveaux bâtiments de l'atelier bovin.
Ferme de la Tremblaye : une révolution opérée grâce aux nouveaux bâtiments
Au confins de l'Eure-et-Loir et des Yvelines, la Ferme de la Tremblaye a déménagé tout son cheptel bovins dans des bâtiments…
À Chaingy (Loiret), jeudi 14 mars. La FNSEA 45 a organisé une rencontre
pour mettre à l'honneur la filière orge brassicole.
Du grain d'orge à la bière, les coulisses d'une réalité agricole
À l'occasion de la Saint-Patrick, la FNSEA du Loiret a mis en lumière la filière orge brassicole. Rendez-vous était donné à la…
[VIDÉO] Arnaud Rousseau réagit après le congrès FNSEA
À l'issue des trois jours de congrès qui se sont achevés par un discours du ministre de l'Agriculture, Marc Fesneau, jeudi 28…
« Betteraves 2024 : des semis sous pression »
Jean-Philippe Garnot, président de la CGB* Île-de-France, alerte sur l'absence de solutions face à la jaunisse virale de la…
Publicité