Aller au contenu principal

Portrait
Cathy Aubin, bijoutière

Dans son atelier de Blois, Cathy Aubin fabrique des bijoux sertis de pierres. Patience, précision et minutie sont les règles d’or de l’artisane loir-et-chérienne.

Bijoutière blésoise, Cathy Aubin déclare : « Je pars de mon inspiration pour placer l’objet en vitrine ou je réponds à la demande d’un client. Je fixe l’idée sur un croquis puis je réfléchis à la réalisation. »

Les pierres précieuses (émeraude, saphir, rubis et diamant) ou fines (améthyste, tourmaline, tanzanite ou opale) sont taillées. L’artisane imagine le bijou : pendentif, boucles d’oreilles, bague, etc. Les matières utilisées sont l’or jaune, l’or blanc, l’argent ou le platine.

La professionnelle lamine et profile pour donner une forme et assemble par brasure. Puis elle sertit la pierre.

« L’opération est délicate car on risque de casser la pierre. Mais on éprouve le plaisir du travail réussi », dit-elle, ajoutant : « J’achète une pierre si elle me plaît. Sinon, j’aurai du mal à trouver l’inspiration pour le support. J’imagine des œuvres portables, pas extravagantes. Je dois vendre mes créations. Mon atelier n’est pas un musée ! ».

Cathy Aubin fabrique environ cent cinquante bijoux par an. « C’est un travail manuel, précise-t-elle. L’expérience est importante. La technique s’acquiert au fil des années ». Patience, précision et minutie sont indispensables.

L’artisane travaille avec un chalumeau alimenté par du gaz et de l’oxygène. La difficulté consiste à chauffer suffisamment sans faire fondre le reste du bijou !

Selon la complexité de l’œuvre, le temps de travail varie de deux heures à quinze heures. Notre interlocutrice explique : « Les clients veulent un objet sur mesure, personnalisé et solide. Quand leur budget est serré, ils préfèrent l’argent à l’or ».

La jeune femme a travaillé six ans chez un bijoutier des Deux-Sèvres puis sept ans chez un professionnel blésois. Dans le premier cas, elle a fabriqué des bijoux et effectué des réparations.

Sa seconde expérience lui a apporté rigueur et précision. « Mais il y avait moins de travail créatif, dit-elle. Or je souhaitais retrouver cet aspect et devenir indépendante ».

La bijoutière raconte : « Après un bac scientifique, j’ai eu envie de créer et de travailler avec mes mains. Lors d’un stage à la Mission locale, j’ai appelé un prothésiste dentaire. La filière était bouchée mais mon interlocuteur m’a orientée vers la bijouterie ».

Cathy Aubin poursuit : « Je commence à me faire connaître. Je ne regrette pas de m’être lancée ! Je souhaite embaucher un apprenti afin de transmettre ce qu’on m’a appris. Les gens reviennent aux produits artisanaux : ils achètent moins mais de meilleure qualité ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Dès le redémarrage de l'usine, l'entreprise proposera de multiples produits issus de la transformation du chanvre.
Prête pour un redémarrage au printemps, Gâtichanvre cherche des producteurs
Reprise à l'été 2021 par un agriculteur et entrepreneur eurélien, l'entreprise essonnienne Gâtichanvre devrait redémarrer d'ici…
Le 25 octobre, à Ouarville. Pour Alexandre Besnard, les débuts ont été difficiles mais la fin de saison ouvre de belles perspectives à La Tomate des frères Besnard.
La Tomate des frères Besnard est bien lancée
Pour faire le bilan de la première saison d'activité de La Tomate des frères Besnard, nous rencontrons Alexandre Besnard le 25 …
Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
À Cergy (Val-d'Oise), lundi 28 novembre. De gauche à droite, Vincent Hornet, Audrey Chantepie et Florian Léchaudé décrivent leur quotidien difficile.
Les producteurs de la plaine maraîchère de Cergy en plein désarroi
Le long de l'Oise, la plaine maraîchère de Cergy (Val-d'Oise) compte huit producteurs qui exploitent environ 80 hectares. Depuis…
Publicité