Aller au contenu principal

Produits
C du Centre : la région marque son territoire

La signature C du Centre devient marque collective régionale alimentaire. Objectif : promouvoir le savoir-faire local. La démarche a été présentée le 8 décembre à Tauxigny-Saint-Bauld (Indre-et-Loire).

Le 8 décembre, à Tauxigny-Saint-Bauld (Indre-et-Loire), à la brasserie de l’Aurore. De g. à d. : Gérard Bobier, François Bonneau et Christelle de Crémiers.

Lancée début 2014 afin de promouvoir la filière agroalimentaire, la signature C du Centre devient marque collective régionale alimentaire. Celle-ci a été présentée le 8 décembre à Tauxigny-Saint-Bauld (Indre-et-Loire), lors d’une conférence de presse.

François Bonneau, président de la Région, a déclaré : « Des professionnels sont engagés dans une grande aventure. Une marque fait parler un territoire. La crise sanitaire provoque des difficultés économiques et sociales qui accélèrent la prise de conscience des enjeux liés à l’alimentation, au vivre ensemble et à l’environnement. Les produits de qualité répondent aux attentes des consommateurs. Le savoir-faire des agriculteurs, des artisans et des transformateurs est reconnu ».

Christelle de Crémiers, vice-présidente de la Région, déléguée au tourisme, aux territoires et à l’alimentation, a prolongé l’analyse : « Cela a demandé beaucoup de volonté politique. La marque C du Centre sera un outil au service de la valorisation des produits et de la transformation des pratiques. Les artisans et les PME n’ont pas accès aux produits de synthèse de la grande industrie. Nous mettons en avant les petits et les authentiques pour que le bon et le naturel soient à la portée de tous. La marque C du Centre a du sens. Elle raconte l’histoire d’hommes et de femmes du territoire ».

C du Centre

Gérard Bobier, président de la chambre régionale de l’Artisanat, a tenu un discours similaire : « Nous vivons une année difficile sur le plan économique, social et sanitaire. Les consommateurs ont redécouvert les circuits de proximité. La marque C du Centre est une identification très forte des produits. Il y a des talents près de chez nous. Cela offre de nouveaux débouchés aux producteurs de la région. Un produit de qualité est moins cher qu’un produit industriel. 60 % des artisans se trouvent en zone rurale. D’où l’intérêt de mettre nos territoires en valeur ».

Pour Christelle Richard-Alfaïa, gérante de la brasserie de l’Aurore, à Cormery (Indre-et-Loire), « la marque C du Centre valorisera le savoir-faire de notre filière ».

Producteur de safran et de truffes à Moulins-sur-Yèvre (Cher), Pierre Fabre ne dit pas autre chose : « On ne peut qu’aller de l’avant. Les enjeux sont doubles : valoriser un territoire et reconnaître les hommes et les femmes qui y travaillent. Traçabilité et proximité de nos productions sont des gages de qualité ».

C du Centre

 

Repères

La marque C du Centre garantit un approvisionnement majoritairement régional en produits bruts et matières premières. Par ailleurs, le siège social de l’entreprise ou le site de production doit se trouver dans la région. Troisièmement, les produits doivent être issus d’entreprises respectueuses de l’environnement. Une vingtaine sont engagées dans la démarche pour trois ans renouvelables, soit 213 produits agréés (bière, chips, farine, pâtes, etc.). D’autres dossiers seront examinés prochainement par la commission d’agrément. Un logo sera apposé sur les emballages des produits sélectionnés.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
Vendredi 8 juillet, à Garancières-en-Beauce. Dans le cadre de l'entraide, Pascal Laya bat la parcelle de colza d'un ami.
L'Eure-et-Loir vit au rythme de la moisson
Depuis le début du mois, la pluie a cédé la place au grand bleu, la moisson bat son plein en Eure-et-Loir. Quelques tours de…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
Publicité