Aller au contenu principal

Année blanche bancaire : élargissement des bénéficiaires

La cellule d’urgence de Loir-et-Cher s’est réunie le 28 avril afin de déterminer les critères d’accès au dernier volet du fonds d’allègement des charges pour les entreprises agricoles en difficulté.

La cellule d’urgence de Loir-et-Cher s’est réunie le 28 avril à la direction départementale des Territoires (DDT), à Blois, pour définir les critères d’accès au dernier volet du fonds d’allégement des charges dont la vocation est d’accompagner toutes les entreprises agricoles en difficulté.

Ce dernier volet consiste en une prise en charge d’un tiers par la banque et d’un tiers par l’État des frais financiers dans le cadre d’un réaménagement des dettes bancaires (année blanche bancaire).

Après des annonces contradictoires, et sous la pression de notre syndicat, cette aide est finalement ouverte à tous les éleveurs et tous les producteurs de céréales du département sans référence à la zone intermédiaire. Elle est également ouverte aux producteurs de légumes et, au-delà des productions de chou-fleur, salade, mâche, chou, carotte initialement prévues, nous avons pu l’ouvrir aux producteurs de poireaux.

Pour les céréaliers et producteurs de légumes, il faut remplir deux conditions principales :

- Une baisse d’EBE supérieure à 20 %,

- Un endettement de plus de 50 %.

Cette mesure doit permettre de soulager les trésoreries. Elle ne doit en rien ralentir les efforts sur les prix et sur la compétitivité de nos entreprises qui sont les seuls à pouvoir nous sortir durablement de la crise agricole.

Pour bénéficier de ces mesures, vous devez vous rapprocher de vos banques et centres de gestion afin de remettre un dossier à la DDT, le 30 juin au plus tard.

Ces mesures viennent s’ajouter aux 650 000 € de l’État et 300 000 € du conseil départemental déjà venus soutenir les éleveurs du département ainsi qu’aux allègements fiscaux (TFNB, taxe d’habitation, impôt sur le revenu) et de charges sociales. L’ouverture à un maximum de filières en difficulté sans référence à un zonage relève du bon sens. Pourtant, elle a nécessité un engagement syndical très fort : les formulaires sont désormais disponibles.

La FDSEA réclame aujourd’hui l’ouverture de l’ensemble des mesures du plan d’urgence pour les viticulteurs touchés par le gel.

FDSEA 41

Les plus lus

En Seine-et-Marne, le coup d'envoi de la moisson 2021 a été donné début juillet. Cette récolte, débutée tardivement, se déroule par intermittence en raison des nombreux épisodes pluvieux qui surviennent régulièrement depuis deux semaines.
En Île-de-France, la moisson tarde à s'enclencher
Manque d'ensoleillement, excès d'eau…, la moisson francilienne tarde à débuter. Les toutes premières récoltes ont eu lieu la…
Banderole "Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles" au bord d'une jachère fleurie en Seine-et-Marne..
« Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles »
Des exploitants agricoles de Seine-et-Marne affichent des banderoles près de leurs jachères fleuries.
Lorsqu'elle est pleine, la ­moissonneuse-batteuse peut peser jusqu'à 30 tonnes : la désembourber s'avère alors très compliqué.
Moissons : les agriculteurs s’embourbent dans le retard
Dans le Loiret, les premiers agriculteurs ont timidement commencé à récolter la semaine dernière mais la météo pluvieuse ne…
Le 22 juillet, à Saulnières. Maxime Vecten est ravi de sa toute nouvelle ­moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250.
La récolte avec une géante : l'Axial Flow 9250 de Case IH
La société Duret vient de livrer une moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250. Petit tour aux côtés de son heureux…
Les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume qui lie pompiers et agriculteurs.
Feux de chaume : agriculteurs et pompiers main dans la main
À l'aube de la moisson 2021, les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume signée…
Alexandre Pelé est le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves Centre-Val de Loire.
Quelles perspectives d’avenir pour la filière betteravière ?
Après l’annonce de Cristal Union d’un prix de la betterave à 30 euros/tonne, Alexandre Pelé, président de la Confédération…
Publicité