Aller au contenu principal

Édito
Démarches administratives ou parcours du combattant ?

Agriculteur aux Alluets-le-Roi (Yvelines), Olivier Gousseau est président du syndicat local de Maule et administrateur de la FDSEA Île-de-France.

Dans notre pays, les délais administratifs sont très longs et ils se sont encore accentués depuis le Covid. On arrive aujourd'hui à des aberrations.

Pour un simple branchement électrique, il faut environ huit semaines pour un compteur provisoire ! Celui-ci permet d’attendre trois mois la mise en place d’un compteur définitif et le passage de conformité pour obtenir le consuel qui permettra l’arrivée de l’électricité.

Toutes ces démarches sont essentiellement dématérialisées. On nous balade de service en service, on ne compte plus les bugs et les erreurs sans oublier le fait que nos demandes agricoles, bien souvent, ne rentrent pas dans les cases...

Résultat, ce sont des heures passées à essayer de trouver le bon interlocuteur.

Notre métier impose que l’on soit sur le terrain mais le travail au bureau prend aujourd’hui une place impressionnante. L’agriculteur moderne passe plus de temps dans son bureau que dans ses parcelles ! Faire une démarche administrative devient une grande aventure sans connaissance de la date de réalisation.

Nous vivons dans deux mondes parallèles : le concret, le vrai, le terrain face au virtuel, à l’avatar, aux fiches papiers. Alors que le monde s’accélère, la 5G arrive. Sur le terrain pourtant, tout se complexifie. Demande de permis en huit exemplaires, attente d’autorisation, mise aux normes, mise en conformité…

À cela s’ajoute la gestion des stocks : flux tendus, délais de livraison, logistique avec ses propres contraintes. La peur de la pénurie, de la pandémie, de la crise sanitaire, stigmatise les flux.

Malgré tout, l’agriculteur par son cœur de métier, arrive à organiser ses stocks en amont pour assurer une gestion sereine de ses cultures. Gérer le temps d’une année culturale est la base de notre métier.

En revanche, tout montage de dossier est devenu complexe et devient une entrave à la liberté d’entreprendre. Les démarches deviennent sources de migraines et d’insomnies…Tout cela conduit à un épuisement moral digne de décourager tout porteur de projet.

La politique nous encourage et les consommateurs sont demandeurs d’une nouvelle agriculture, mais la mise en place est compliquée par des entraves administratives. Ce sont des facteurs humains qui nous échappent et qui bloquent nos dossiers pour parfois une virgule de travers (annexes supplémentaires, documents impossibles à produire, nouveaux plans, échelle à modifier, plan sécurité, impact environnemental, risques à évaluer ou à imaginer…).

Une fois la crise sanitaire passée, la remise en route de notre économie va demander beaucoup d’énergie. J’espère qu’elle ne sera pas dévorée par trop de documents à produire...

Les plus lus

Francis Tremblay
Le maraîcher Francis Tremblay nous a quittés
Le maraîcher francilien Francis Tremblay est décédé le 5 février à l'âge de 62 ans.
Cintrat
Le brasseur Emmanuel Cintrat passe à la vitesse supérieure
Emmanuel Cintrat, agriculteur et brasseur à Voise, a augmenté la capacité de production de sa bière artisanale, La Voisine.
Circuits courts : des étudiants en mode projets
Dans le cadre de leur BTS au lycée agricole Sully à Magnanville (Yvelines), vingt-sept étudiants planchent sur les circuits…
Les Graines de mon village d’Ocquerre
Une graineterie, telle est la diversification développée par Hervé et Bruno Gautier, polyculteurs à Ocquerre (Seine-et-Marne).
MFR de Chaingy : la nouvelle directrice dévoile ses objectifs
Directrice de la MFR de Chaingy (Orléans) depuis septembre 2020, Émilie Gabion nous parle de ses missions au sein de l’…
Julien de Clédat et sa porte de ruche connectée
Passionné par l’apiculture, Julien de Clédat a décidé d’aider les apiculteurs à gérer leurs ruches grâce à sa porte connectée…
Publicité