Aller au contenu principal

Balade avec les « Ânes de Madame » Sabrina Clamens

La vie réserve parfois de belles surprises. Pour Sabrina Clamens, c’est l’adoption de sa fille et une rencontre avec les ânes qui ont fait basculer sa vie.

Lors d’une randonnée dans l’Aveyron, « nous sommes tous tombés amoureux de ces animaux à grandes oreilles. »
Lors d’une randonnée dans l’Aveyron, « nous sommes tous tombés amoureux de ces animaux à grandes oreilles. »

C’est en famille, sur les chemins de l’Aveyron, que tout a commencé… « Nous sommes tous tombés amoureux de ces animaux à grandes oreilles. »

Depuis 2011, un an après ce voyage familial, Sabrina Clamens propose des balades d’une ou plusieurs journées avec un âne sur les sentiers de Loir-et-Cher.

Elle se souvient : « En 2009, avec mon mari, nous avons adopté notre fille indienne, Ossyane. Pour apprendre à se connaître et à créer du lien avec mes deux garçons biologiques de six et quatre ans à l’époque, nous avons décidé de trouver une activité avec un animal. Cette itinérance de quatre jours a été une belle façon de découvrir les paysages au rythme de l’âne et de partager de beaux moments en famille. Sur le retour, j’ai dit à mon mari : “C’est décidé, je me lance”. »

Sabrina Clamens commence alors avec quatre ânes sur un terrain prêté par sa grand-mère : Ulysse, Justine, Noisette et Berthe. « Ils m’ont tout appris. J’ai intégré la Fédération nationale ânes et randonnées et j’ai pu bénéficier de conseils pour les documents administratifs, le soin des ânes… »

Au début, il a fallu faire face à l’incompréhension de certains vis-à-vis de cette activité et convaincre les partenaires. « De mon côté, je m’attendais à une activité en extérieur mais je passais plus de temps dans la gestion et la communication qu’auprès de mes ânes. Quand on est chef d’une petite entreprise, il faut savoir tout faire. J’ai trouvé ça dur et frustrant. »

Mais la passion a pris le dessus. Attachée à ses terres natales de Loir-et-Cher, celle qui a quitté son emploi dans une grande entreprise pour retrouver une vie plus sereine auprès de ses enfants souhaite faire découvrir aux randonneurs les « petits trésors du Val de Loire » grâce à cet animal attachant et câlin.

Bientôt, Sabrina Clamens devrait développer une nouvelle activité dans son entreprise « Le monde d’Ossyane » : un camping insolite écoresponsable au cœur de la seule asinerie du département aujourd’hui composée de quinze ânes et joliment nommée les « Ânes de Madame ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
Vendredi 8 juillet, à Garancières-en-Beauce. Dans le cadre de l'entraide, Pascal Laya bat la parcelle de colza d'un ami.
L'Eure-et-Loir vit au rythme de la moisson
Depuis le début du mois, la pluie a cédé la place au grand bleu, la moisson bat son plein en Eure-et-Loir. Quelques tours de…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
Publicité