Aller au contenu principal

PORTRAIT
Charlin Hallouin, céréalier et producteur d’oléagineux

Installé en grandes cultures à Danzé, Charlin Hallouin produit des céréales et des oléagineux. Le président de JA 41 fabrique son huile à la ferme.

Charlin Hallouin : « J’aime tester en mesurant les risques	».
Charlin Hallouin.
© Olivier Joly

Céréalier et producteur d’oléagineux à Danzé, Charlin Hallouin a passé un BTS Analyse, conduite et stratégie de l’entreprise agricole en 2009 à Bourges (Cher) et un master de gestion à l’École supérieure d’agriculture d’Angers (Maine-et-Loire) en 2011. Au cours de ses études, l’intéressé a voyagé : États-Unis, Canada, Suède, etc. « J’avais envie de voir autre chose, dit-il. Je voulais me découvrir sur le plan humain et comparer les systèmes agricoles. Avec 5 000 ha, on n’est pas forcément plus heureux. Entreprendre ce qui plaît aide à surmonter les difficultés ». Notre interlocuteur a débuté sa carrière comme conseiller d’entreprise. Il déclare : « Cette expérience m’a ouvert l’esprit. J’ai vu ce qui fonctionnait et ce qui ne fonctionnait pas. J’ai emmagasiné des connaissances et des contacts. Le réseau professionnel et extraprofessionnel est important ».

Les semis directs sous couverts

En octobre 2017, lorsque Jean-Yves, le père de Charlin, a pris sa retraite, ce dernier se sentait prêt à s’installer. Pendant quelques mois, il a exercé les activités de conseiller et d’agriculteur. « Je sais me poser les bonnes questions, dit-il. La double activité était difficile à suivre, tant professionnellement qu’humainement. La ferme était rentable et j’ai mis en place un atelier de transformation (lire par ailleurs) pour sécuriser mon passage intégral à l’agriculture ».

Le professionnel poursuit : « J’aime tester en mesurant les risques. L’agriculture doit innover. C’est, depuis longtemps, la philosophie de l’exploitation ». En 1990, les semis simplifiés ont remplacé le labour. Le Danzéen pratique également les semis directs sous couverts. « L’objectif consiste à redynamiser le sol, qui est notre premier outil de travail », explique l’intéressé. Toutefois, lorsque les conditions l’exigent, Charlin Hallouin sort la charrue ou travaille le sol en profondeur. Ainsi, depuis trois ans, à cause de la sécheresse, faire pousser un couvert s’avère impossible. La dernière fois, c’était en 2017 : du blé dans de la féverole.

« Les différents systèmes doivent exister »

L’enjeu est de réduire l’utilisation de fertilisants azotés et de phytosanitaires. Pour les seconds, l’agriculteur du Vendômois est en MAEC (Mesures agroenvironnementales et climatiques). À la clé, une diminution des traitements de 60 %. En 2020, l’Indice de fréquence de traitement (IFT) herbicide maximal était de 1,3. L’intéressé a réalisé 1,25. Via le glyphosate, à 650 g/ha, son IFT était de 0,25. Pour le désherbage post-levée, il était à 1. « J’ai arrêté les rattrapages de printemps car ceux-ne fonctionnaient pas, dit-il. Je n’utilise aucun insecticide. Les insecticides appellent les insecticides. Ces produits tuent les auxiliaires, ouvrant la porte à d’autres insectes. En cas de besoin, je recours à une solution naturelle : purin d’orties, etc. Pour combattre les maladies fongiques, je travaille sur les variétés et la tolérance des mélanges. Je ne pratique aucun traitement préventif. J’interviens uniquement en curatif ».

Charlin Hallouin déclare : « Je me moque des rendements ! Je préfère réaliser 10 % de moins et réduire mes intrants de 25 %. Ce que je fais est bon pour la planète et sera transmissible demain. Nous devons répondre aux attentes de la société. Cette année, mes rendements ont été mauvais mais j’ai obtenu un revenu correct sans déclencher mon assurance. Les différents systèmes doivent exister. Sinon, c’est la mort de l’agriculture ! ».

Une officialisation des pratiques

Depuis la récolte 2019, l’exploitation danzéenne est certifiée Haute valeur environnementale (HVE). Charlin Hallouin explique : « La certification a officialisé mes pratiques. Je respectais de nombreux critères du cahier des charges. S’engager dans la démarche a été simple. De plus, certains meuniers veulent de la farine HVE. Cela valorise mes circuits courts (huile) et longs (blé) ». Biodiversité, réduction des phytosanitaires et gestion azotée en constituent les fondements. Ajoutons que le professionnel n’irrigue pas.

