Aller au contenu principal

Bruno Le Maire, écrivain français

Candidat à la présidence de l’UMP, cet ancien ministre conçoit la France à travers sa langue.

Dans une demi-heure ce dimanche, il endossera son personnage de candidat à la présidence de l’UMP. Mais là, maintenant, Bruno Le Maire entre dans le bistrot de la place de La Loupe. On a potassé son sujet, alors on s’attend à voir entrer un Janus. Un être à deux faces : d’un côté, un politique ; de l’autre, un écrivain. Et puis quoi ? non. Sa chemise, sa posture, sa notoriété, on pourrait croire qu’il va dénoter parmi les habitués du PMU. Pas du tout, il sert les mains, cause un peu, est à l’aise grâce à ses réflexes d’élu de terrain. Le brouhaha continu du café le prouve, l’homme public, l’écrivain, l’ancien ministre, est passé comme s’il était un gars du coin.
Il est né dans les livres. Pour ce fils d’un haut cadre de l’indus- trie du pétrole et d’une directrice d’établissement catholique d’enseignement, on imagine les rangées d’ouvrages dans la bibliothèque derrière le piano. « Oui, il y avait des livres partout », se souvient-il. Et oui, il est musicien.« J’ai toujours eu l’impression d’écrire. Les cartes postales, c’est mon premier souvenir. Ca peut sembler bête mais c’est le point de départ. Ensuite viennent les carnets, les compositions et puis, à un moment, on se dit pourquoi ne pas faire un vrai livre ? », raconte-t-il. Pour- tant, impossible de lui faire citer un véritable ouvrage fondateur. Pas de madeleine donc, pour cet ancien agrégé de lettres qui a consacré un mémoire à Proust. Alors, quoi ? Le besoin de passer des messages ? « Je me conçois comme homme politique et écrivain. Les deux sont ce que je suis », explique-t-il. Il voulait d’abord être professeur. Il l’a été durant deux ans. Puis il voulait rentrer dans l’action. « Sinon, j’aurai été malheureux », dit-il. Il a publié une trilogie sur son expérience gouvernementale (« le Ministre », « Des hommes d’État », « Jours de pouvoir ») mais il ne compte plus produire de nouvelles chroniques. Et pourtant, il a édité mi-septembre un livre, « À nos enfants », sur son histoire personnelle : « Mon intimité passe par l’écriture, seulement par elle. »
« J’aime la politique, j’aime la littérature : les deux sont mêlées. Regardez les chefs d’œuvre de la littérature : ils sont tous imprégnés de politique. “La Chartreuse de Parme”, c’est politique. » Il propose une lecture de l’histoire à travers le langage : on invente la France en unissant langues d’Oc et d’Oil, puis l’édit de Nantes, le combat sur les langues régio- nales : tout ça, c’est une façon d’affirmer l’unité de la nation. Nous y voilà : le roman national, c’est sa langue.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Case IH : la qualité de récolte à tous les niveaux
La 7250 de Case IH est le modèle du constructeur le plus représenté dans la Marne. Cette moissonneuse, nouvelle génération d’…
Les colzas détruits par la grêle à la suite de l'orage du samedi 4 juin 2022.
Grêle : des centaines d'hectares détruits
Marieke et Dominique, David, Christophe, Nicolas… Pour une vingtaine d'exploitants du sud des Yvelines, la journée du samedi 4 …
En mai 2022 à Villeroy. La famille Codron dans la serre de fraises.
Saveurs fruitées à la Fraiseraie de l’étang
Depuis quatre ans, la famille Codron, à Villeroy, s’est diversifiée dans la production de fraises, et plus récemment de…
En fin de rencontre, les ministres sont repartis avec des fraises de ­l'exploitation Les Marais.
Sécheresse : trois ministres en déplacement dans le Loiret
La Première ministre, la ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, ainsi que le ministre de l'…
L'Ideal 7 bénéficie d'une largeur de 3,50 m au transport même équipée de pneus de 800.
Fendt Ideal 7 : une moissonneuse "qui tient ses promesses"
« Plus de puissance, plus de débit, plus de confort », ce sont les mots de Fendt pour définir la gamme Ideal, lancée en 2017.…
Franck Guilloteau, président du Cadran de Sologne, revient sur la saison de fraises vécue par la coopérative qui regroupe vingt-trois exploitants.
Les fortes chaleurs ennemies des fraises
Rencontre avec Franck Guilloteau, président du Cadran de Sologne, coopérative qui rassemble 23 exploitants à Fontaines-en-Sologne…
Publicité