Aller au contenu principal

Coline Jourdan sensibilise les élèves de La Saussaye

L’Eplefpa de Chartres-La Saussaye accueille pendant quelques semaines une jeune artiste photographe en résidence, Coline Jourdan.

Dans le cadre de son partenariat avec la Drac (Direction régionale des affaires culturelles), l’Eplefpa de Chartres-La Saussaye accueille chaque année, sur un trimestre, un artiste en résidence pour sensibiliser les étudiants au fait artistique.

Cette année, c’est la jeune photographe Coline Jourdan qui a été choisie. Après l’École nationale supérieure d’art de Dijon, elle a rejoint un collectif d’artistes de Rouen avec lequel elle poursuit un travail sur la pratique expérimentale de la photographie. Ses recherches l’ont amenée à se pencher sur les techniques photographiques auxquelles elle a mêlé ses convictions et en particulier ses préoccupations pour l’environnement.

Elle s’est ainsi amusée à traiter des images en ajoutant du Roundup à son révélateur, voire d’autres produits chimiques, pour faire apparaître une forme de poésie.

Pour cette résidence, elle a exhumé de l’histoire de la photographie l’antotypie, un procédé découvert par John Herschel en 1842   : « C’est un travail avec le vivant. On utilise du jus de végétaux pour faire des images, les jus d’épinard et de betterave fonctionnent », explique-t-elle.

Pour produire une image, il faut imprégner une feuille de jus végétal, placer un négatif dessus puis laisser le tout au soleil dans un châssis, pendant quelques jours… L’antotypie produit des images instables qui s’estompent à la lumière, mais le côté magique du procédé a séduit les élèves.

Pour Coline Jourdan  : « C’est intéressant de travailler avec de futurs agriculteurs. Je ne me pose pas face à eux en opposante des produits phytos, je préfère m’en prendre aux lobbies qu’aux agriculteurs. Et je n’aime pas être sur le côté et dire c’est mal. De nombreux élèves différents viennent me parler, c’est très intéressant et ça m’apporte beaucoup sur mon positionnement. Et c’est très riche d’un point de vue humain ».

Hervé Colin

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La perdrix grise, une des productions phares de l\'élevage, est plutôt destinée aux départements limitrophes.
L'interdiction de chasser impacte les éleveurs de petit gibier
Thibault Pelletier élève du petit gibier à Écublé (Eure-et-Loir). Une activité fortement impactée par les mesures d'interdiction…
Le 16 novembre, à Chartres. Les Universités du soir de la Chambre sur la certification HVE ont été retransmises en direct sur Youtube.
La certification HVE fait le plein
La chambre d'Agriculture a consacré, le 16 novembre, ses 28es Universités du soir au thème de la certification HVE en grandes…
Baisse attendue du résultat des exploitations en 2020
Le CERFrance alliance Centre a livré les chiffres de son panorama des exploitations euréliennes. Rencontre avec son directeur,…
Pa'dou, ou la patate douce acclimatée en Eure-et-Loir
Séverine et Rodolphe Pichard, installés sur leur ferme de Louasville, sont à l'origine de l'introduction de la culture de la…
Charlin Hallouin : « J’aime tester en mesurant les risques	».
Charlin Hallouin, céréalier et producteur d’oléagineux
Installé en grandes cultures à Danzé, Charlin Hallouin produit des céréales et des oléagineux. Le président de JA 41 fabrique son…
« Nos décideurs se fichent de nous  ! »
Betteravier à Villexanton (Loir-et-Cher) pour le compte de Tereos, Bertrand Menon accuse une perte de rendement de 50  % à cause…
Publicité