Aller au contenu principal

Conjoncture : les abattoirs du Perche vendômois s’adaptent

Les abattoirs du Perche vendômois ont tenu leur assemblée générale le 20 juin à Vendôme dans un contexte national assez difficile.

Le 20 juin, à Vendôme. Denis Moulin (au centre) et Claude Perdereau (à d.) ont tenu l’assemblée générale des abattoirs du Perche vendômois.

C’est dans une conjoncture nationale assez difficile que les abattoirs du Perche vendômois, présidés par Claude Perdereau, ont tenu leur assemblée générale le 20 juin à Vendôme.

Avec les vidéos diffusées en 2015 et 2016 de plusieurs abattoirs par l’association de protection animale L214, « une sorte de psychose naît au sein des abattoirs français. Ces images ont malheureusement fait beaucoup de bruit », observe Denis Moulin, directeur de l’abattoir.

Les services vétérinaires de la DDCSPP procèdent à une « stricte application de la réglementation communautaire ».

À l’abattoir de Vendôme, aucune maltraitance animale n’est constatée mais quelques points sont à améliorer comme la méthode d’étourdissement des porcs, la contention des veaux ou la mise en place d’autocontrôles. En ce sens, l’abattoir prévoit d’investir rapidement dans divers matériels.

Lors de cette assemblée générale, de nombreux sujets ont été abordés et discutés : le respect du règlement, la valorisation des cuirs, le problème du renouvellement des générations chez les éleveurs mais aussi chez les bouchers, la propreté des animaux à l’arrivée à l’abattoir…

Un système de paiement par carte bancaire est en discussion afin d’accélérer le processus.

Dans ce contexte, les abattoirs du Perche vendômois se portent plutôt bien. Ils enregistrent en effet un chiffre d’affaires de 9,2 millions d’euros en 2015 (contre 8,7 millions en 2014) et des comptes à l’équilibre, « une donnée essentielle au vu des investissements prévus cette année ».

De plus, le tonnage des animaux abattus est en progression, surtout en porc et mouton, mais en baisse pour le veau. « Cela s’explique par la baisse globale de la consommation et le prix plus élevé de cette viande », précise Denis Moulin.

Face à ces bons résultats, le directeur tient à rester prudent : « La commercialisation de la viande est aujourd’hui difficile. C’est la première année que j’entends les GMS se plaindre de la baisse des volumes vendus. »

Les plus lus

Hommage à Armelle Caffin, partie trop tôt
À la suite du décès d’Armelle Caffin dans sa 61e année le 30 décembre 2020, le journal Horizons tient à adresser ses plus vives…
Paul Duchenne glane le titre de meilleur pointeur d'Eure-et-Loir
La finale du concours départemental de jugement de bétail d'Eure-et-Loir s'est déroulée le 7 janvier à Saint-Ulphace (Sarthe).…
Des spiritueux des champs d'Île-de-France à la bouteille
La Distillerie d’Isle-de-France, installée à Fresnes-sur-Marne, produit gin, rhum et eau-de-vie à déguster (avec modération) ou à…
Clémence Drian
Les Gîtes de France reprennent leur autonomie en Eure-et-Loir
La commercialisation des Gîtes de France en Eure-et-Loir n'est plus assurée par l'ADRT, l'association reprend son autonomie.
Les producteurs locaux à la fête !
Évènement organisé par JA 41, Noël à la ferme s’est déroulé le week-end dernier à Vendôme. L’occasion, pour les producteurs…
Zoom sur l'association des trufficulteurs de Beauce Val de Loire
Marie-Christine Ligouis est présidente de l’association des trufficulteurs de Beauce Val de Loire. Elle nous raconte l’histoire…
Publicité