Aller au contenu principal

Claude Imhof : de l’imagination à revendre

Installé aux portes du Perche en Eure-et-Loir, Claude Imhof invente, pour les enfants, des jeux aux vertus pédagogiques et creuse un sillon artistique destiné à sensibiliser le public à la surconsommation.

Si vous y tenez, ne lui confiez pas l’arrosoir en plastique vert qui traîne au fond de votre jardin, il serait capable d’en faire une œuvre d’art et de le rendre ainsi parfaitement inutilisable...

De fait, Claude Imhof en a déjà transformé une bonne série dans le cadre de son travail artistique, avec pour ambition d’interpeller le public sur le problème de la surconsommation de cette matière.

Mais installé dans le Perche eurélien au début des années soixante-dix (« j’ai été soulevé par la vague de 68 et elle m’a déposé ici »), il a d’autres cordes à son arc.

Il a ainsi consacré une bonne partie de sa vie à créer des jeux. Mais pas n’importe lesquels. Des jeux destinés à éveiller la curiosité des enfants, à aiguiser leurs sens, à développer leurs capacités, des jeux pour apprendre tout en s’amusant...

À l’image du Wobbler, imaginé au milieu des années 80, qui stimule la recherche de l’équilibre et qui a rencontré un large succès : « Avec le Wobbler, j’ai commencé à avoir de l’écoute, des portes se sont ouvertes », souligne-t-il. Mais plus dans le reste de l’Europe, en Allemagne notamment, qu’en France.

Claude Imhof a mené ce travail parallèlement à celui de professeur à l’Ecole des arts décoratifs (Ensad) où « les profs sont tenus de démontrer une activité professionnelle », explique-t-il. Et ses projets prennent corps quand il devient père et rencontre des enseignants : « J’ai toujours été intéressé par la notion de comprendre. Donner un faisceau d’indices qui conduit à un déclic. Je pouvais avoir de l’imagination, mais parler de moi n’avait pas d’intérêt, alors j’ai cherché un terrain d’évolution sans entrer dans le système de consommation ».

Ses créations s’inspirent du travail de pédagogues comme Pauline Kergomard pour qui « quand l’enfant joue, il travaille », ou celui de Maria Montessori.

« Pour m’adresser aux étudiants, j’ai dû inventer des choses. En particulier pour leur apprendre la géométrie. Alors j’ai fait la même chose pour les enfants... »

Jusqu’au 2 février, le Compa à Chartres (Eure-et-Loir) propose une superbe exposition sur le processus créatif de Claude Imhof, qui, là, fait œuvre d’utilité publique.

Hervé Colin

Les plus lus

Hommage à Armelle Caffin, partie trop tôt
À la suite du décès d’Armelle Caffin dans sa 61e année le 30 décembre 2020, le journal Horizons tient à adresser ses plus vives…
Paul Duchenne glane le titre de meilleur pointeur d'Eure-et-Loir
La finale du concours départemental de jugement de bétail d'Eure-et-Loir s'est déroulée le 7 janvier à Saint-Ulphace (Sarthe).…
Des spiritueux des champs d'Île-de-France à la bouteille
La Distillerie d’Isle-de-France, installée à Fresnes-sur-Marne, produit gin, rhum et eau-de-vie à déguster (avec modération) ou à…
Clémence Drian
Les Gîtes de France reprennent leur autonomie en Eure-et-Loir
La commercialisation des Gîtes de France en Eure-et-Loir n'est plus assurée par l'ADRT, l'association reprend son autonomie.
Les producteurs locaux à la fête !
Évènement organisé par JA 41, Noël à la ferme s’est déroulé le week-end dernier à Vendôme. L’occasion, pour les producteurs…
Zoom sur l'association des trufficulteurs de Beauce Val de Loire
Marie-Christine Ligouis est présidente de l’association des trufficulteurs de Beauce Val de Loire. Elle nous raconte l’histoire…
Publicité