Aller au contenu principal

Portrait
Charles-Antoine de Vibraye et Cheverny

Charles-Antoine de Vibraye est un chef d’entreprise et conservateur de patrimoine qui consacre sa vie au château de Cheverny.

© Charles-Antoine de Vibraye, marquis de Cheverny.

Le château de Cheverny est avant tout une histoire de famille qui dure depuis plusieurs siècles. Charles-­Antoine de Vibraye perpétue cette tradition depuis son installation au château de Cheverny en 1994, alors qu’il était âgé de seulement 28 ans. Avant même d'emménager sur le domaine, il se prépare déjà à sa future vie : « C’était tellement imprégné en moi que je m’y voyais tôt ou tard, bien aidé par mes études et mes expériences professionnelles », détaille le marquis. 

Un métier à temps complet

Il explique son rôle de conservateur de patrimoine : « C’est une grosse responsabilité, il ne faut jamais être négligent ». Entretenir un monument historique comme le château de Cheverny oblige à « une gestion quotidienne avec un travail de prévention, explique le marquis. Vous êtes le médecin généraliste de votre patrimoine, pas le spécialiste, mais celui qui oriente ».

Le marquis de Cheverny se considère avant tout comme un chef d’entreprise. Il s’occupe prioritairement de sujets « qui ne se voient pas », comme l’administratif ou la gestion financière. « Ce métier de chef d’entreprise est passionnant, mais contrairement à d’autres métiers, il ne s’arrête jamais. » Cette occupation permanente, le propriétaire du domaine la vit sereinement : « Sans ­Cheverny, je ne sais pas ce que j’aurais fait, donc c’est normal pour moi et ça fait partie des astreintes ».

Un engagement pour la nature

Le propriétaire de Cheverny n’est pas lié seulement au château. Il est également conseiller municipal de la ville de Cheverny depuis 1995 et président du syndicat des forestiers privés de Loir-et-Cher (Fransylva 41). « La gestion forestière est passionnante, et c’est un sujet primordial, surtout aujourd’hui. » D’autant que la nature et l’environnement sont des sujets qui animent le marquis, voire l’interrogent : « Cinq canicules par an et trembler pour ne pas qu’il y ait de feux, c’est très inquiétant ».

Réflexion sur la transmission

Charles-Antoine de Vibraye se destine à transmettre le flambeau à son fils, Maximilien. Toutefois, selon le marquis : « Quand on a commencé à transmettre, le plus dur est de savoir si on part complètement ou est-ce qu'on le fait à moitié ? ». Dans tous les cas, il est certain, quoi qu'il arrive, que la relation entre Cheverny et Charles-Antoine de Vibraye restera éternelle.

Biographie : 

1968 : adoption par son grand-oncle, Philippe de Vibraye.
1970 : installation au château avec ses parents.
1994 : installation au château de Cheverny avec sa femme, Constance de Vibraye.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
À Cergy (Val-d'Oise), lundi 28 novembre. De gauche à droite, Vincent Hornet, Audrey Chantepie et Florian Léchaudé décrivent leur quotidien difficile.
Les producteurs de la plaine maraîchère de Cergy en plein désarroi
Le long de l'Oise, la plaine maraîchère de Cergy (Val-d'Oise) compte huit producteurs qui exploitent environ 80 hectares. Depuis…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
De g. à d.	: Samuel Vandaele, Olivier Barnay, Christophe Hillairet, Marc Guillaume et Guillaume Lefort.
Les chambres d'Agriculture engagent un rapport de force avec l'État
La session d'automne de la chambre d'Agriculture de région Île-de-France s'est tenue le 29 novembre à Paris sur fond de tensions…
Lundi 28 novembre, à Chartres. Le président de la chambre d'Agriculture des Deux-Sèvres, Jean-Marc Renaudeau, a été invité en session pour expliquer ce qui se passe autour des projets de retenues de substitution.
Le débat autour des bassines dans les Deux-Sèvres s'invite en session Chambre d'Eure-et-Loir
L'ultime session de l'année des membres de la chambre d'Agriculture d'Eure-et-Loir se déroule le 28 novembre sous la houlette de…
Publicité