Aller au contenu principal

Bâtir et réaliser son projet personnel

Les chambres des Métiers et de l’Artisanat et d’Agriculture de Loir-et-Cher ont signé une convention de partenariat sur le « bilan de compétences ».

Les présidents de la chambre des Métiers et de l’Artisanat, Stéphane Buret, et de la chambre d’Agriculture de Loir-et-Cher, Philippe Noyau, ont signé la convention de partenariat lundi dernier à Blois.

La réunion du lundi 11 septembre à la chambre d’Agriculture de Blois a été l’occasion d’officialiser le projet « bilan de compétences » avec la signature d’une convention de partenariat entre la chambre des Métiers et de l’Artisanat et la chambre d’Agriculture.

« Depuis toujours, j’ai la conviction que nos deux secteurs sont liés et qu’ils doivent travailler ensemble. Proximité, qualité et travail, sont des valeurs communes que nous défendons », a annoncé Stéphane Buret, président de la chambre des Métiers.

Le « bilan de compétences » permet de faire un point sur sa carrière et réfléchir à son devenir professionnel.

« Que l’on soit agriculteur ou artisan, on peut tous avoir besoin de faire le point sur son métier et réfléchir à sa carrière professionnelle. Ce bilan permet de faire le lien entre ce que vous savez faire, ce que vous voulez faire et ce que vous pouvez faire », a annoncé Valérie Métrot, en charge de ce domaine à la chambre des Métiers.

Cet accompagnement a été créé pour être au plus près des agriculteurs, analyser les compétences et aspirations personnelles et ainsi pouvoir définir un projet professionnel, personnel ou de formation réaliste.

« Le but premier de cette action est d’aider les agriculteurs à être dans la spirale montante tout en créant une bonne synergie », a souligné Philippe Noyau, président de la chambre d’Agriculture.

« Le bilan de compétences est un moment personnel pour réfléchir sur soi-même. Son issue n’est pas forcément le changement de métier. Ça peut être pour se rassurer, trouver des pistes de réflexion ou renforcer son choix de rester agriculteur » a complété Valérie Métrot.

Les séances sont organisées en demi-journée dans une période de huit à douze semaines. Le financement est pris en charge par les fonds de formation (Vivea ou Fafsea) dans le cadre du dispositif de la formation professionnelle. La formation commence à l’issue d’un entretien préalable, d’information sans engagement.

Les plus lus

Hommage à Armelle Caffin, partie trop tôt
À la suite du décès d’Armelle Caffin dans sa 61e année le 30 décembre 2020, le journal Horizons tient à adresser ses plus vives…
Paul Duchenne glane le titre de meilleur pointeur d'Eure-et-Loir
La finale du concours départemental de jugement de bétail d'Eure-et-Loir s'est déroulée le 7 janvier à Saint-Ulphace (Sarthe).…
Des spiritueux des champs d'Île-de-France à la bouteille
La Distillerie d’Isle-de-France, installée à Fresnes-sur-Marne, produit gin, rhum et eau-de-vie à déguster (avec modération) ou à…
Les producteurs locaux à la fête !
Évènement organisé par JA 41, Noël à la ferme s’est déroulé le week-end dernier à Vendôme. L’occasion, pour les producteurs…
Caproga : une bonne année
Même si l’assemblée générale de la coopérative Caproga n’a pas pu se dérouler en présentiel, le bilan d’activité 2019 a tout de…
Betteraves : rendement historiquement bas
La campagne betteravière achevée, le délégué régional de l'ITB, Pierre Houdmon, revient sur ses faits marquants en Centre-Val de…
Publicité