Aller au contenu principal

Tourisme
Cherbourg, une vie tournée vers la mer

Cherbourg, dans la Manche, est intimement liée à la mer vers laquelle elle est résolument tournée. La ville est entrée à de multiples reprises dans l’histoire grâce à son port.

La ville de Cherbourg, dans le nord de la Manche, est l’un des ports le plus important de Normandie. En relation directe avec l’Irlande et le Royaume-Uni, un grand nombre de productions transitent par ce port, parfois directement réalisées sur place comme des palles d’éoliennes.

Si le port de Cherbourg a pu se développer, c’est en partie grâce à sa rade artificielle qui a longtemps été la plus grande du monde, avant d’être détrônée par Ras Laffan, au Qatar. Longue de près de quatre kilomètres, sa construction est lancée en 1783 par Louis XVI, venu en personne constater l’avancée des travaux, et ne sera terminée qu’en 1853 sous Napoléon III. Lancée à une époque où l’Angleterre était l’ennemie de la France, la construction est émaillée de nombreux forts chargés de défendre l’entrée d’un site aussi stratégique qu’un port.

Le long de la rade est implantée la gare maritime de Cherbourg aujourd’hui reconvertie en musée. La Cité de la mer abrite un aquarium, et surtout un sous-marin nucléaire que le visiteur peut découvrir de l’intérieur. Totalement dénucléarisé, Le Redoutable lancé en 1971, est ouvert à la visite depuis 2002. Mais le visiteur le plus fameux de la gare maritime est sans conteste le ­Titanic, qui a fait escale à Cherbourg le 10 avril 1912, et a embarqué 281 personnes avant de se diriger vers l’Irlande, puis l’Amérique, qu’il n’atteindra jamais. Une exposition lui est consacrée depuis 2012, centenaire du naufrage du paquebot. La salle d’embarquement et des objets exceptionnels sont exposés, aux côtés d’explication sur la construction du navire et de sa collision avec l’iceberg. Le reste de l’exposition de la Cité de la mer permet de comprendre le fonctionnement des océans et exhibe de nombreux engins qui ont permis la découverte de plusieurs espèces sous-marines.

Durant la Seconde Guerre mondiale, la ville, occupée par les Allemands, tient une importance stratégique du fait de la présence d’un port en eaux profondes. Du haut de la montagne du Roule, dominant la ville, l’armée nazie a investi le vieux fort, qu’elle a modernisé. Elle va résister jusqu’au 1er juillet 1944, après quoi les Alliés ont pu utiliser le port, qui deviendra très important dans la suite de la Libération de la France.

Aujourd’hui, la ville est très attractive dans la région, et pas seulement pour les parapluies fabriqués sur place. La conception et la couture est manuelle, et il est possible de découvrir les secrets de cette manufacture lors de visites, tout au long de l’année.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
À Cergy (Val-d'Oise), lundi 28 novembre. De gauche à droite, Vincent Hornet, Audrey Chantepie et Florian Léchaudé décrivent leur quotidien difficile.
Les producteurs de la plaine maraîchère de Cergy en plein désarroi
Le long de l'Oise, la plaine maraîchère de Cergy (Val-d'Oise) compte huit producteurs qui exploitent environ 80 hectares. Depuis…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
De g. à d.	: Samuel Vandaele, Olivier Barnay, Christophe Hillairet, Marc Guillaume et Guillaume Lefort.
Les chambres d'Agriculture engagent un rapport de force avec l'État
La session d'automne de la chambre d'Agriculture de région Île-de-France s'est tenue le 29 novembre à Paris sur fond de tensions…
Lundi 28 novembre, à Chartres. Le président de la chambre d'Agriculture des Deux-Sèvres, Jean-Marc Renaudeau, a été invité en session pour expliquer ce qui se passe autour des projets de retenues de substitution.
Le débat autour des bassines dans les Deux-Sèvres s'invite en session Chambre d'Eure-et-Loir
L'ultime session de l'année des membres de la chambre d'Agriculture d'Eure-et-Loir se déroule le 28 novembre sous la houlette de…
Publicité