Aller au contenu principal

Après une récolte d’orge en demi-teinte, place au colza

La récolte des orges s’achève sur l’ensemble du territoire francilien et permet de dresser un premier bilan.

Voilà plus de dix jours que les premières moissonneuses-batteuses ont rejoint la plaine.

En Seine-et-Marne, alors que la récolte des orges d’hiver touche à sa fin, dans le Gâtinais, région brassicole par excellence, le directeur de la coopérative Terres Bocage Gâtinais, Jean-Pierre Pichot, annonce une année correcte : « La qualité est au rendez-vous avec un calibrage à 83 %, une humidité à 13 et un petit 10en taux de protéines ».

Concernant le rendement moyen en orge d’hiver, il devrait s’établir à 76-77q/ha alors que la moyenne olympique de la coopérative est de 78q/ha.

Concernant le colza, dont la récolte est bien avancée dans le sud Seine-et-Marne, la déception est forte. Les rendements varient du simple au double : de 20 à 39q/ha. Chez Terres Bocage Gâtinais, la moyenne devrait s’établir vers 30-32q/ha (contre 39,5q/ha en 2017) soit 5q/ha en deçà de la moyenne olympique.

Ces résultats s’expliquent par les conditions climatiques au moment du remplissage des grains et une pression maladie en fin de cycle non maîtrisée.

Du côté ouest de l’Île-de-France, la moisson a débuté plus tardivement.

Seuls les orges sont quasiment récoltées partout. « 80 % des orges d’hiver sont récoltées, annonce le directeur de la coopérative Île-de-France sud, Hervé Courte. La visibilité quantité/qualité est encore floue mais globalement, le taux de protéines est dans la moyenne basse, tandis que rendement et qualibrage sont en dessous des attentes ».

Plus au nord des Yvelines et en Val-d’Oise, la récolte des orges s’est achevée avec un bilan à peine plus satisfaisant. « Le rendement moyen est inférieur à la moyenne quinquennale, confie le président de la coopérative Sevépi, Jean-Baptise Hue. Malgré tout, le taux d’humidité à 12,3 est satisfaisant, ainsi que le PS à 65 et les protéines à 10,5. Le qualibrage est estimé à 80 %. C’est en dessous de l’an dernier mais cela reste de bon niveau. » 

À noter que les craintes de fusariose ne se sont finalement pas révélées être handicapantes sur ce secteur.

La moisson se poursuit avec les colzas notamment, dont seulement 5 à 10 % des surfaces ont été récoltées. Trop peu pour tirer les premières conclusions.

Laurence Goudet-Dupuis et Marine Guillaume

Photo : archive.

Les plus lus

Hommage à Armelle Caffin, partie trop tôt
À la suite du décès d’Armelle Caffin dans sa 61e année le 30 décembre 2020, le journal Horizons tient à adresser ses plus vives…
Paul Duchenne glane le titre de meilleur pointeur d'Eure-et-Loir
La finale du concours départemental de jugement de bétail d'Eure-et-Loir s'est déroulée le 7 janvier à Saint-Ulphace (Sarthe).…
Un doc à propos du glyphosate samedi sur Public Sénat
La chaîne Public Sénat diffuse ce samedi le documentaire d'Isabelle Vayron La Beauce, le glyphosate et moi, qui fait la part…
Caproga : une bonne année
Même si l’assemblée générale de la coopérative Caproga n’a pas pu se dérouler en présentiel, le bilan d’activité 2019 a tout de…
Betteraves : rendement historiquement bas
La campagne betteravière achevée, le délégué régional de l'ITB, Pierre Houdmon, revient sur ses faits marquants en Centre-Val de…
Des portes ouvertes autour d'un nouveau Deutz chez Nouvellon
Les établissements Nouvellon ont souhaité maintenir leur traditionnelle journée portes ouvertes, le 15 décembre à Bouville (Eure-…
Publicité