Aller au contenu principal

Covid : « amortir la charge hospitalière » en Eure-et-Loir

Tandis que le coronavirus gagne à nouveau du terrain, la préfecture d’Eure-et-Loir et l’ARS ont réuni la presse le 30 octobre à Chartres pour faire le point sur le reconfinement.

Emmanuel Macron a annoncé mercredi 28 octobre le reconfinement du pays pour quatre semaines, au minimum.

Deux jours plus tard, la préfète d\'Eure-et-Loir Fadela Benrabia et le directeur départemental de l’Agence régionale de santé, Denis Gelez, en détaillaient les modalités à la presse, au regard de la situation sanitaire eurélienne. 

Département « le plus touché de la région » lors de la première vague de l’épidémie de Covid-19, avec « notamment de nombreux décès dans les Ephad », l’Eure-et-Loir n’échappe pas à l’accélération de la diffusion du virus ces derniers temps. 

Le taux d’incidence – nombre de personnes testées positives pour 100 000 habitants – était de 215 au 27 octobre, avec une augmentation très forte en quinze jours.

« La courbe monte de façon presque verticale. C’est inquiétant. », souligne Denis Gelez.

Sur 100 personnes testées, plus de 16 sont positives, « contre 6 à 8 % il y a peu ». Les hospitalisations pour Covid-19 sont en forte hausse depuis le wee-kend du 24 octobre.

Et avec 15 personnes en réanimation pour Covid, sur un total de 22 lits disponibles* dans les hôpitaux de Chartres et Dreux, « le seuil d’alerte est atteint », note le directeur.

La préfète poursuit : « Au vu de ces courbes qui montent à pic et de la capacité des établissements de santé à accuser le choc, il faut amortir la charge hospitalière, d’où le confinement. »

« Le confinement doit aussi permettre de maintenir l’activité économique, reprend Fadela Benrabia. Le mot d’ordre, c’est le travail ! En télétravail quand c’est possible, en présentiel quand le télétravail n’est pas possible. » 

Elle explique que les établissements scolaires sont maintenus ouverts pour pallier « le décrochage et les situations inégales pour les enfants ».

Elle insiste aussi sur « le maintien du lien entre les résidents en Ehpad et leurs familles », sur la mobilisation des collectivités pour que « les services publics continuent à être rendus », et sur les aides mises en place pour donner « des perspectives d’avenir » aux entreprises en difficulté. 

Peu après la conférence de presse, la préfète a signé un arrêté qui rend obligatoire le port du masque en extérieur dans toutes les communes d’Eure-et-Loir.

Laure Sauvage

*au pic de la première vague, cette capacité avait été montée à 43 lits de réanimation en Eure-et-Loir. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La perdrix grise, une des productions phares de l\'élevage, est plutôt destinée aux départements limitrophes.
L'interdiction de chasser impacte les éleveurs de petit gibier
Thibault Pelletier élève du petit gibier à Écublé (Eure-et-Loir). Une activité fortement impactée par les mesures d'interdiction…
Le 16 novembre, à Chartres. Les Universités du soir de la Chambre sur la certification HVE ont été retransmises en direct sur Youtube.
La certification HVE fait le plein
La chambre d'Agriculture a consacré, le 16 novembre, ses 28es Universités du soir au thème de la certification HVE en grandes…
Pa'dou, ou la patate douce acclimatée en Eure-et-Loir
Séverine et Rodolphe Pichard, installés sur leur ferme de Louasville, sont à l'origine de l'introduction de la culture de la…
Charlin Hallouin : « J’aime tester en mesurant les risques	».
Charlin Hallouin, céréalier et producteur d’oléagineux
Installé en grandes cultures à Danzé, Charlin Hallouin produit des céréales et des oléagineux. Le président de JA 41 fabrique son…
Betteraves : des solutions en perspective
Le syndicat betteravier régional a tenu son assemblée générale le 19 novembre. L'occasion pour Alexandre Pelé, président de la…
Le Gaec Perron est équipé d’un robot de traite depuis 2013. Celui-ci sera renouvelé en 2021.
Julien Perron, éleveur-multiplicateur
Installé en Gaec à Sainte-Anne (Loir-et-Cher), Julien Perron produit du lait de vache et multiplie des semences certifiées de…
Publicité