Aller au contenu principal

Crise de l’élevage : une aide conjoncturelle du conseil régional

La région Centre Val-de-Loire débloque plus de deux millions d’euros en soutien aux exploitations d’élevage. Ce dispositif sera voté lors de la session plénière du 15 octobre.

Lors de la signature de la deuxième génération du Cap’filière bovins lait à Muides-sur-Loir (Loir-et-Cher) le 17 septembre, Marie-Madeleine Mialot, vice-présidente du conseil régional du Centre Val-de-Loire, a annoncé que la région débloquait 2,6 millions d’euros de soutien pour les éleveurs. Cette aide conjoncturelle intervient dans le contexte de crise que connaît l’élevage depuis plusieurs mois, accentuée par la sécheresse de cet été.

Elle intervient aussi « suite à la demande de la FRSEA, des JA Centre et de la chambre régionale d’Agriculture », indique la FRSEA du Centre Val-de-Loire.

« Les agriculteurs de la région et, notamment, de Loir-et-Cher, se sont mobilisés tout l’été et le 3 septembre à Paris pour dénoncer la situation économique intenable de nos exploitations », note le président de la FDSEA 41, Florent Leprêtre.

Il ajoute : « Cette mobilisation et l’action des dirigeants régionaux et départementaux ont permis une prise de conscience, par le conseil régional, de l’importance de l’agriculture dans notre région et de l’état économique et financier dégradé de ses exploitations. Au-delà du montant toujours insuffisant au regard de la gravité de la crise, la reconnaissance de la nécessité d’intervenir par la région à l’heure où ses compétences économiques sont renforcées était indispensable. » 

Le conseil régional a défini les modalités de l’aide. Il s’agira d’un soutien de mille euros pour les exploitations porcines qui vendent plus de cinq cents porcs par an et sont engagés dans la marque « le porc français », d’un soutien de sept cents euros pour les exploitations bovines (lait et/ou viande) de plus de quarante UGB (unités de gros bétail) et d’un soutien de cinq cents euros pour les exploitations ovines ou caprines de plus de trente UGB.

Le nombre d’UGB s’appréciera à la date de la demande. L’exploitation (hors exploitation porcine) doit compter au moins vingt hectares de surface fourragère pour être éligible.

Une enveloppe de 300 000 euros, doublée d’autant par l’Europe, est mise en place au titre de la politique d’appui aux filières de la région. Elle a pour but d’augmenter, pour l’année 2015, les plafonds de dépenses éligibles qui passeraient de 70 000 à 300 000 euros pour les projets d’investissement dans les exploitations bovines et porcines.

Pour bénéficier de l’aide du conseil régional, il faudra en faire la demande par Internet entre le 16 et le 30 octobre et un chèque sera ensuite envoyé début décembre aux exploitations éligibles. Cette aide est donc forfaitaire et unique par exploitation.

Attention : cette aide s’inscrira dans le cadre des aides « de minimis ». Il ne faut donc pas que l’exploitation ait touché, sur les années 2013, 2014 et 2015, plus de quinze mille euros d’aide spécifique (notamment Fac) pour être éligible.

Horizons, avec FRSEA Centre Val-de-Loire

Les plus lus

Francis Tremblay
Le maraîcher Francis Tremblay nous a quittés
Le maraîcher francilien Francis Tremblay est décédé le 5 février à l'âge de 62 ans.
Circuits courts : des étudiants en mode projets
Dans le cadre de leur BTS au lycée agricole Sully à Magnanville (Yvelines), vingt-sept étudiants planchent sur les circuits…
Cintrat
Le brasseur Emmanuel Cintrat passe à la vitesse supérieure
Emmanuel Cintrat, agriculteur et brasseur à Voise, a augmenté la capacité de production de sa bière artisanale, La Voisine.
Les Graines de mon village d’Ocquerre
Une graineterie, telle est la diversification développée par Hervé et Bruno Gautier, polyculteurs à Ocquerre (Seine-et-Marne).
MFR de Chaingy : la nouvelle directrice dévoile ses objectifs
Directrice de la MFR de Chaingy (Orléans) depuis septembre 2020, Émilie Gabion nous parle de ses missions au sein de l’…
Julien de Clédat et sa porte de ruche connectée
Passionné par l’apiculture, Julien de Clédat a décidé d’aider les apiculteurs à gérer leurs ruches grâce à sa porte connectée…
Publicité