Aller au contenu principal

Cyrille Milard : « Dialogue et communication sont les garants de l’acceptation de nos pratiques »

En cette période de rentrée, le président de la Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles de Seine-et-Marne (FDSEA 77) fait le point sur les dossiers d’actualité.

Horizons  : En cette période de rentrée, quel premier bilan tirez-vous de la moisson  ?

Cyrille Milard  : C’est une moisson atypique, largement en dessous des moyennes historiques, qui masque de fortes hétérogénéités par canton voire même au sein d’une même commune. Si nous pouvons nous satisfaire du bon niveau qualitatif de nos récoltes, les volumes collectés sont à la baisse. Cette moisson engendre des situations économiques très difficiles, à l’image de l’année noire de 2016, dans un certain nombre de nos entreprises. Les résultats d’exploitation s’annoncent proches de zéro. Malheureusement, les récoltes d’automne (betteraves et maïs) accentueront ces mauvais chiffres.

Report des dates de semis des SIE, défense de la filière betterave face à la récolte catastrophique annoncée, rencontre sur le terrain avec le nouveau ministre de l’Agriculture, échanges avec la gendarmerie face à la multiplication des vols… tout au long de la période estivale, la FDSEA 77 a été présente sur tous les fronts. Quelles avancées majeures en retenez-vous  ?

Le sujet des néonicotinoïdes sur betteraves a mobilisé l’attention durant la période estivale. La Confédération générale des planteurs de betteraves (CGB), Jeunes agriculteurs et votre FDSEA 77 ont œuvré pendant des mois pour lancer l’alerte d’une catastrophe annoncée. Notre travail de terrain a porté ses fruits auprès des politiques puisque nous avons réussi à convaincre le ministre de l’Agriculture de faire marche arrière afin d’obtenir un projet de loi de dérogation sur cet insecticide. Nous devons rester vigilants jusqu’à l’aboutissement de ce dossier.

L’an passé, l’instauration de ZNT (Zones de non-­traitement) riverains était au cœur des inquiétudes. Où en est-on de ce dossier, sur lequel la FDSEA 77 s’est fortement mobilisée  ?

Les ZNT doivent se mettre en place sur toutes les surfaces semées, les chartes seront validées dans les prochains jours et nous obligeront à respecter les mesures imposées. Une communication adéquate à destination des agriculteurs est en cours. Au regard de la pression d’environnementalistes, nous ne sommes pas à l’abri de conflits de voisinage. Cette charte est opposable et doit nous servir pour justifier nos pratiques. Je rappelle que le dialogue et la communication sont le garant de l’acceptation de nos pratiques auprès des populations. Je compte aussi sur l’intelligence de chacun pour éviter les conflits.

En cette période de rentrée, spéciale au regard des conditions sanitaires qui engendrent l’annulation de nombreuses manifestations, quels sont les principaux sujets sur lesquels travaillera la FDSEA 77   ?

Un certain nombre d’agriculteurs seront en grande difficulté financière d’ici à la fin de l’année. Nous travaillons actuellement sur des mesures pour accompagner et atténuer ces mauvais résultats. Des pistes sont à construire comme un dégrèvement de TFNB, des exonérations de charges sociales, un soutien par les collectivités, un appui bancaire… Comptez sur nous, notre mobilisation reste entière. 

Propos recueillis par Laurence Goudet-Dupuis

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Baisse attendue du résultat des exploitations en 2020
Le CERFrance alliance Centre a livré les chiffres de son panorama des exploitations euréliennes. Rencontre avec son directeur,…
Pa'dou, ou la patate douce acclimatée en Eure-et-Loir
Séverine et Rodolphe Pichard, installés sur leur ferme de Louasville, sont à l'origine de l'introduction de la culture de la…
La perdrix grise, une des productions phares de l\'élevage, est plutôt destinée aux départements limitrophes.
L'interdiction de chasser impacte les éleveurs de petit gibier
Thibault Pelletier élève du petit gibier à Écublé (Eure-et-Loir). Une activité fortement impactée par les mesures d'interdiction…
« Nos décideurs se fichent de nous  ! »
Betteravier à Villexanton (Loir-et-Cher) pour le compte de Tereos, Bertrand Menon accuse une perte de rendement de 50  % à cause…
Alexandra Laurent-Claus présente sa gamme de produits cosmétiques au lait d'ânesse, présentée dans sa ferme.
Alexandra Laurent-Claus et ses savons au lait d'ânesse
Alexandra Laurent-Claus est une jeune éleveuse qui fabrique des produits cosmétiques à base de lait d'ânesse. Dynamique et…
L’assemblée générale de la FAV 41 s’est déroulée le 23 octobre à Monthou-sur-Bièvre dans le respect des règles sanitaires : port du masque, distanciation physique et absence de moment convivial à la fin des travaux.
«  Maintenir une viticulture dynamique  »
La Fédération des associations viticoles de Loir-et-Cher (FAV 41) a tenu son assemblée générale le 23 octobre à Monthou-sur-…
Publicité