Aller au contenu principal

Benoît Vauxion, nouveau président du comité technique

Benoît Vauxion succède à Laurent Delorme à la présidence du comité technique de la Safer du Loiret à la Safer Centre. Il nous raconte sa prise de fonction ainsi que les missions qu’il s’est données.

Benoît Vauxion est le nouveau président du comité technique du Loiret de la safer Centre.

Benoît Vauxion a 58 ans. Il est maraîcher producteur de plants de légumes. Il est depuis neuf ans président de la Fédération de Groupama du Loiret et c’est dans ce cadre qu’il a accédé, il y a trois mois, à la fonction de président du comité technique du Loiret au sein de la Safer du Centre.

« J’ai ainsi remplacé Laurent Delorme, qui lui est devenu P.-D.G. de la Safer du Centre ».

« Le comité technique dont je suis devenu le nouveau président est chargé de mener à bien les missions de la Safer, explique-t-il. En d’autres termes, il s’agit du Parlement du foncier de la Safer.

C’est une instance où l’on présente différentes candidatures et où l’on arbitre sur le candidat le plus idéal en fonction de différents critères : la profession (agriculteur ou non), agriculteur à titre principal ou non, agriculteur biologique ou conventionnel, être jeune agriculteur et la structure en pondération d’hectares ». Cela est encadré par le Code rural.

« La valeur du comité technique est la pluralité des horizons politiques, socioprofessionnels et philosophiques de chacun d’entre nous », ajoute-t-il.

Selon Benoît Vauxion, la Safer a un déficit d’image notamment à cause du principe de préemption. Ce principe permet à la Safer de se substituer aux éventuels acheteurs de terrains afin d’œuvrer à la protection des espaces agricoles naturels et forestiers.

« Contrairement aux idées reçues, ce droit est très peu utilisé au sein de la Safer du Centre et du Loiret : nous n’en avons ouvert qu’un seul en 2018, zéro en 2019 et seulement un à l’heure actuelle, en 2020. Il est utilisé à la demande de candidats à la suite de notifications, à l’indication d’une mutation d’un bien. Il est traité dans le même cadre que le droit de priorité. »

Le nouveau président se donne donc pour mission d’essayer de redorer l’image de la Safer et de la faire connaître car, réplique-t-il : « Je me suis aperçu que nous ne sommes pas assez connus ou alors pas connus pour ce que nous faisons réellement ».

« Il faut que l’on démystifie la Safer en montrant ses nombreux avantages. Par exemple, elle offre la possibilité de démanteler des parcelles de terres, sans risque fiscal pour les vendeurs. Elle peut donner le droit d’exploiter, sans passer par la Commission départementale d'orientation agricole (CDOA). Ou encore, elle peut faire des conventions de mise à disposition (CMD). Les CMD sont des locations à titre précaire avec une durée maximale de six ans renouvelable une fois. »

La Safer du Centre a une véritable expertise sur le terrain du foncier. Elle compte aujourd’hui trois conseillers fonciers dans le Loiret.

De plus, elle possède deux services spécialisés régionaux : un concernant les propriétés forestières et rurales et la seconde concernant les collectivités. Ce sont des services transverses spécialisés, qui viennent en aide aux conseillers départementaux.

La Safer, c'est quoi ?

La Société d’aménagement foncier et d’établissement rural (Safer) est une société anonyme, sans but lucratif, avec des missions d’intérêt général, sous tutelle des ministères de l’Agriculture et des Finances. Les Safer couvrent le territoire français métropolitain et trois DOM. Issues des lois d’orientation agricole de 1960 et 1962, elles permettent à tout porteur de projet viable — qu’il soit agricole, artisanal, de service, résidentiel ou environnemental — de s’installer en milieu rural. Les projets doivent être en cohérence avec les politiques locales et répondre à l’intérêt général.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La perdrix grise, une des productions phares de l\'élevage, est plutôt destinée aux départements limitrophes.
L'interdiction de chasser impacte les éleveurs de petit gibier
Thibault Pelletier élève du petit gibier à Écublé (Eure-et-Loir). Une activité fortement impactée par les mesures d'interdiction…
Le 16 novembre, à Chartres. Les Universités du soir de la Chambre sur la certification HVE ont été retransmises en direct sur Youtube.
La certification HVE fait le plein
La chambre d'Agriculture a consacré, le 16 novembre, ses 28es Universités du soir au thème de la certification HVE en grandes…
Pa'dou, ou la patate douce acclimatée en Eure-et-Loir
Séverine et Rodolphe Pichard, installés sur leur ferme de Louasville, sont à l'origine de l'introduction de la culture de la…
Charlin Hallouin : « J’aime tester en mesurant les risques	».
Charlin Hallouin, céréalier et producteur d’oléagineux
Installé en grandes cultures à Danzé, Charlin Hallouin produit des céréales et des oléagineux. Le président de JA 41 fabrique son…
Le Gaec Perron est équipé d’un robot de traite depuis 2013. Celui-ci sera renouvelé en 2021.
Julien Perron, éleveur-multiplicateur
Installé en Gaec à Sainte-Anne (Loir-et-Cher), Julien Perron produit du lait de vache et multiplie des semences certifiées de…
Betteraves : des solutions en perspective
Le syndicat betteravier régional a tenu son assemblée générale le 19 novembre. L'occasion pour Alexandre Pelé, président de la…
Publicité