Aller au contenu principal

Charles-Denis Quaeghebeur : "L’enseignement agricole a une dimension humaine"

Charles-Denis Quaeghebeur est le directeur du centre de formation des apprentis (CFA) de La Bretonnière, à Chailly-en-Brie (Seine-et-Marne), depuis le 1er septembre.

Chailly-en-Brie, mardi 20 septembre. Charles-Denis Quaeghebeur est le nouveau directeur du CFA de La Bretonnière.
Chailly-en-Brie, mardi 20 septembre. Charles-Denis Quaeghebeur est le nouveau directeur du CFA de La Bretonnière.

Charles-Denis Quaeghebeur est arrivé en Seine-et-Marne le 1er septembre et a pris la direction du Centre de formation des apprentis (CFA) de La Bretonnière à Chailly-en-Brie. Dès les premiers échanges, son accent chantant trahit ses origines catalanes. 

Homme de défi, son parcours professionnel est riche de multiples expériences. Après des études scientifiques, il devient enseignant en BEP et CAP puis conseiller principal d’éducation.

Après quelques années, il se  donne un nouvel objectif : relancer un commerce de proximité. Son congé sabbatique fini, il devient adjoint de direction d’un lycée international privé en Haute-Loire.

Ayant envie de découvrir un autre ministère et la voie par l’apprentissage, il opte pour un poste de responsable de vie scolaire au CFA de Bellegarde (Loiret), durant cinq ans.

« Cette expérience m’a permis de voir toutes les facettes de l’enseignement. Au cœur du terrain et des professionnels, l’enseignement agricole a une dimension humaine. Il est impératif de travailler avec les professionnels pour connaître leurs besoins », explique Charles-Denis Quaeghebeur qui se décrit comme «  un chef d’orchestre avec des musiciens complémentaires pour répondre aux défis de demain ».

En tant que directeur du CFA de La Bretonnière, il souhaite développer la formation continue au sein du CFA et des UFA de Montreuil et de Brie-Comte-Robert en développant des stages et sessions courts « afin d’identifier clairement le CFA comme un acteur majeur du territoire de la formation continue ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
Vendredi 8 juillet, à Garancières-en-Beauce. Dans le cadre de l'entraide, Pascal Laya bat la parcelle de colza d'un ami.
L'Eure-et-Loir vit au rythme de la moisson
Depuis le début du mois, la pluie a cédé la place au grand bleu, la moisson bat son plein en Eure-et-Loir. Quelques tours de…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
Publicité