Aller au contenu principal

Betty Faivre et ses confitures

Ancienne conseillère de gestion au sein d’un groupe de la grande distribution, Betty Faivre a opéré un virage professionnel à 180 degrés en devenant confiturière au cœur de la plaine de Bière (Seine-et-Marne).

Betty Faivre.
Betty Faivre.
© L. G.-D. - Horizons

Chailly-en-Bière (Seine-et-Marne), ses maraîchers, son célèbre clocher immortalisé par Millet… et sa confiturière Betty Faivre. En effet, depuis quatre ans, la jeune femme y a installé son laboratoire après avoir changé radicalement d’orientation professionnelle.

Transformer des produits locaux

« J’ai toujours aimé cuisiner et eu envie de faire des confitures. En m’installant ici, j’ai découvert plein de petits producteurs qui avaient envie de distribuer en local et travaillaient dans une démarche écoresponsable. L’idée a fait son chemin et j’avais la possibilité de développer cette activité dans une dépendance de mon habitation », explique la confiturière qui était auparavant contrôleuse de gestion au siège du groupe U. « Je me sens plus à ma place. Mais c’est un travail de longue haleine. Je n’en vis pas encore », précise-t-elle.

En 2018, elle se lance et crée Confet’ty après avoir effectué deux stages chez des exploitants agricoles qui transformaient leurs produits (un cressiculteur de Méréville et un producteur de fruits sarthois). « Je pensais m’orienter plus vers une conserverie et proposer des soupes, mais cela nécessitait un investissement plus lourd. Je me suis donc recentrée sur les confitures, quelques sauces (ketchup, sauce barbecue, pickles), coulis et sirops », explique Betty Faivre. Ses fournisseurs se situent au plus près pour l’essentiel (la Ferme Chaillotine, les Saveurs de Chailly, toutes deux implantées sur la commune, et le Verger du Lys à Samois-sur-Seine), cerises et mirabelles sont produites dans l’Yonne, et pour répondre à la demande de la clientèle, quelques fruits viennent de contrées plus au sud comme les abricots et les figues. Même le sucre est produit en Seine-et-Marne.

Cuites au chaudron

Ses confitures, préparées au chaudron, sont 100 % artisanales. Elles contiennent moins de sucre (40 %) que les confitures classiques. Tout est commercialisé en circuit court, via la boutique en ligne et lors de marchés et événements*.

Si dans la gamme d’une vingtaine de saveurs la confiture à la fraise se vend le mieux, Betty Faivre essaie de proposer des associations originales. Ses dernières nouveautés betterave/pomme et courgette/gingembre se dégustent à l’apéritif ou pour accompagner un fromage.

Le packaging des pots a été travaillé de manière à jouer sur la transparence et mettre en valeur le produit. La proximité est également mise en avant avec le label Produit en Île-de-France.

Et à Noël, Betty Faivre propose des coffrets variés et une confiture de Noël à base de pomme/poire/rhum auxquels s’ajoutent des épices, des fruits secs et à coque.


*Betty Faivre sera présente à la Ferme Chaillotine, à Chailly-en-Bière, lors de la Balade du goût les 15 et 16 octobre.

Biographie

  • 2016 : installation à Chailly-en-Bière.
  • 2018 : création de Confet’ty.
  • Septembre 2019 : activité à temps plein.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
À Cergy (Val-d'Oise), lundi 28 novembre. De gauche à droite, Vincent Hornet, Audrey Chantepie et Florian Léchaudé décrivent leur quotidien difficile.
Les producteurs de la plaine maraîchère de Cergy en plein désarroi
Le long de l'Oise, la plaine maraîchère de Cergy (Val-d'Oise) compte huit producteurs qui exploitent environ 80 hectares. Depuis…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
De g. à d.	: Samuel Vandaele, Olivier Barnay, Christophe Hillairet, Marc Guillaume et Guillaume Lefort.
Les chambres d'Agriculture engagent un rapport de force avec l'État
La session d'automne de la chambre d'Agriculture de région Île-de-France s'est tenue le 29 novembre à Paris sur fond de tensions…
Lundi 28 novembre, à Chartres. Le président de la chambre d'Agriculture des Deux-Sèvres, Jean-Marc Renaudeau, a été invité en session pour expliquer ce qui se passe autour des projets de retenues de substitution.
Le débat autour des bassines dans les Deux-Sèvres s'invite en session Chambre d'Eure-et-Loir
L'ultime session de l'année des membres de la chambre d'Agriculture d'Eure-et-Loir se déroule le 28 novembre sous la houlette de…
Publicité