Aller au contenu principal

Portrait
Christophe Hay, chef étoilé

Né en Eure-et-Loir, Christophe Hay est chef étoilé en Loir-et-Cher et Loiret. Il tire son inspiration du territoire dans lequel il évolue et de ses souvenirs d’enfance.

Christophe Hay, chef étoilé.
Christophe Hay, chef étoilé.
© L.G. - Horizons

À 44 ans, Christophe Hay n’a plus grand-chose à prouver dans le monde de la restauration. Ce chef étoilé de Loir-et-Cher a été nommé Cuisinier de l’année 2021 par le Gault et Millau et recevra le 8 octobre la médaille nationale de l’ordre du Mérite pour investissement bénévole auprès du personnel soignant. Mais qui se cache réellement sous la toque ?

Christophe Hay a grandi entre la Beauce et le Perche, à Cloyes-sur-le-Loir (Eure-et-Loir). Sa mère est cantinière, son père boucher. Ses grands-parents maternels produisent du lait et cultivent la terre. Ce milieu, les gestes et les odeurs qui lui sont associés s’encrent dans l’esprit du jeune garçon. « On se retrouvait souvent le dimanche midi autour d’un repas et d’une jolie bouteille. C’est cela qui m’a donné le goût de la cuisine. »

Multi-étoilé

Christophe Hay s’est formé dans de prestigieuses maisons. Après avoir étudié au lycée hôtelier de Blois, il intègre Le Rendez-vous des pêcheurs, dirigé par Éric Reithler. « À l’époque, c'était le seul restaurant étoilé de Blois. » À la suite de cela, il rejoint la maison de Paul Bocuse et part travailler pendant cinq ans en Floride. De retour en France en 2002, il intègre le groupe Bessé en tant que chef exécutif de plusieurs hôtels parisiens.

Christophe Hay revient finalement dans son département natal en 2014 pour s’installer à son compte. « J’ai répondu à l’appel d’Éric Reithler qui m'a proposé de reprendre La Maison d'à côté, à Montlivault. » Le chef a un véritable coup de cœur pour le village et décide de s’y installer. Un an plus tard il obtient sa première étoile. L'aventure ne fait que commencer. En 2018, il ouvre un nouveau restaurant, La Table d'à côté, à Ardon, dans le Loiret. Son travail est de nouveau récompensé en 2019. « J’ai obtenu une deuxième étoile à Montlivault et une première à Ardon. »

L’amour du terroir

Dans tous ses restaurants, le chef met un point d’honneur à valoriser le terroir. Il cultive lui-même une partie de ses légumes et fait appel à des producteurs locaux. « Dans les années 80, j’ai vu mes grands-parents souffrir des quotas laitiers, traire leurs vaches pour jeter le lait dans les égouts. Quand je me suis installé, j’ai voulu aider les petits producteurs et les faire évoluer avec moi. »

Une action plutôt réussie puisqu’elle permet de mettre en valeur des agriculteurs de la région. Et même de préserver des productions : « Je suis en lien avec une productrice de volailles dans le Loir-et-Cher qui élève des gélines de Touraine. C’est la seule à faire cela dans la région ».

Sa réussite, il la dédie à tous ses producteurs, son équipe et sa famille proche. « Ils sont ma force. Nous avons des liens forts qui nous donnent envie d'avancer. »

Biographie

1977 : naissance.
2014 : ouverture de La Maison d'à côté, à Montlivault.
2015 : première étoile.
2019 : année des deux étoiles.
2021 : nommé cuisinier de l'année par le Gault et Millau.
2022 : ouverture de Fleur de Loire, à Blois.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
La moisson est terminée dans le département et des tendances se dessinent, sans résultats définitifs pour l'instant.
Les tendances de la moisson en Loir-et-Cher
Les chiffres des rendements concernant les céréales sont chaque année grandement attendus. Frédéric Cadoux, conseiller grandes…
Publicité