Aller au contenu principal

Ça infuse au Domaine de Saint-Gilles

Des infusions « 100 % bio, 100 % délicieuses, 100 % solidaires », voilà l’audacieux défi que relève le Domaine de Saint-Gilles à Pontlevoy.

Spécialisé en maraîchage bio depuis son ouverture en 1994, le Domaine de Saint-Gilles, à Pontlevoy, produit aussi de façon artisanale et solidaire des infusions naturelles. Anis, verveine citronnelle, menthes, lavande & thym, fleurs et thym citron sont les six parfums naturels vendus dans de jolies boîtes pastel aux dessins délicats (entre 10 et 12 euros la boîte de vingt infusettes).

« Nous cultivons sur le domaine plus d’une vingtaine de plantes et de fleurs aromatiques toutes sélectionnées parmi nos préférées pour leurs saveurs particulières, leurs arômes délicats et leur beauté pour vous offrir un instant de détente et de bien-être », affirme Nadine Desnoyers, directrice du domaine.

Un succès puisque que pas moins de 45 358 boîtes ont été vendues en 2017 et que de nouvelles saveurs viennent tout juste de voir le jour. En effet, lundi 8 octobre, Nadine Desnoyers, accompagnée des équipes de l’Esat (Établissement et service d’aide par le travail), a annoncé le lancement de trois nouvelles infusions originales : Basilic, cannelle & primevère, Romarin & roses, Laurier & mauve.

L’intégralité de la production (culture, récolte, séchage, transformation, fabrication des infusettes pyramidales, conditionnement…) est réalisée à Pontlevoy par une dizaine de personnes en situation de handicap.

« L’idée est de permettre aux travailleurs handicapés de s’impliquer dans l’économie locale, souligne la directrice. Nos ouvriers maîtrisent totalement l’ensemble de la chaîne de production. Tout est réalisé au domaine, même les packagings sont montés à la main. Une garantie d’authenticité et de qualité optimale de notre terre jusqu’à votre dégustation ».

Un pari qui a déjà séduit plus de 150 professionnels dans l’épicerie fine, l’hôtellerie-restauration et l’entreprise — dans le cadre des politiques handicap et RSE, pour Responsabilité sociétale des entreprises.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Mercredi 24 janvier, tôt le matin, au rond-point du supermarché Cora, plus d'une cinquantaine de tracteurs ont répondu à l'appel à mobilisation lancé par la FNSEA 41 et JA 41 pour prendre la route vers la préfecture de Blois.
FNSEA et JA 41 se mobilisent à Blois
La colère des agriculteurs a grondé en Loir-et-Cher et plus précisément à Blois, devant les locaux de la préfecture, mercredi 24…
Charles Perdereau, Président de JA Centre-Val de Loire.
Charles Perdereau : « Nous voulons des actes ! »
Les premières grosses mobilisations ont pris de l’ampleur tout au long de ces derniers jours un peu partout en France. La montée…
Mardi 23 janvier, à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise). Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, en visite dans l'exploitation de Paul Dubray,
Valérie Pécresse à la rencontre des agriculteurs
Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, s'est rendue mardi 23 janvier à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise) sur…
« Nous appelons à une mobilisation forte ce dimanche 28 janvier dans notre département »
Bertrand Petit, président de la FNSEA 28, et Guillaume Chenu, président de JA 28, prennent la parole dans un contexte de ras…
Les marques de Lactalis ont été épinglées par les éleveurs de la FNSEA et de JA d'Eure-et-Loir.
Les éleveurs ciblent Lactalis
Les éleveurs laitiers de la FNSEA 28 et de Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir ont mené une action au sein du Centre Leclerc de…
Lydie Boussin trie elle-même ses œufs bio à la main car elle n'emploie personne sur son exploitation.
Élever des poules pondeuses bio, oui, mais à quel prix ?
Il y a dix ans, Lydie Boussin est devenue éleveuse de poules pondeuses bio. Aujourd’hui, face à la saturation du marché, la jeune…
Publicité