Aller au contenu principal

Camille Letailleur, artisan sellier

D’abord éducatrice pour les chiens guides d’aveugles, Camille Letailleur a opéré une reconversion professionnelle qui l’a menée au métier d’artisan sellier-harnacheur.

Au cœur d’une écurie de Fontenay-lès-Briis (Essonne), l’atelier-boutique Abacar est né il y a un peu plus de deux ans. Brides, licols, ceintures, bracelets..., Camille Letailleur y confectionne des pièces en cuir uniques — la plupart sur-mesure — inspirées de l’univers des chevaux ibériques et du spectacle équestre.

D’aussi loin qu’elle se souvienne, la jeune femme a toujours été passionnée par les chevaux.

Un univers cependant inconnu de sa famille qu’elle a apprivoisé toute son enfance en fréquentant les poneys-clubs. À l’adolescence, cette ancienne cavalière de concours complet se détourne de sa passion. « L’esprit de compétition ne me correspondait pas et l’usage qu’on faisait des chevaux non plus ».

Exit les chevaux, place alors... aux chiens. Camille Letailleur devient famille d’accueil pour les chiens guides d’aveugles. Une expérience qu’elle vit comme une petite révélation au point de vouloir en faire son métier. « Je suis devenue éducatrice de chiens guides. Je me suis formée au handicap en apprenant notamment le braille et j’ai participé à la création de l’école de chiens guides de Caen ».

Sur sa route, Camille Letailleur a un coup de foudre pour un cheval, qu’elle achète, et croise le sellier qui fabrique les harnais pour les chiens guides.

Le métier l’intrigue mais la jeune femme passe sa route.

Ce n’est qu’en regagnant la région parisienne pour des raisons personnelles que Camille Letailleur choisit d’opérer un virage à 180 °C dans sa carrière professionnelle, non sans crainte. « À part les colliers de nouilles à la maternelle, je n’avais jamais rien fait de mes mains », plaisante celle qui est devenue artisan sellier.

Camille retourne à l’école pour un CAP de sellier-harnacheur, apprend sur le tas auprès d’une artisan parisienne et doucement son projet prend forme. « Dès l’instant où j’ai voulu adopter ce métier, je savais que je ferai de la briderie et que je voulais me tourner vers le milieu du spectacle équestre. J’ai fabriqué mes premières pièces sur la table à manger du salon familial et je les vendais sur Internet ».

Son diplôme en poche, elle décroche un gros contrat : la reproduction de selles d’arme, de brides et de licols pour le musée de la gendarmerie de Melun alors en création.

Camille prend confiance, participe à des salons dont celui du cheval à Paris, jusqu’au jour où les propriétaires de l’écurie où son cheval est en pension (la ferme de Quincampoix) lui proposent d’installer son atelier au sein du domaine.

L’atelier Abacar — du nom d’un outil du sellier : abat-carre — est né et depuis, ne cesse de grandir et de séduire. L’illustre artiste équestre Lucien Grüss a d’ailleurs succombé aux créations de Camille.

Les plus lus

Récolte 2021 : premier bilan
Alors que la récolte s’achève, le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves en Centre-Val de Loire,…
Le 15 octobre, à Serazereux. Clara Servain et Simon De Vos se sont lancés dans l'élevage et proposent leurs produits laitiers à l'orée de Chartres.
Du lait produit tout près de Chartres par un jeune couple
Installés à Serazereux, Clara Servain et Simon De Vos proposent des produits laitiers issus du lait de leurs vaches de race kiwi.
Noxi fruits recherche des producteurs qui souhaitent implanter un verger de noisetiers.
Noxi fruits, une casserie locale de noisettes
Spécialisée dans la transformation et la conservation des noisettes, Noxi fruits recherche des producteurs qui souhaitent…
Château-Landon, mercredi 27 octobre. Avant d'échanger sur la filière betteravière, l'activité de la Sica* gâtinaise de déshydratation a été présentée à Valérie Lacroute.
Filière betteravière : enjeux et perspectives
La vice-présidente de la Région en charge de l’agriculture et de l’alimentation, Valérie Lacroute, a échangé sur les enjeux de la…
Jeudi 28 octobre, à Monthou-sur-Cher. Les viticulteurs sont venus nombreux pour assister à la journée de démonstration.
Désherbage mécanique : démonstration de matériel
Jeudi 28 octobre, la chambre d’Agriculture de Loir-et-Cher et la Fédération régionale des Cuma de Centre-Val de Loire ont…
Début novembre 2021, récolte du maïs dans le secteur de La Chapelle-sur-Aveyron, dans le Loiret.
Maïs et fourrages : les tensions s’apaisent
Après trois années particulièrement compliquées, la tension sur les fourrages s’apaise et les silos se remplissent. Les…
Publicité