Aller au contenu principal

Blocage des raffineries : le Loir-et-Cher prend le relais

Mercredi 13 juin au matin, c’était le troisième jour de blocage des raffineries et dépôts. Malgré des négociations intenses, le compte n’y était toujours pas. Les agriculteurs loir-et-chériens sont venus en renfort.

Les agriculteurs de Loir-et-Cher se sont rendus à Coignières (Yvelines) pour prendre le relais des blocages.

La protestation nationale contre les distorsions de concurrence qui plombent l’agriculture française continue. Coût du travail, normes franco-françaises, importations à tout va de produits du monde entier ne respectant aucun standard européen et français accélèrent la disparition de l’agriculture française.

Pas d’OGM, de phytos, de poules en cage, des contraintes sociales et des contrôles tous les matins dans les fermes françaises, pour quoi faire ? Pendant ce temps-là, le consommateur français mange de la viande sud-américaine, du blé nord-américain, des œufs brésiliens et des fruits et légumes venus de pays où on ne paye pas !

On protège qui ?

Pas les agriculteurs, qui, face à la concurrence et faute de protection et de cohérence de l’État, s’endettent tous les ans un peu plus et sont un peu plus nombreux tous les jours à baisser les bras. Pas les consommateurs français dont l’alimentation ou les carburants importés ne sont contrôlables sur aucun des plans environnementaux, sanitaires, ou sociaux.

Dans la matinée, le ministre de l’Agriculture annonçait enfin des mesures pour contrôler ces importations, un groupe de sénateurs déposait des amendements dans ce sens-là en commission.

Ce qui est certain, c’est que les engagements doivent être précis et écrits. Et vous pouvez compter sur nous, FDSEA et JA de Loir-et-Cher, pour assurer un contrôle de la mise en œuvre par nos réseaux.

Le chemin d’une compétition mondiale équilibrée et régulée est encore long, mais il en va de la survie de notre agriculture et de la sécurité de tous les Français. Les blocages ont donc été suspendus mais les syndicats attendent d’autres engagements et une formalisation.

Les agriculteurs du Loir-et-Cher restent mobilisés. Ce qui est en jeu, c’est notre survie, à travers le maintien de l’économie, de la santé, de l’environnement, de la qualité de l’alimentation, des paysages, etc.

Pour Didier Delory, secrétaire général FDSEA de Loir-et-Cher : « Ces enjeux méritent d’une part une vigilance permanente des agriculteurs, mais surtout une prise de conscience réelle des citoyens ».

FDSEA 41

Les plus lus

Hommage à Armelle Caffin, partie trop tôt
À la suite du décès d’Armelle Caffin dans sa 61e année le 30 décembre 2020, le journal Horizons tient à adresser ses plus vives…
Paul Duchenne glane le titre de meilleur pointeur d'Eure-et-Loir
La finale du concours départemental de jugement de bétail d'Eure-et-Loir s'est déroulée le 7 janvier à Saint-Ulphace (Sarthe).…
Un doc à propos du glyphosate samedi sur Public Sénat
La chaîne Public Sénat diffuse ce samedi le documentaire d'Isabelle Vayron La Beauce, le glyphosate et moi, qui fait la part…
Caproga : une bonne année
Même si l’assemblée générale de la coopérative Caproga n’a pas pu se dérouler en présentiel, le bilan d’activité 2019 a tout de…
Betteraves : rendement historiquement bas
La campagne betteravière achevée, le délégué régional de l'ITB, Pierre Houdmon, revient sur ses faits marquants en Centre-Val de…
Des portes ouvertes autour d'un nouveau Deutz chez Nouvellon
Les établissements Nouvellon ont souhaité maintenir leur traditionnelle journée portes ouvertes, le 15 décembre à Bouville (Eure-…
Publicité