Aller au contenu principal

Audrey Lorin en première ligne durant le confinement

Apprentie en seconde année de BTS ACSE à Nermont (Eure-et-Loir), Audrey Lorin a choisi de rester aux côtés de son maître d’apprentissage pendant la période de confinement.

Passionnée par l’élevage, Audrey Lorin, 19 ans, est en seconde année de son BTS ACSE (Analyse, conduite et stratégie de l’entreprise agricole) en alternance qu’elle suit au LEAP de Nermont de Châteaudun et chez son maître d’apprentissage, Jean-Philippe Cœuret, éleveur porcin installé en Gaec avec sa femme et son fils à Unverre.

«  Naturellement nous nous sommes posé la question au moment de la mise en place du confinement mais Audrey a souhaité venir ici. Dans la filière, avec la menace de la peste porcine, nous travaillons toujours avec un masque  », souligne-t-il.

Pour sa part, la jeune femme ne s’est pas posé de question  : «  J’ai fait tout mon apprentissage ici. Je m’occupe des animaux et fais tous les soins dans la partie naissance le matin et des choses différentes l’après-midi. Mon père est en bovin, être ici me permet de connaître de nouvelles productions (outre les porcs, elle aide aussi sur l’atelier avicole du Gaec, NDLR).

Après le BTS, je pense continuer en licence professionnelle Conseil en élevage bovin, à Angers en apprentissage dans une entreprise de négoce. J’ai eu la chance de trouver cette entreprise en dépit du confinement  ».

Ces jours-ci, Audrey Lorin a retrouvé le chemin de l’école avec l’accord de son maître d’apprentissage compte tenu du risque de ramener le virus à la ferme.

D’ici la fin de l’année scolaire, il lui reste encore deux semaines de cours et une semaine en stage.

«  Mais je ne sais pas encore comment cela va se passer pour l’examen final, ça devrait être validé par le contrôle continu. Mon contrat ici s’achevera fin août après la moisson. L’apprentissage c’est très enrichissant, ça permet de connaître plein de choses avant de se lancer et de gagner un peu d’argent… Pendant le confinement, j’ai suivi les cours à la maison. On nous a fait faire des choses comme si nous étions en examen. Les enseignants ont toujours été disponibles pour nous accompagner  », pointe-t-elle.

«  Nous lui laissons du temps pour faire son rapport de stage et l’accès aux documents du Gaec. Audrey n’est pas une salariée. Elle est consciencieuse et réfléchie. Notre plus belle récompense sera qu’elle ait son BTS  », relève son maître d’apprentissage.

«  J’avais la chance de connaître mes patrons, explique Audrey Lorin, qui habite à proximité. Ils ont été super et ont su m’accompagner. Je venais vers eux pour mettre en relation les choses théoriques et la pratique. Si c’était à refaire, je referais la même chose  ».

Hervé Colin

Les plus lus

Récolte 2021 : premier bilan
Alors que la récolte s’achève, le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves en Centre-Val de Loire,…
Le 15 octobre, à Serazereux. Clara Servain et Simon De Vos se sont lancés dans l'élevage et proposent leurs produits laitiers à l'orée de Chartres.
Du lait produit tout près de Chartres par un jeune couple
Installés à Serazereux, Clara Servain et Simon De Vos proposent des produits laitiers issus du lait de leurs vaches de race kiwi.
Noxi fruits recherche des producteurs qui souhaitent implanter un verger de noisetiers.
Noxi fruits, une casserie locale de noisettes
Spécialisée dans la transformation et la conservation des noisettes, Noxi fruits recherche des producteurs qui souhaitent…
Château-Landon, mercredi 27 octobre. Avant d'échanger sur la filière betteravière, l'activité de la Sica* gâtinaise de déshydratation a été présentée à Valérie Lacroute.
Filière betteravière : enjeux et perspectives
La vice-présidente de la Région en charge de l’agriculture et de l’alimentation, Valérie Lacroute, a échangé sur les enjeux de la…
Jeudi 28 octobre, à Monthou-sur-Cher. Les viticulteurs sont venus nombreux pour assister à la journée de démonstration.
Désherbage mécanique : démonstration de matériel
Jeudi 28 octobre, la chambre d’Agriculture de Loir-et-Cher et la Fédération régionale des Cuma de Centre-Val de Loire ont…
Début novembre 2021, récolte du maïs dans le secteur de La Chapelle-sur-Aveyron, dans le Loiret.
Maïs et fourrages : les tensions s’apaisent
Après trois années particulièrement compliquées, la tension sur les fourrages s’apaise et les silos se remplissent. Les…
Publicité