Aller au contenu principal

Avec ses vignes, Chambord retrouve un paysage disparu

« Nous revenons à un paysage disparu. » Avec ces mots, Jean d’Haussonville, directeur du domaine national de Chambord, marque l’importance historique et patrimoniale du retour des vignes à Chambord, un site classé en zone Natura 2000.

En 1519, François Ier a fait venir 80 000 pieds de vigne de Bourgogne, dit cépage romorantin.  « Il y a toujours eu des vignes à Chambord. Comme partout, les métairies possédaient leur vigne », insiste le directeur.

Des archives datant des XVIe et XVIIIe siècle attestent de cette présence. C’est à partir du XIXe siècle que les traces s’effacent, « sûrement à cause du phylloxera qui a ravagé les vignobles européens à cette époque », souligne Guillaume Garot, président du domaine.

Le 12 juin, deux hectares de romorantin pré-phylloxérique datant d’au moins 1840 — soit des pieds qui n’ont subi aucune transformation génétique ni greffage — ont été plantés à la ferme de l’Ormetrou sur le domaine de Chambord avec la participation de nombreux invités (élus, représentants de l’État et d’organismes institutionnels).

Ces plants appartiennent à la famille Marionnet, basée à Soings-en-Sologne, qui en a fait l’acquisition en 1999.

Au total, douze hectares seront plantés à l’Ormetrou au sol sableux et légèrement argileux : quatre de pinot noir et en 2016, deux autres de romorantin pré-phylloxérique, trois et demi de romorantin greffé et un demi-hectare de gamay.

La vinification sera la même que celle effectuée par le domaine Marionnet : un vin naturel, sans souffre ni levure et, à la demande de la ministre de l’Environnement, Ségolène Royal, un vin biologique.

En prime, le ministère finance le projet d’un circuit de promenade touristique, à hauteur de 800 000 €.

À partir de 2019, année de la première récolte et des cinq cents ans du château, 50 à 60 000 bouteilles par an devraient être produites. Le résultat net estimé à 300 000 € sera destiné à l’entretien du mur d’enceinte de 32 km.

Le domaine de Chambord a entrepris des démarches pour que ses vins soient en appellation d’origine contrôlée Cheverny et Cour-Cheverny. Après un vote favorable lors du dernier conseil d’administration, le syndicat de l’AOC a envoyé la demande auprès de l’Inao concernant l’appellation Cheverny.

« Par ce vote, nous avons approuvé l’extension de l’aire Cheverny à la ferme de l’Ormetrou. En effet, juste derrière le mur, un vigneron de l’AOC possède des terres », explique le président Daniel Tevenot. En revanche, pour l’AOC Cour-Cheverny, la démarche devrait être plus compliquée.

Les plus lus

Francis Tremblay
Le maraîcher Francis Tremblay nous a quittés
Le maraîcher francilien Francis Tremblay est décédé le 5 février à l'âge de 62 ans.
Circuits courts : des étudiants en mode projets
Dans le cadre de leur BTS au lycée agricole Sully à Magnanville (Yvelines), vingt-sept étudiants planchent sur les circuits…
Cintrat
Le brasseur Emmanuel Cintrat passe à la vitesse supérieure
Emmanuel Cintrat, agriculteur et brasseur à Voise, a augmenté la capacité de production de sa bière artisanale, La Voisine.
Les Graines de mon village d’Ocquerre
Une graineterie, telle est la diversification développée par Hervé et Bruno Gautier, polyculteurs à Ocquerre (Seine-et-Marne).
MFR de Chaingy : la nouvelle directrice dévoile ses objectifs
Directrice de la MFR de Chaingy (Orléans) depuis septembre 2020, Émilie Gabion nous parle de ses missions au sein de l’…
Julien de Clédat et sa porte de ruche connectée
Passionné par l’apiculture, Julien de Clédat a décidé d’aider les apiculteurs à gérer leurs ruches grâce à sa porte connectée…
Publicité