Aller au contenu principal

Covid : « amortir la charge hospitalière » en Eure-et-Loir

Tandis que le coronavirus gagne à nouveau du terrain, la préfecture d’Eure-et-Loir et l’ARS ont réuni la presse le 30 octobre à Chartres pour faire le point sur le reconfinement.

Emmanuel Macron a annoncé mercredi 28 octobre le reconfinement du pays pour quatre semaines, au minimum.

Deux jours plus tard, la préfète d\'Eure-et-Loir Fadela Benrabia et le directeur départemental de l’Agence régionale de santé, Denis Gelez, en détaillaient les modalités à la presse, au regard de la situation sanitaire eurélienne. 

Département « le plus touché de la région » lors de la première vague de l’épidémie de Covid-19, avec « notamment de nombreux décès dans les Ephad », l’Eure-et-Loir n’échappe pas à l’accélération de la diffusion du virus ces derniers temps. 

Le taux d’incidence – nombre de personnes testées positives pour 100 000 habitants – était de 215 au 27 octobre, avec une augmentation très forte en quinze jours.

« La courbe monte de façon presque verticale. C’est inquiétant. », souligne Denis Gelez.

Sur 100 personnes testées, plus de 16 sont positives, « contre 6 à 8 % il y a peu ». Les hospitalisations pour Covid-19 sont en forte hausse depuis le wee-kend du 24 octobre.

Et avec 15 personnes en réanimation pour Covid, sur un total de 22 lits disponibles* dans les hôpitaux de Chartres et Dreux, « le seuil d’alerte est atteint », note le directeur.

La préfète poursuit : « Au vu de ces courbes qui montent à pic et de la capacité des établissements de santé à accuser le choc, il faut amortir la charge hospitalière, d’où le confinement. »

« Le confinement doit aussi permettre de maintenir l’activité économique, reprend Fadela Benrabia. Le mot d’ordre, c’est le travail ! En télétravail quand c’est possible, en présentiel quand le télétravail n’est pas possible. » 

Elle explique que les établissements scolaires sont maintenus ouverts pour pallier « le décrochage et les situations inégales pour les enfants ».

Elle insiste aussi sur « le maintien du lien entre les résidents en Ehpad et leurs familles », sur la mobilisation des collectivités pour que « les services publics continuent à être rendus », et sur les aides mises en place pour donner « des perspectives d’avenir » aux entreprises en difficulté. 

Peu après la conférence de presse, la préfète a signé un arrêté qui rend obligatoire le port du masque en extérieur dans toutes les communes d’Eure-et-Loir.

Laure Sauvage

*au pic de la première vague, cette capacité avait été montée à 43 lits de réanimation en Eure-et-Loir. 

Les plus lus

Francis Tremblay
Le maraîcher Francis Tremblay nous a quittés
Le maraîcher francilien Francis Tremblay est décédé le 5 février à l'âge de 62 ans.
Cintrat
Le brasseur Emmanuel Cintrat passe à la vitesse supérieure
Emmanuel Cintrat, agriculteur et brasseur à Voise, a augmenté la capacité de production de sa bière artisanale, La Voisine.
Circuits courts : des étudiants en mode projets
Dans le cadre de leur BTS au lycée agricole Sully à Magnanville (Yvelines), vingt-sept étudiants planchent sur les circuits…
Les Graines de mon village d’Ocquerre
Une graineterie, telle est la diversification développée par Hervé et Bruno Gautier, polyculteurs à Ocquerre (Seine-et-Marne).
MFR de Chaingy : la nouvelle directrice dévoile ses objectifs
Directrice de la MFR de Chaingy (Orléans) depuis septembre 2020, Émilie Gabion nous parle de ses missions au sein de l’…
Julien de Clédat et sa porte de ruche connectée
Passionné par l’apiculture, Julien de Clédat a décidé d’aider les apiculteurs à gérer leurs ruches grâce à sa porte connectée…
Publicité