Aller au contenu principal

"De grands changements"

Arnaud Huteau préside la coopérative de Boisseaux.

Comment gérez-vous la crise sanitaire ?

Arnaud Huteau : Les collaborateurs de la coopérative sont isolés. Ceux qui travaillent dans les bureaux restent dans les bureaux et ceux qui travaillent dans les silos restent dans les silos. Les échanges se font par téléphone.

Fonctionnez-vous normalement ?

Nous sommes dans la filière alimentaire. Les meuniers viennent chercher du blé en permanence. Nous devons donc rester ouverts. Le personnel administratif qui le peut est en télétravail. Aujourd’hui, vous arrivez à me joindre car j’effectue un passage éclair afin que nos équipes ne se sentent pas abandonnées.

Comment les choses se passent-elles avec les adhérents ?

Ceux-ci prennent rendez-vous quand ils veulent s’approvisionner. Nous leur préparons leur commande et nous la mettons, par exemple, devant le bâtiment dédié aux phytosanitaires. L’agriculteur ne croise pas l’opérateur.

Parvenez-vous à vous adapter à la situation ?

Celle-ci occasionne de grands changements. Il n’y a plus de contact humain. Mais nous ne sommes pas en rupture de stock. Il n’y a pas de surcroît d’activité. Celle-ci est même plus ralentie qu’en temps normal.

Qu’avez-vous dit à vos collaborateurs ?

Le maître-mot, c’est la protection. Les salariés sont équipés de masques anti-poussière. Ceux-ci, à défaut d’être totalement efficaces, évitent de se toucher le visage.

Quelles sont les répercussions économiques de la crise ?

Pour l’instant, ce n’est pas notre premier souci. La priorité est de protéger les personnes. Cependant, nous construisons un silo. Celui-ci devait entrer en service lors de la moisson 2020. L’arrêt des travaux occasionnera un préjudice. Concernant l’activité régulière, les expéditions de blé dur et d’orge se font relativement normalement. Je pense donc que l’argent va rentrer.

Quel est l’état d’esprit des adhérents ?

La situation est représentative du reste de la population. Au début, les gens se moquaient des précautions que nous avions prises. Aujourd’hui, tout le monde est conscient que c’est grave.

Propos recueillis par Olivier Joly

Les plus lus

Hommage à Armelle Caffin, partie trop tôt
À la suite du décès d’Armelle Caffin dans sa 61e année le 30 décembre 2020, le journal Horizons tient à adresser ses plus vives…
Paul Duchenne glane le titre de meilleur pointeur d'Eure-et-Loir
La finale du concours départemental de jugement de bétail d'Eure-et-Loir s'est déroulée le 7 janvier à Saint-Ulphace (Sarthe).…
Des spiritueux des champs d'Île-de-France à la bouteille
La Distillerie d’Isle-de-France, installée à Fresnes-sur-Marne, produit gin, rhum et eau-de-vie à déguster (avec modération) ou à…
Clémence Drian
Les Gîtes de France reprennent leur autonomie en Eure-et-Loir
La commercialisation des Gîtes de France en Eure-et-Loir n'est plus assurée par l'ADRT, l'association reprend son autonomie.
Les producteurs locaux à la fête !
Évènement organisé par JA 41, Noël à la ferme s’est déroulé le week-end dernier à Vendôme. L’occasion, pour les producteurs…
Zoom sur l'association des trufficulteurs de Beauce Val de Loire
Marie-Christine Ligouis est présidente de l’association des trufficulteurs de Beauce Val de Loire. Elle nous raconte l’histoire…
Publicité