Aller au contenu principal

Irrigation
Beauce centrale et blésoise : les coefficients d'attribution sont fixés

La commission locale de l'eau du Sage nappe de Beauce a fixé les coefficients pour les nappes de Beauce centrale et blésoise. 431 irrigants du département sont concernés.

La Commission locale de l'eau (Cle) du Sage (Schéma d'aménagement et de gestion des eaux) de la nappe de Beauce s'est réunie mardi 30 mars pour fixer les coefficients de nappe des secteurs de Beauce centrale et Beauce blésoise.

Le coefficient pour la Beauce centrale est fixé à 1 et celui pour la Beauce blésoise à 0,86.

L'occasion de faire le point avec le président de l'Organisme unique de gestion collective (OUGC) du département, Camille Lecomte.

L'OUGC répartit un volume fixe

L'OUGC a la charge de répartir de façon équitable le volume autorisé entre tous les irrigants. « L'enjeu de l'OUGC est de répartir un volume fixe que l'on ne peut pas dépasser. Il faut satisfaire les anciens irrigants et les nouveaux », explique Camille Lecomte.

Chaque irrigant a le droit à un volume de référence par rapport aux classes cadastrales de terres selon le barème actuel.

« L'attribution volumétrique est rattachée à la surface irrigable et la qualité des sols. Les terres de catégorie 1, de moins bonne qualité et séchantes, se voient attribuer plus de volume que les terres de catégorie 5, de bonne qualité », pointe le président.

Chaque année, l'agriculteur demande tout ou partie de son volume de référence. Si la somme des volumes demandés par les irrigants de la zone est supérieure au volume maximal attribuable, un coefficient minorateur est appliqué en plus du coefficient de nappe.

Les irrigants du secteur ont été informés par courrier il y a quinze jours du coefficient minorateur fixé par l’OUGC. Les irrigants seront notifiés au printemps de leur volume attribué par la DDT. La saison d'irrigation est ouverte depuis le 1er avril.

« En nappe de Beauce centrale, 20 millions de m3 d'eau sont attribuables. En nappe de Beauce blésoise, un peu plus de 43 millions de m3 d'eau sont attribuables. Cette année, le volume total demandé par les irrigants de la zone était supérieur au volume attribuable. Aussi, nous avons appliqué pour la première fois un coefficient minorateur pour respecter le volume attribuable », poursuit-il.

En Beauce blésoise, un coefficient minorateur modérateur de 0,983 a été acté pour cette année.

Le volume attribué aux irrigants de la zone correspond au volume demandé, diminué du coefficient minorateur modérateur puis du coefficient de nappe.

En Beauce centrale, il n'y a pas de coefficient modérateur. Ainsi, le volume attribué aux irrigants de cette zone correspond au volume demandé, diminué du coefficient de nappe égal à 1.

« Nous avons deux/trois nouveaux dossiers par an en Beauce blésoise et un ou deux en nappe Beauce centrale », souligne l'élu.

État de la nappe et coefficient

La Cle fixe les coefficients en fonction de l'état de la nappe. L'an dernier, les coefficients étaient de 1 pour la Beauce centrale et 0,80 pour la Beauce blésoise.

« Le niveau piézométrique de la nappe blésoise a toujours un décalage par rapport à la nappe centrale. Elle ne se recharge pas aussi vite », pointe Camille Lecomte.

« On a eu un automne sain et sec, facilitant pour implanter les cultures. Il y a eu 200 mm de pluviométrie en décembre et en janvier. Mais au 1er janvier, on partait déjà avec un déficit hydrique de 100 mm de pluie sur l'année précédente par rapport à la décennale.

À ce jour les sols sont très secs », conclut Camille Lecomte, qui exploite à Verdes.

+ d'infos

Contactez l'OUGC de Loir-et-Cher : organisme-unique@loir-et-cher.chambagri.fr

Les plus lus

En Seine-et-Marne, le coup d'envoi de la moisson 2021 a été donné début juillet. Cette récolte, débutée tardivement, se déroule par intermittence en raison des nombreux épisodes pluvieux qui surviennent régulièrement depuis deux semaines.
En Île-de-France, la moisson tarde à s'enclencher
Manque d'ensoleillement, excès d'eau…, la moisson francilienne tarde à débuter. Les toutes premières récoltes ont eu lieu la…
Banderole "Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles" au bord d'une jachère fleurie en Seine-et-Marne..
« Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles »
Des exploitants agricoles de Seine-et-Marne affichent des banderoles près de leurs jachères fleuries.
Lorsqu'elle est pleine, la ­moissonneuse-batteuse peut peser jusqu'à 30 tonnes : la désembourber s'avère alors très compliqué.
Moissons : les agriculteurs s’embourbent dans le retard
Dans le Loiret, les premiers agriculteurs ont timidement commencé à récolter la semaine dernière mais la météo pluvieuse ne…
Le 22 juillet, à Saulnières. Maxime Vecten est ravi de sa toute nouvelle ­moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250.
La récolte avec une géante : l'Axial Flow 9250 de Case IH
La société Duret vient de livrer une moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250. Petit tour aux côtés de son heureux…
Les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume qui lie pompiers et agriculteurs.
Feux de chaume : agriculteurs et pompiers main dans la main
À l'aube de la moisson 2021, les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume signée…
Alexandre Pelé est le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves Centre-Val de Loire.
Quelles perspectives d’avenir pour la filière betteravière ?
Après l’annonce de Cristal Union d’un prix de la betterave à 30 euros/tonne, Alexandre Pelé, président de la Confédération…
Publicité