Aller au contenu principal

Aurélien, apprenti en CAPa métiers de l’agriculture

Fils d’agriculteur, Aurélien Racinet est en première année de CAPa métiers de l’agriculture spécialité production.

Chailly-en-Brie, mardi 2 février. En travaux pratiques de machinisme, Aurélien Racinet réalise la vidange de la moissonneuse-batteuse de l’exploitation. Au préalable, le formateur a rappelé les  consignes sur le fonctionnement de la machine et la sécurité.

Depuis la rentrée 2015, le Capa a fait peau neuve. Il se nomme CAPa métiers de l’agriculture et se décline en plusieurs spécialités. Plus axé sur le milieu professionnel, le contrôle continu au cours de la formation (CCF) y est plus important et la pratique, davantage prise en compte au cours de la formation.

À l’issue d’une troisième professionnelle, Aurélien Racinet, fils d’agriculteur, a choisi d’intégrer cet apprentissage au centre de formation des apprentis de La Bretonnière à Chailly-en-Brie (Seine-et-Marne) au sein d’une classe à double option (productions végétales « grandes cultures » et production animale « ruminants »).

Son jeune âge — quinze ans —, a été une contrainte pour trouver un maître d’apprentissage, certains travaux lui étant interdits. Après deux semaines chez son patron, il est de retour au CFA durant la première semaine de février.

8 h : à peine descendu du bus, la journée d’Aurélien débute par un cours théorique en production animale. La leçon du jour : l’agnelage alors que celui-ci bat son plein sur l’exploitation de l’établissement.

9 h : tous les apprentis de CAPa de première année, quelle que soit leur spécialité, se retrouvent pour trois heures de cours d’enseignement général. Après une séance de mathématiques sur les conversions, place à l’histoire. « J’apprécie ce cours qui permet de comprendre le monde d’aujourd’hui », note Aurélien. Pour terminer la matinée, l’enseignante de français leur demande de rédiger une fiche métier. Son objectif : faire le lien entre sa matière et son utilité dans le milieu professionnel. Aurélien décrit le métier d’exploitant agricole, une profession qu’il rêve d’exercer depuis sa prime enfance.

Midi : Avec ses copains, il prend la direction de la cantine. La classe se disperse, le début d’après-midi étant consacré aux travaux pratiques en fonction des spécialités.

13 h : Aurélien se dirige vers les vestiaires pour enfiler sa cotte de travail. Le petit groupe de CAPa métiers de l’agriculture en production se dirige vers l’exploitation agricole pour deux heures de pratique en machinisme. La motivation est à son comble pour le jeune apprenti qui doit effectuer la vidange d’une moissonneuse-batteuse. L’œil vigilant, son formateur navigue d’un binôme à l’autre. Ce cours pratique le passionne, lui qui a hésité à suivre un CAP de mécanicien. Puis le groupe travaille à l’identification au sein de l’atelier ovin.

15h55 : la journée s’achève par un cours de physique-chimie.

Les plus lus

Hommage à Armelle Caffin, partie trop tôt
À la suite du décès d’Armelle Caffin dans sa 61e année le 30 décembre 2020, le journal Horizons tient à adresser ses plus vives…
Paul Duchenne glane le titre de meilleur pointeur d'Eure-et-Loir
La finale du concours départemental de jugement de bétail d'Eure-et-Loir s'est déroulée le 7 janvier à Saint-Ulphace (Sarthe).…
Un doc à propos du glyphosate samedi sur Public Sénat
La chaîne Public Sénat diffuse ce samedi le documentaire d'Isabelle Vayron La Beauce, le glyphosate et moi, qui fait la part…
Caproga : une bonne année
Même si l’assemblée générale de la coopérative Caproga n’a pas pu se dérouler en présentiel, le bilan d’activité 2019 a tout de…
Betteraves : rendement historiquement bas
La campagne betteravière achevée, le délégué régional de l'ITB, Pierre Houdmon, revient sur ses faits marquants en Centre-Val de…
Des portes ouvertes autour d'un nouveau Deutz chez Nouvellon
Les établissements Nouvellon ont souhaité maintenir leur traditionnelle journée portes ouvertes, le 15 décembre à Bouville (Eure-…
Publicité