Aller au contenu principal

Biner et fertiliser le maïs simultanément

En un seul passage, il est désormais possible d’effectuer le binage du maïs en même temps qu’une fertilisation localisée. Objectif de la manœuvre : s’attaquer aux ray-grass résistants. Reportage à Péronville (Eure-et-Loir) où la technique est actuellement testée par la SCEA Pousse.

Dans certaines exploitations agricoles, le maïs est une culture prépondérante au pouvoir nettoyant pour les parcelles, ce qui nécessite de se pencher sur certains freins qui menaceraient sa pérennité au sein des assolements.

À Péronville (Eure-et-Loir), Sébastien Hallouin, salarié de la SCEA Pousse, teste le binage associé à la fertilisation localisée sur maïs.

À Péronville, en Eure-et-Loir, c’est essentiellement les problématiques de ray-grass résistants qui ont amené l’équipe de la SCEA Pousse à réfléchir à des moyens de lutte efficaces à mettre en place sur les 80 hectares de maïs au sein d’une surface agricole utile de 320 hectares irrigués. Et le plan d’attaque passe par le machinisme. « Mes employeurs ont récemment investi à la fois dans une bineuseLemken (ex-Steketee), mais aussi dans une cuve frontale de 1 100 litres avec interface de guidage pour assurer une pulvérisation ciblée, explique Sébastien Hallouin, salarié agricole. Cet équipement nous a permis de développer une nouvelle technique en maïs : le binage accompagné d’une fertilisation localisée de solution azotée. L’idée est de s’attaquer aux ray-grass résistants, problématique à laquelle nous sommes confrontés depuis une quinzaine d’années et pour laquelle le labour ne suffit pas. Lors du binage, la fertilisation ciblée sur le rang permet d’éviter de nourrir les adventices de l’interrang ».

La solution azotée incorporée directement dans le sol

Très concrètement, en 2023, la SCEA Pousse a assuré une première fertilisation de type starter 18-46 lors des semis de maïs en avril, en six rangs. Deux binages ont été effectués, à une dizaine de jours d’intervalle. Et c’est sur le deuxième binage que la fertilisation localisée a été positionnée. Cette technique a permis d’incorporer la solution azotée directement dans le sol derrière une dent pour éviter l’évaporation. Enfin, une troisième opération de fertilisation avec de l’urée a été menée, de manière plus classique. « On voit du résultat avec la bineuse si le temps est sec après le passage, et en intervenant suffisamment tôt, constate Sébastien Hallouin. Ça redonne de la vie microbienne au sol. Nous disposons désormais d’outils plutôt performants, notamment grâce à l’interface de guidage qui apporte confort, précision et plus grand débit de chantier. Pour la pulvérisation, la technologie Isobus nous permet de régler un ensemble de paramètres, largeur totale, écartement des buses…, pour plus de précision. La vitesse est également régulée. Pour un binage accompagné d’une fertilisation, elle est comprise entre 5 et 8 km/h selon les terres ».

La prochaine saison des semis de maïs devrait s’accompagner d’un nouveau test : le binage combiné au désherbage chimique. Ces essais techniques menés par la SCEA Pousse sont facilités car elle détient ce matériel en individuel. Une acquisition notamment permise par les récents programmes de soutien à l’investissement en agriculture.

Les + de la technique

  • La technique de binage associé à la pulvérisation tend à se démocratiser car plusieurs actions sont réalisées en un seul passage.
  • Elle va en faveur d’une réduction des produits phytopharmaceutiques et des indices de fréquence de traitement (IFT).
  • Cette technique permet une réduction de la volatilisation avec une pulvérisation au plus proche de la cible.

Cet article fait partie d'un dossier Désherbage mécanique

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Mercredi 24 janvier, tôt le matin, au rond-point du supermarché Cora, plus d'une cinquantaine de tracteurs ont répondu à l'appel à mobilisation lancé par la FNSEA 41 et JA 41 pour prendre la route vers la préfecture de Blois.
FNSEA et JA 41 se mobilisent à Blois
La colère des agriculteurs a grondé en Loir-et-Cher et plus précisément à Blois, devant les locaux de la préfecture, mercredi 24…
Charles Perdereau, Président de JA Centre-Val de Loire.
Charles Perdereau : « Nous voulons des actes ! »
Les premières grosses mobilisations ont pris de l’ampleur tout au long de ces derniers jours un peu partout en France. La montée…
Mardi 23 janvier, à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise). Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, en visite dans l'exploitation de Paul Dubray,
Valérie Pécresse à la rencontre des agriculteurs
Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, s'est rendue mardi 23 janvier à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise) sur…
« Nous appelons à une mobilisation forte ce dimanche 28 janvier dans notre département »
Bertrand Petit, président de la FNSEA 28, et Guillaume Chenu, président de JA 28, prennent la parole dans un contexte de ras…
Les marques de Lactalis ont été épinglées par les éleveurs de la FNSEA et de JA d'Eure-et-Loir.
Les éleveurs ciblent Lactalis
Les éleveurs laitiers de la FNSEA 28 et de Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir ont mené une action au sein du Centre Leclerc de…
Lydie Boussin trie elle-même ses œufs bio à la main car elle n'emploie personne sur son exploitation.
Élever des poules pondeuses bio, oui, mais à quel prix ?
Il y a dix ans, Lydie Boussin est devenue éleveuse de poules pondeuses bio. Aujourd’hui, face à la saturation du marché, la jeune…
Publicité