Aller au contenu principal

Portrait
Cathy Aubin, bijoutière

Dans son atelier de Blois, Cathy Aubin fabrique des bijoux sertis de pierres. Patience, précision et minutie sont les règles d’or de l’artisane loir-et-chérienne.

Bijoutière blésoise, Cathy Aubin déclare : « Je pars de mon inspiration pour placer l’objet en vitrine ou je réponds à la demande d’un client. Je fixe l’idée sur un croquis puis je réfléchis à la réalisation. »

Les pierres précieuses (émeraude, saphir, rubis et diamant) ou fines (améthyste, tourmaline, tanzanite ou opale) sont taillées. L’artisane imagine le bijou : pendentif, boucles d’oreilles, bague, etc. Les matières utilisées sont l’or jaune, l’or blanc, l’argent ou le platine.

La professionnelle lamine et profile pour donner une forme et assemble par brasure. Puis elle sertit la pierre.

« L’opération est délicate car on risque de casser la pierre. Mais on éprouve le plaisir du travail réussi », dit-elle, ajoutant : « J’achète une pierre si elle me plaît. Sinon, j’aurai du mal à trouver l’inspiration pour le support. J’imagine des œuvres portables, pas extravagantes. Je dois vendre mes créations. Mon atelier n’est pas un musée ! ».

Cathy Aubin fabrique environ cent cinquante bijoux par an. « C’est un travail manuel, précise-t-elle. L’expérience est importante. La technique s’acquiert au fil des années ». Patience, précision et minutie sont indispensables.

L’artisane travaille avec un chalumeau alimenté par du gaz et de l’oxygène. La difficulté consiste à chauffer suffisamment sans faire fondre le reste du bijou !

Selon la complexité de l’œuvre, le temps de travail varie de deux heures à quinze heures. Notre interlocutrice explique : « Les clients veulent un objet sur mesure, personnalisé et solide. Quand leur budget est serré, ils préfèrent l’argent à l’or ».

La jeune femme a travaillé six ans chez un bijoutier des Deux-Sèvres puis sept ans chez un professionnel blésois. Dans le premier cas, elle a fabriqué des bijoux et effectué des réparations.

Sa seconde expérience lui a apporté rigueur et précision. « Mais il y avait moins de travail créatif, dit-elle. Or je souhaitais retrouver cet aspect et devenir indépendante ».

La bijoutière raconte : « Après un bac scientifique, j’ai eu envie de créer et de travailler avec mes mains. Lors d’un stage à la Mission locale, j’ai appelé un prothésiste dentaire. La filière était bouchée mais mon interlocuteur m’a orientée vers la bijouterie ».

Cathy Aubin poursuit : « Je commence à me faire connaître. Je ne regrette pas de m’être lancée ! Je souhaite embaucher un apprenti afin de transmettre ce qu’on m’a appris. Les gens reviennent aux produits artisanaux : ils achètent moins mais de meilleure qualité ».

Les plus lus

La Queue-en-Brie (Val-de-Marne), vendredi 21 mai. À l’occasion du lancement de la carte interactive des producteurs et de leurs points de vente en Île-de-France, les exploitants des Vergers de Champlain ont présenté leur activité, les panneaux sur les cultures de la cueillette, ainsi que le fonctionnement du QR code, qui permet d’obtenir des informations complémentaires.
Lancement d’une carte interactive des producteurs
Une carte interactive recensant les producteurs franciliens et leurs points de vente a été lancée par la chambre d’Agriculture.
Pierre Bot (Archives)
Pierre Bot : « Saclay : pas besoin de tuer la ZPNAF pour tuer l'agriculture »
Agriculteur à Saclay (Essonne), Pierre Bot est président de la commission Nouvelles formes d'agriculture et administrateur de la…
Le 21 mai, à Sours. Largeur de la bordure, espèces cultivées sur la parcelle, pourcentage de sol nu, espèces qui la composent et leur quantité, rien n'échappe aux élèves de l'Eplefpa de La Saussaye lors de leur diagnostic.
Les bordures de champs de La Saussaye auscultées
Les élèves des parcours agricoles de l'Eplefpa de Chartres-La Saussaye ont effectué, le 21 mai, un diagnostic complet des…
Le 26 mai, à Châteaudun. Jean-François Carenco est venu partager sa vision de la transition énergétique avec le campus Les Champs du possible.
« Accepter le chant du coq et l’odeur du méthane »
La rencontre économique organisée par le campus dunois Les Champs du possible le 26 mai avait pour thème la transition…
Le gel de début avril a impacté les vignobles romanais (archives).
Un marché international sous tension pour le sauvignon
Le gel a fortement impacté les vignobles romanais. Même si la cave Les Vignerons des coteaux romanais va puiser dans les stocks,…
Le château de Cheverny recevra le salon des vins le week-end des 26 et 27 juin.
L'alliance entre le chocolat de Max Vauché et les vins
Le château de Cheverny accueille, pour la seconde édition, le salon des vins les 26 et 27 juin 2021. Toutes les régions de France…
Publicité