Aller au contenu principal

« C’est pour le moment une année correcte »

La récolte des cerises bat son plein. Betty Fidalgo, conseillère technique arboriculture à la chambre d’Agriculture du Loiret, fait le point.

© D.M.

Horizons : Comment se déroule la récolte des cerises ?
Betty Fidalgo : Nous sommes au milieu de la récolte et pour le moment c’est plutôt bien. Le gros coup de chaud d’avril-mai, avec des températures élevées, jusqu’à 30 °C, nous a fait commencer la cueillette avec une dizaine de jours d’avance, aux alentours du 18 mai. Si le temps se maintient comme ça, sans fortes pluies, la récolte devrait se finir aux alentours du 10 juillet avec les variétés tardives qui se montrent prometteuses. C’est donc pour le moment une année correcte où la vingtaine d’exploitations (120 ha au total) devrait faire entre 850 et 900 t de cerises. Il y a de bons rendements et le calibre est correct. Toutefois le prix d’achat des cerises au producteur a diminué ces dernières semaines.

Quelle en est la raison ?

Toutes les régions productrices de cerises sont à leur pic de production. Il y a donc une quantité importante de cerises sur le marché et une consommation moindre liée à la météo peu clémente de ces derniers jours. Cet excès de production se traduit par une baisse pouvant aller de 50 centimes à 1 euro le kilo. Heureusement, le point fort du Loiret réside sur le fait que les producteurs ont misé sur les variétés tardives, qui sont attendues en fin de saison avec une concurrence moindre.

Des craintes particulières ?

Les arboriculteurs espèrent ne pas subir de grosses pluies comme il y a eu dans le Sud. Trop d’eau d’un coup provoque l’éclatement des cerises. L’autre sujet qui préoccupe tous les producteurs est de trouver comment se débarrasser des ravageurs, notamment les mouches (Drosophila suzukii et Rhagoletis cerasi, communément appelée mouche de la cerise). Cette dernière était maîtrisée autrefois grâce à un ou deux traitements au diméthoate, mais depuis son interdiction, aucune solution équivalente n’a été trouvée. Il y a donc des produits de plus faible efficacité avec plus de passages. Quant à la suzukii, c’est un fléau depuis 5-6 ans.

Cette année 2020 particulièrement chaude est une année à mouches. Elles sont sorties en masse précocement et ont occasionné des dégâts dans certaines parcelles. À ce jour, hormis la chimie, il y a peu de solutions. Quelques producteurs ont investi dans des filets anti-­insectes et bâches anti-pluie. Cette solution fonctionne mais elle est très coûteuse pour le producteur (60 000 euros/ha). D’autres techniques alternatives sont testées, comme les applications d’argile ou d’huiles essentielles en action répulsive. Nous restons ouverts à toutes les solutions alternatives permettant de limiter l’utilisation des produits phytosanitaires.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

À Paris, jeudi 28 avril. Animée par Sandrine Corman, la convention Groupama était présidée par Jean-Christophe Mandard (à g.) et Laurent Bouschon.
Exercice 2021 contrasté pour Groupama Paris-Val de Loire
La caisse régionale de Groupama Paris-Val de Loire a tenu sa grande convention annuelle jeudi 28 avril à la Philharmonie de Paris.
Le 28 avril, à Gallardon. Les acteurs de la filière lin oléagineux se sont retrouvés dans les champs, pour suivre différents ateliers.
La filière lin oléagineux se retrouve à Gallardon
Valorex, Semences de France et Lin 2000 ont organisé le 28 avril une rencontre à Gallardon, à l’occasion de la Journée nationale…
L'observation de la structure d'une motte de terre est une étape primordiale.
L’implantation du colza 2022-2023 se travaille dès maintenant
L'implantation du colza 2022-2023 se réfléchit dès maintenant. Il est important de prendre en compte plusieurs facteurs pour le…
Jeudi 5 mai, à Theuville. AC Négoce Coupé a invité ses clients à se retrouver autour d'un événement consacré au colza.
Le colza dans tous ses états avec AC Négoce Coupé
AC Négoce Coupé a organisé un événement autour de la culture du colza le 5 mai à Theuville. L'occasion d'une revue d'effectif et …
À Ablis (Yvelines), le 26 avril. Claire Perrot-Léquippé s'est lancée dans la production d'asperges en 2019.
À Ablis, la famille Perrot-Léquippé redonne vie aux asperges de Simon
Agriculteurs depuis des générations à Ablis (Yvelines), la famille Perrot-Léquippé s'est lancée dans la production d'asperges…
Gaël Azatkanian est responsable du pôle grandes cultures de la chambre d'Agriculture de Loir-et-Cher.
La pluie se fait attendre
Depuis le début de ce mois de mai, l’inquiétude grandit dans le monde agricole. L’eau se fait attendre et les fortes chaleurs…
Publicité