Aller au contenu principal

Culture
Déplacement du Compa : lettre ouverte aux ministres de tutelle

L'association des Amis du Compa a adressé une lettre ouverte aux ministres de la Culture et de l'Agriculture, pour attirer leur attention sur le sort réservé à leur musée.

« Comment le président du Département peut-il décider de faire disparaître un musée unique en France, voire en Europe ? », s'interrogent les Amis du Compa, le 2 avril, dans une lettre ouverte à l'adresse des ministres de la Culture et de l'Agriculture.

Il s'agit pour l'association de leur dire que le « dernier musée d'envergure sur le monde agricole et rural se meurt ».

Elle leur explique que son actuel propriétaire a fermé le musée il y a un an, en « invoquant la crise sanitaire », et qu'il envisage aujourd'hui le déménagement de ses collections vers l'ancienne base aérienne de Châteaudun ainsi que de tout ce qui est exposé dans la rotonde qui accueille le musée, pour le remplacer par des réserves visitables à Châteaudun.

Urbains et ruraux

L'association, présidée par ­William Belhomme, s'interroge sur le bien-fondé de ce déménagement, alors qu'un rapport produit en 2018 sur ce sujet préconisait un maintien du musée dans l'agglomération chartraine.

Pour les Amis du Compa, celui-ci se doit d'assurer une de ses missions, « la compréhension nécessaire entre ruraux et urbains, entre producteurs et consommateurs ».

Pour eux, « ce musée a sa place à quelques pas de la cathédrale de Chartres, édifiée grâce au travail de milliers de paysans au Moyen Âge ».

Selon l'association, « est-ce qu'une accumulation de machines dans un hangar remplace un parcours muséal organisé autour d'un discours illustré par une grande diversité de pièces de collection ? ».

D'autant qu'aujourd'hui, l'agriculture est au centre de bien des débats dans la société. Or le projet scientifique et culturel du Compa associait, depuis de nombreuses années, les thèmes de l'environnement et de l'alimentation.

Cette lettre souligne également, à l'attention des ministres, les investissements publics réalisés lors de sa réhabilitation de 1985, ceux consacrés à sa modernisation en 2015 et les coûts liés à la conservation et à la restauration de sa collection de quelque huit mille pièces.

Pour l'intérêt général

Enfin, les Amis du Compa relèvent que « le Département détient avant tout une collection publique, qui doit, de ce fait, être conservée et exposée dans un souci de l'intérêt général » et se demandent s'il ne faudrait pas envisager un autre mode de gestion ou un transfert vers une autre collectivité territoriale.

Ce qu'ils ne veulent pas, c'est du hangar-musée qu'on leur promet et concluent : « Nous comptons sur votre soutien pour sauver ce musée et ce patrimoine agricole qui appartient à tous ».

Pétition

Les Amis du Compa ont mis à jour la pétition lancée sur Change.org pour protester contre la fermeture du musée. Pour la signer : https://urlz.fr/frli.

Photo : Dans leur lettre ouverte, les Amis du Compa rappellent les investissements publics réalisés depuis son ouverture ou pour sa modernisation en 2015 (archives).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
La moisson est terminée dans le département et des tendances se dessinent, sans résultats définitifs pour l'instant.
Les tendances de la moisson en Loir-et-Cher
Les chiffres des rendements concernant les céréales sont chaque année grandement attendus. Frédéric Cadoux, conseiller grandes…
Publicité