Aller au contenu principal

Céréales : les conséquences d’un excès d’eau

La gravité d’un excès d’eau dépend du stade des céréales, de la durée d’immersion et des conditions du retour à la normale après la crise.

Les conséquences d’un excès d’eau sur les céréales dépendent de trois critères : le stade de la culture, le niveau et la durée d’immersion et les conditions de drainage de la parcelle. Pour la culture inondée, il n’y a rien à faire au moment où l’eau est là, bien sûr, mais il faut répondre ensuite à la question de son remplacement par une culture de printemps.

Selon l’institut technique Arvalis, il existe une période de sensibilité maximale à la floraison et au début du remplissage du grain.

Cette situation concerne donc essentiellement les blés de la zone nord. On peut dès lors s’attendre à 30 à 100 % de perte de rendement selon les cas. 

Pour des stades plus tardifs (remplissage déjà avancé, grain laiteux) et ainsi, surtout pour les orges d’hiver où les grains sont en place, leur croissance va juste être « mise en pause » quelques jours si l’immersion n’est pas létale.

Pour les stades plus précoces (courant montaison) et donc plutôt pour les orges de printemps, les risques sont moindres et les possibilités de rattrapage, plus nombreuses.

Une immersion totale engendre trois problèmes : l’incapacité totale de transpirer, de respirer pour la totalité des tissus et la possible altération des pièces florales. Il s’agit donc du cas de figure le plus pénalisant.

Une immersion de courte durée (24 h) peut sans doute ne pas anéantir la culture ; en revanche, pour une durée supérieure à trois-quatre jours, il y a fort à craindre que toutes les plantes périssent ou qu’a minima, la fertilité des épis soit très fortement affectée. 

Une immersion partielle (à mi-hauteur, qui ne recouvre pas les épis) va plus provoquer un arrêt de croissance de la plante, qui pourra repartir si l’eau n’est pas restée trop longtemps.

Enfin, une fois l’épisode d’inondation passé, les conditions de drainage de la parcelle et de reprise de la végétation seront primordiales.

Il y a deux situations à craindre. D’une part, le maintien de l’hydromorphie au niveau du sol qui fait que les racines trempées ne pourront pas redevenir opérationnelles assez vite pour permettre la reprise de la croissance de la culture.

D’autre part, on peut craindre aussi un retour rapide et brutal d’un temps chaud et ensoleillé puisque la demande évaporative des parties aériennes ne pourra pas être satisfaite par des racines encore en situation d’anoxie. Cela pourrait provoquer une forme d’échaudage.

L’idéal serait d’avoir une période de deux à quatre jours de transition pour permettre à une partie des excès d’eau de s’évacuer.

Après cette crise se pose la question de remplacer la culture ou non. En fait, la clé de décision réside dans la présence ou non des grains en croissance une semaine après l’inondation.

En l’absence de grain, pas de discussion : un retournement. Si les grains continuent de croître, il est préférable, selon Arvalis, de laisser faire et de récolter ce qu’on pourra.

Par ailleurs, on peut aussi se poser la question d’une fauche ou d’un ensilage destiné au fourrage. Dans nos régions, les céréales ont rarement atteint le bon stade de digestibilité pour ça. 

Une conséquence indirecte de cette hydromorphie exceptionnelle peut aussi être une aggravation du risque de verse, soit parce que le courant d’eau a poussé les plantes, soit parce que le sol perd sa cohésion et que l’ancrage racinaire fait défaut.

Les plus lus

La Queue-en-Brie (Val-de-Marne), vendredi 21 mai. À l’occasion du lancement de la carte interactive des producteurs et de leurs points de vente en Île-de-France, les exploitants des Vergers de Champlain ont présenté leur activité, les panneaux sur les cultures de la cueillette, ainsi que le fonctionnement du QR code, qui permet d’obtenir des informations complémentaires.
Lancement d’une carte interactive des producteurs
Une carte interactive recensant les producteurs franciliens et leurs points de vente a été lancée par la chambre d’Agriculture.
Pierre Bot (Archives)
Pierre Bot : « Saclay : pas besoin de tuer la ZPNAF pour tuer l'agriculture »
Agriculteur à Saclay (Essonne), Pierre Bot est président de la commission Nouvelles formes d'agriculture et administrateur de la…
Le 26 mai, à Châteaudun. Jean-François Carenco est venu partager sa vision de la transition énergétique avec le campus Les Champs du possible.
« Accepter le chant du coq et l’odeur du méthane »
La rencontre économique organisée par le campus dunois Les Champs du possible le 26 mai avait pour thème la transition…
Le 21 mai, à Sours. Largeur de la bordure, espèces cultivées sur la parcelle, pourcentage de sol nu, espèces qui la composent et leur quantité, rien n'échappe aux élèves de l'Eplefpa de La Saussaye lors de leur diagnostic.
Les bordures de champs de La Saussaye auscultées
Les élèves des parcours agricoles de l'Eplefpa de Chartres-La Saussaye ont effectué, le 21 mai, un diagnostic complet des…
Le gel de début avril a impacté les vignobles romanais (archives).
Un marché international sous tension pour le sauvignon
Le gel a fortement impacté les vignobles romanais. Même si la cave Les Vignerons des coteaux romanais va puiser dans les stocks,…
Le château de Cheverny recevra le salon des vins le week-end des 26 et 27 juin.
L'alliance entre le chocolat de Max Vauché et les vins
Le château de Cheverny accueille, pour la seconde édition, le salon des vins les 26 et 27 juin 2021. Toutes les régions de France…
Publicité