Aller au contenu principal

« Ceux qui sont au-dessus de la moyenne seront contents, d’autres beaucoup moins »

Nous avons rencontré le président de la chambre d’Agriculture d’Eure-et-Loir et de la FRSEA, Éric Thirouin, le 3 août. L’occasion de faire le point sur l’actualité agricole, la moisson et le transfert entre les deux piliers de la Pac.

Éric Thirouin souligne l’hétérogénéité de la dernière récolte et la baisse des prix.

« Il aurait fallu une récolte exceptionnelle, elle ne sera que moyenne » déclare le président de la chambre d’Agriculture d’Eure-et-Loir et de la FRSEA du Centre, Éric Thirouin, que nous avons rencontré à Chartres le 3 août.

En attendant le résultat du travail d’analyse des agronomes de la chambre, il souligne « une hétérogénéité hallucinante. Cela va du simple au triple. Ceux qui sont au-dessus de la moyenne vont être contents, mais d’autres, beaucoup moins ».

Si la récolte est moyenne « essentiellement en blés, c’est meilleur en colza », estime-t-il, « le vrai problème c’est la parité euro/dollar qui nous est défavorable. Sur le plan économique, la France et l’Europe ont le vent en poupe et pour les États-Unis c’est l’inverse, ce qui ne favorise pas nos exportations. Depuis quinze jours, les prix, qui n’étaient déjà pas mirobolants, sont en baisse... »

Mais ce qui fâche le plus le président de la FRSEA ces jours-ci, c’est le débat sur le transfert entre les deux piliers de la Pac : « Personne n’a compris, ce n’est pas une histoire entre céréaliers et éleveurs », relève-t-il, « le précédent gouvernement avait pris des engagements sur les ICHN (Indemnité compensatoire de handicap naturel, ndlr) — accès aux laitiers, retraités — mais toutes ces promesses n’étaient pas budgétées. Inquiet, Xavier Beulin avait fait un courrier il y a trois ans et François Hollande lui avait répondu de ne pas s’inquiéter, que tout était calé... Et aujourd’hui, le nouveau gouvernement dit qu’il y a un problème, du coup, pas de budget ».

Pour Éric Thirouin : « Tous les agriculteurs en auront moins, mais personne n’aura d’argent en plus. Il s’agit d’honorer les promesses du gouvernement précédent... Et ce n’est pas un problème entre céréaliers et bio non plus. »

Il poursuit : « Il y a un engouement pour le bio, des agriculteurs et des consommateurs, qu’il faut accompagner. Il est indispensable de maintenir les aides, de continuer à soutenir la conversion. Néanmoins, ceux qui se convertissent aujourd’hui doivent s’attendre à ne plus être aidés pour le maintien... Ce n’est pas aux agriculteurs de financer les aspirations des consommateurs, c’est à eux de le faire ! ».

Les plus lus

Hommage à Armelle Caffin, partie trop tôt
À la suite du décès d’Armelle Caffin dans sa 61e année le 30 décembre 2020, le journal Horizons tient à adresser ses plus vives…
Paul Duchenne glane le titre de meilleur pointeur d'Eure-et-Loir
La finale du concours départemental de jugement de bétail d'Eure-et-Loir s'est déroulée le 7 janvier à Saint-Ulphace (Sarthe).…
Des spiritueux des champs d'Île-de-France à la bouteille
La Distillerie d’Isle-de-France, installée à Fresnes-sur-Marne, produit gin, rhum et eau-de-vie à déguster (avec modération) ou à…
Clémence Drian
Les Gîtes de France reprennent leur autonomie en Eure-et-Loir
La commercialisation des Gîtes de France en Eure-et-Loir n'est plus assurée par l'ADRT, l'association reprend son autonomie.
Les producteurs locaux à la fête !
Évènement organisé par JA 41, Noël à la ferme s’est déroulé le week-end dernier à Vendôme. L’occasion, pour les producteurs…
Caproga : une bonne année
Même si l’assemblée générale de la coopérative Caproga n’a pas pu se dérouler en présentiel, le bilan d’activité 2019 a tout de…
Publicité