Aller au contenu principal

« Avec cette opération, nous fidélisons une clientèle plus jeune »

Maraîchers installés à Livilliers (Val-d’Oise), Christelle et Christophe Coisnon participent à l’opération « Panier fraîcheur » depuis sept ans.

« Nous sommes maraîchers depuis cinq générations. Sur notre exploitation de 30 hectares, nous produisons jusqu’à une quinzaine de légumes en saison estivale ainsi que des fraises et des melons de plein champ que nous commercialisons en vente directe sur les marchés de Courbevoie (Hauts-de-Seine).

Cela fait maintenant sept ans que nous sommes aussi présents en gare de Bécon-les-Bruyères dans le cadre de l’opération Panier fraîcheur. L’idée de départ était très séduisante puisqu’il s’agissait de préparer des paniers garnis à l’avance pour un montant rond de 5 ou 10 euros, le but étant que les usagers puissent facilement s’approvisionner en produits frais et les transporter aisément sans perdre de temps.

Rapidement la clientèle a afflué. Elle est plus jeune que celle que nous touchons sur le marché et constituée de nombreux célibataires qui trouvent là le moyen de s’approvisionner pour la semaine en légumes. Ce qui leur permet aussi d’avoir une alimentation saine et variée.

Pour la SNCF, c’est un moyen de rendre les gares plus vivantes et plus pratiques, une formule de service tout-en-un en somme, où le client est soucieux de gagner du temps sur un trajet qu’il est contraint de faire quotidiennement.

Quant aux clients qui souhaitent d’autres produits que ceux qui leur sont proposés dans le panier, ils ont tout le loisir de les choisir car nous prévoyons toujours une certaine quantité de légumes en vrac à échanger sur notre étal. Avec la crise sanitaire, le client se sent davantage sécurisé par le panier, car il n’a pas à toucher les produits.

Nous sommes présents en gare de Bécon-les-Bruyères, de 16 heures à 20 heures, tous les lundis et toute l’année, excepté durant les vacances scolaires. »

Propos recueillis par Laurence Augereau

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La perdrix grise, une des productions phares de l\'élevage, est plutôt destinée aux départements limitrophes.
L'interdiction de chasser impacte les éleveurs de petit gibier
Thibault Pelletier élève du petit gibier à Écublé (Eure-et-Loir). Une activité fortement impactée par les mesures d'interdiction…
Le 16 novembre, à Chartres. Les Universités du soir de la Chambre sur la certification HVE ont été retransmises en direct sur Youtube.
La certification HVE fait le plein
La chambre d'Agriculture a consacré, le 16 novembre, ses 28es Universités du soir au thème de la certification HVE en grandes…
Baisse attendue du résultat des exploitations en 2020
Le CERFrance alliance Centre a livré les chiffres de son panorama des exploitations euréliennes. Rencontre avec son directeur,…
Pa'dou, ou la patate douce acclimatée en Eure-et-Loir
Séverine et Rodolphe Pichard, installés sur leur ferme de Louasville, sont à l'origine de l'introduction de la culture de la…
Charlin Hallouin : « J’aime tester en mesurant les risques	».
Charlin Hallouin, céréalier et producteur d’oléagineux
Installé en grandes cultures à Danzé, Charlin Hallouin produit des céréales et des oléagineux. Le président de JA 41 fabrique son…
« Nos décideurs se fichent de nous  ! »
Betteravier à Villexanton (Loir-et-Cher) pour le compte de Tereos, Bertrand Menon accuse une perte de rendement de 50  % à cause…
Publicité