Aller au contenu principal

Dégâts de la faune sauvage : une application pour les signaler

Une application, mise à disposition par la chambre d’Agriculture de région Île-de-France, permet de signaler les dégâts de faune sauvage.

La chambre d’Agriculture de région Île-de-France met à disposition des agriculteurs, mais également de tous les citoyens, une application permettant de faciliter le signalement des dégâts de la faune sauvage sur son exploitation agricole. Cet outil téléchargeable n’a pas valeur de déclaration à la Fédération des chasseurs pour l’indemnisation des dégâts mais comporte de très nombreux avantages.

Les dégâts de la faune sauvage sur les cultures et les élevages sont loin d’être anodins et impactent chaque année les exploitations agricoles. Selon les derniers chiffres collectés en 2019, ils s'élèvent à 20 millions d’euros estimés pour les dégâts de corvidés, 30 millions d’euros du fait de la prédation du loup…Pour l’Île-de-France, les dégâts recensés concernent plus de 3 500 hectares et près de 3 millions d’euros (1 600 000 euros et 1 820,41 hectares pour les pigeons ; 520 000 euros et près de 1 320 hectares pour les corvidés ; plus de 68 000 euros pour le renard). Et tant d’autres dégâts pour lesquels aucun chiffrage n’a jamais été effectué. « Par manque de données, nous ne pourrons pas consolider les demandes de classement des nuisibles, maintenant appelés Espèces susceptibles d’occasionner des dégâts (Esod) », précisent les présidents de la commission faune sauvage des FDSEA d'Île-de-France et de Seine-et-Marne, respectivement Gilles Maigniel et Philippe Girardot. Au-delà des enquêtes réalisées par les différents réseaux des chambres d’Agriculture, des FDSEA ou des Jeunes agriculteurs, ce nouvel outil de déclaration simple d’utilisation créé par les Chambres permet de prendre une photo des dégâts causés par un renard dans une basse-cour, d’une fouine dans un élevage avicole ou d’un semis de maïs ravagé par les corbeaux freux.

« Signaler dégâts faune sauvage » : une application digitale développée par les chambres d’Agriculture

Développée à l’origine par la chambre d’Agriculture de Haute-Vienne, cette application est accessible sur les principalesplateformes de téléchargement iOS et Android. Elle permet de géolocaliser facilement le lieu où les dégâts sont constatés. Les photos pourront être transmises très facilement. Ces divers signalements permettront également d’enrichir une base de données scientifiques relative à la pression de la faune sauvage sur les cultures et les élevages et serviront de base aux différentes mesures à mettre en place pour en minimiser l’impact.

Instituts de recherche, Fédérations départementales de chasse et Directions départementales des Territoires considèrent cette démarche comme une avancée. Les données récoltées au niveau départemental seront centralisées par la suite au niveau national à Chambres d’agriculture France qui établira une jonction avec les différents Instituts de recherche et ministères concernés.

Au-delà des mesures nationales, cette application permettra aussi de sécuriser les dossiers de demandes départementales de classement des Esod. Les éléments récoltés pourront être joints aux mémoires de défense lors de contestations des arrêtés devant le tribunal compétent. « Il en va du maintien en Esod de certaines espèces », appuient Gilles Maigniel et Philippe Girardot.

Un simulateur intégré permettra également de représenter le montant des indemnités en cas de déclaration. Attention, dans le cas de dégâts occasionnés par le grand gibier (sangliers, cerfs, chevreuils…) ou par les prédateurs (loup, ours, lynx), la demande d’indemnisation doit se faire auprès de la Fédération des chasseurs ou des pouvoirs publics en charge de l’indemnisation.

« Cette application est un nouvel outil pratique à notre disposition. Téléchargez-la et utilisez-la dès que vous constatez des dégâts », concluent Gilles Maigniel et Philippe Girardot.

Comment faire ?

Vous êtes agriculteur, chasseur ou citoyen confronté à des dégâts, pensez à utiliser l’outil de déclaration en ligne. Voici comment procéder :
- téléchargez l’application gratuite via Google Play ou l'App Store, ou en tapant Signaler dégâts faune sauvage ; 
- créez un compte (il vous sera demandé vos nom, prénom, mail, la création d’un mot de passe et votre numéro de portable) ;
- prenez une photo des dégâts ou passez à l’écran suivant ;
- localisez votre position ;
- renseignez les informations demandées (nom de la parcelle), sélectionnez l’espèce qui a causé les dommages, sélectionnez le support du dégât (culture, animal), précisez si la parcelle est conduite en agriculture biologique, précisez la surface détruite ou le nombre d’animaux tués, cochez la case « moyen de protection » ou « moyens de régulation » si nécessaire.
- et envoyez.
Les commissions faune sauvage ont défini des tarifs moyens des dégâts aux cultures en conformité avec le référentiel régional et établi le montant pour les animaux en association avec la FDC.

 

Sur le même sujet, voir aussi notre article Déclarer ses dégâts de gibier devient plus simple et rapide

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Familles de paysans, 100 ans d'histoire
Diffusé lundi 27 novembre à 21 h 10 sur M6, le documentaire coproduit et présenté par Karine Le Marchand « Familles de paysans,…
Fermage et taxe foncière 2023 : quels calculs ?
Rappel et précisions concernant le calcul de la taxe foncière dans le cadre des fermages.
Justine Champion s’est installée sur 19 hectares et a pour projet de mettre en place des clôtures pour faire pâturer ses chèvres l’année prochaine.
De salariée à jeune installée hors cadre familial
Avoir été salariée d’élevage pendant plusieurs années est un bon moyen d’acquérir de l’expérience avant de s’installer hors cadre…
Les semis d'automne sont rendus difficiles par une météo très pluvieuse. Pour la plupart, le labour est incontournable.
Récoltes, semis, traitements : la pluie et le vent rendent la tâche compliquée
Entre pluie et vent, les conditions de travail sont parfois difficiles en plaine. Tour d'horizon de la situation, secteur par…
Étienne Accault (à g.) et Mickaël Berthault (à d.) ont opté pour la location d’une moissonneuse-batteuse en commun.
​​​​​​​« Partager les coûts et l’expérience avec la location en commun »
La hausse du prix du matériel agricole amène certains agriculteurs à réfléchir à de nouveaux modes de fonctionnement avant d’…
Opération NADA vendredi 24 novembre
À l'appel de la FNSEA, la FDSEA et les JA Île-de-France se mobiliseront vendredi 24 novembre.
Publicité