REPÈRES

Charlin Hallouin s’est installé à Danzé en octobre 2017 sur 160 ha. Voici son assolement : 60 ha de blé tendre, 40 ha de colza, 10 ha d’orge d’hiver, 15 ha de tournesol et 10 ha de pois. Lentille, lin et chanvre composent le reste. Le céréalier livre 80 % de sa production à Axéréal et 20 % à des négociants. Par ailleurs, transformant 20 t d’oléagineux, celui-ci vend annuellement 7 000 bouteilles d’huile.

« Obtenir un produit fini »

En 2018, Charlin Hallouin, producteur d’oléagineux à Danzé, a investi 30 000 euros, dont une partie a été subventionnée, dans un atelier de transformation. « Je ne voulais pas être uniquement un producteur de matière première mais obtenir un produit fini », dit-il. Les grains sont stockés pendant deux à trois mois afin que leur température diminue. Ensuite, a lieu la pression à froid. Celle-ci fonctionne vingt-quatre heures sur vingt-quatre, débouchant sur une production de huit litres par heure, soit vingt-cinq kilogrammes de grains. Puis le produit est placé dans des cuves en inox. Naturelle, la décantation nécessite une semaine pour le lin et deux mois pour le tournesol. Au terme de cette phase, l’huile est mise en bouteille pour être vendue. « J’ai appris sur le tas », indique le producteur.

L'embouteilleuse.
La presse.

L’intéressé commercialise son huile dans cent points de vente professionnels de Loir-et-Cher, les épiceries et la grande distribution. Il participe également à quinze foires et marchés. En temps normal, les particuliers représentent 60 % de ses débouchés et les professionnels 40 %. Avec la crise sanitaire, les professionnels pèsent 80 %. Charlin Hallouin déclare : « Au printemps, nous avons eu peur. Nous avons pratiqué le porte-à-porte auprès des professionnels. Les consommateurs ont exprimé un intérêt pour les produits locaux. Mais il fallait passer par les magasins pour les atteindre. Les fêtes de fin d’année représentent 20 % de mon chiffre d’affaires. Je suis donc inquiet. Heureusement, je fabrique un produit qui se conserve. Mais qu’en est-il des producteurs de pintades ou de foie gras ? ».

 

« La fibre syndicale fait partie de mon ADN »

Charlin Hallouin est adhérent de Jeunes agriculteurs depuis 2016. « J’ai toujours été sympathisant, dit-il. À l’invitation de copains, je suis venu à une assemblée générale cantonale et je me suis engagé. La fibre syndicale fait partie de mon ADN : mon père a été président de la FNSEA 41 au début des années 2000 ».
Deux ans après son adhésion, notre interlocuteur est devenu administrateur et membre du bureau départemental. Depuis le début de l’année, celui-ci préside l’entité. « C’est la meilleure place pour défendre les agriculteurs et intervenir auprès des décideurs politiques, explique le dirigeant syndical. Je relaie les informations auprès du conseil d’administration et des adhérents. Présider JA marque l’aboutissement de mon engagement syndical ».
L’intéressé poursuit : « Entre la conjoncture agricole et la crise sanitaire, ce n’est pas la meilleure année ! Concernant le second point, les réunions en visioconférence avec la FNSEA 41 et la préfecture ont permis des avancées. Mais nous ne l’avons pas suffisamment expliqué à nos adhérents ».Depuis peu, Charlin Hallouin est membre du bureau de JA Centre-Val de Loire. « Je porte la spécificité du département : la diversité de productions, explique le syndicaliste. L’enjeu est double : s’assurer que les aides à l’installation répondent aux besoins et montrer que le département est dynamique ». Or, depuis une dizaine d’années, la courbe est en hausse. Ainsi, quarante installations aidées devraient être enregistrées en 2020. Le président de JA 41 commente : « Les jeunes n’ont pas perdu l’envie de s’installer. De plus, les aides garantissent la réussite des projets ».

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Dès le redémarrage de l'usine, l'entreprise proposera de multiples produits issus de la transformation du chanvre.
Prête pour un redémarrage au printemps, Gâtichanvre cherche des producteurs
Reprise à l'été 2021 par un agriculteur et entrepreneur eurélien, l'entreprise essonnienne Gâtichanvre devrait redémarrer d'ici…
Le 25 octobre, à Ouarville. Pour Alexandre Besnard, les débuts ont été difficiles mais la fin de saison ouvre de belles perspectives à La Tomate des frères Besnard.
La Tomate des frères Besnard est bien lancée
Pour faire le bilan de la première saison d'activité de La Tomate des frères Besnard, nous rencontrons Alexandre Besnard le 25 …
Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
À Cergy (Val-d'Oise), lundi 28 novembre. De gauche à droite, Vincent Hornet, Audrey Chantepie et Florian Léchaudé décrivent leur quotidien difficile.
Les producteurs de la plaine maraîchère de Cergy en plein désarroi
Le long de l'Oise, la plaine maraîchère de Cergy (Val-d'Oise) compte huit producteurs qui exploitent environ 80 hectares. Depuis…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
Publicité