Aller au contenu principal

Bilan
Betteraves : rendement historiquement bas

La campagne betteravière achevée, le délégué régional de l'ITB, Pierre Houdmon, revient sur ses faits marquants en Centre-Val de Loire. Les mauvais rendements constatés s’expliquent par plusieurs facteurs.

Photo : ITB

 

En raison du contexte sanitaire, l’Institut technique de la betterave (ITB) a tenu en ligne son comité technique Centre-Val de Loire le 17 décembre sous la forme d’un séminaire. La réunion a été l’occasion de revenir sur les faits marquants de la campagne 2020 dans la région.

Avec un rendement de 42 t/h, il faut remonter à 1969 pour un pareil constat en Centre-Val de Loire. L’excès de précipitations hivernales et le manque d’évolution des labours ont rendu très compliquée la préparation du lit de semence.

Rendements betterave

La présence importante de mottes et l’absence de pluies pendant quatre semaines après le semis ont provoqué des levées échelonnées. Cela a handicapé le potentiel de la culture chez les 30 % de non-irrigants.

L’arrivée massive des pucerons verts au stade cotylédons n’a pas permis une efficacité suffisante des deux seules solutions disponibles (Teppeki et Movento).

La jaunisse est apparue mi-mai sous forme de foyers et s’est généralisée rapidement à la totalité des parcelles. D’importants retards de croissance ont été observés et ont suscité très vite des questions sur la gestion estivale de l’irrigation.

Charançon

Le charançon Lixus juncii, apparu en 2019, poursuit son expansion. La carte ci-dessus a été réalisée à partir des observations du Bulletin de santé du végétal (BSV) 2020.

Les points rouges indiquent les parcelles infectées sur plus de 50 % des plantes par des larves dans le collet, les points oranges correspondent à l’extension annuelle avec 11 à 49 % d’infestation. Enfin, les points verts correspondent à une dispersion sans impact pour la culture avec moins de 10 % d’infestation.

Avec la généralisation de la jaunisse et la faible croissance mesurée en juillet dans les prélèvements bimensuels, il apparaissait logique de se questionner sur la pertinence de l’irrigation au cours du mois d’août.

Le bénéfice net calculé correspond au gain de rendement mesuré entre les deux conduites : début d’irrigation le 15 juin et arrêt le 15 juillet ; début d’irrigation le 15 juin et arrêt le 10 août (en t/ha à 24 euros la tonne), duquel est déduit le coût du mm d’eau en euros.

Irrigation

En année normale, dans quinze essais sans jaunisse (courbe bleue), l’irrigation sur la période du 15 juin au 15 août est correctement valorisée quel que soit le coût du mm d’eau. Le bénéfice net s’étend de 227 euros/ha à 506 euros/ha. En revanche, avec une forte pression jaunisse en 2020 (courbe rouge), ce même bénéfice minimum de 227 euros/ha n’est obtenu que si le coût du mm d’eau est inférieur à 1,50 euro.

Il ressort aussi de cette campagne que le choix variétal pour lutter contre la rhizomanie était primordial.

L’utilisation des variétés FPR (Forte pression rhizomanie) en terrain infesté a permis un gain de rendement de 10 %. En 2020, l’interaction rhizomanie et jaunisse a certainement exacerbé les différences par rapport aux variétés non FPR.

Ces variétés, en plus de leur excellent comportement rhizomanie, peuvent dorénavant sécuriser votre rendement en présence de cercosporiose pour les arrachages après le 20 octobre.

Retrouvez la vidéo du comité technique Centre-Val de Loire de l’ITB :

Les plus lus

Francis Tremblay
Le maraîcher Francis Tremblay nous a quittés
Le maraîcher francilien Francis Tremblay est décédé le 5 février à l'âge de 62 ans.
Cintrat
Le brasseur Emmanuel Cintrat passe à la vitesse supérieure
Emmanuel Cintrat, agriculteur et brasseur à Voise, a augmenté la capacité de production de sa bière artisanale, La Voisine.
Circuits courts : des étudiants en mode projets
Dans le cadre de leur BTS au lycée agricole Sully à Magnanville (Yvelines), vingt-sept étudiants planchent sur les circuits…
Les Graines de mon village d’Ocquerre
Une graineterie, telle est la diversification développée par Hervé et Bruno Gautier, polyculteurs à Ocquerre (Seine-et-Marne).
MFR de Chaingy : la nouvelle directrice dévoile ses objectifs
Directrice de la MFR de Chaingy (Orléans) depuis septembre 2020, Émilie Gabion nous parle de ses missions au sein de l’…
Julien de Clédat et sa porte de ruche connectée
Passionné par l’apiculture, Julien de Clédat a décidé d’aider les apiculteurs à gérer leurs ruches grâce à sa porte connectée…
Publicité