Aller au contenu principal

Culture
Déplacement du Compa : lettre ouverte aux ministres de tutelle

L'association des Amis du Compa a adressé une lettre ouverte aux ministres de la Culture et de l'Agriculture, pour attirer leur attention sur le sort réservé à leur musée.

« Comment le président du Département peut-il décider de faire disparaître un musée unique en France, voire en Europe ? », s'interrogent les Amis du Compa, le 2 avril, dans une lettre ouverte à l'adresse des ministres de la Culture et de l'Agriculture.

Il s'agit pour l'association de leur dire que le « dernier musée d'envergure sur le monde agricole et rural se meurt ».

Elle leur explique que son actuel propriétaire a fermé le musée il y a un an, en « invoquant la crise sanitaire », et qu'il envisage aujourd'hui le déménagement de ses collections vers l'ancienne base aérienne de Châteaudun ainsi que de tout ce qui est exposé dans la rotonde qui accueille le musée, pour le remplacer par des réserves visitables à Châteaudun.

Urbains et ruraux

L'association, présidée par ­William Belhomme, s'interroge sur le bien-fondé de ce déménagement, alors qu'un rapport produit en 2018 sur ce sujet préconisait un maintien du musée dans l'agglomération chartraine.

Pour les Amis du Compa, celui-ci se doit d'assurer une de ses missions, « la compréhension nécessaire entre ruraux et urbains, entre producteurs et consommateurs ».

Pour eux, « ce musée a sa place à quelques pas de la cathédrale de Chartres, édifiée grâce au travail de milliers de paysans au Moyen Âge ».

Selon l'association, « est-ce qu'une accumulation de machines dans un hangar remplace un parcours muséal organisé autour d'un discours illustré par une grande diversité de pièces de collection ? ».

D'autant qu'aujourd'hui, l'agriculture est au centre de bien des débats dans la société. Or le projet scientifique et culturel du Compa associait, depuis de nombreuses années, les thèmes de l'environnement et de l'alimentation.

Cette lettre souligne également, à l'attention des ministres, les investissements publics réalisés lors de sa réhabilitation de 1985, ceux consacrés à sa modernisation en 2015 et les coûts liés à la conservation et à la restauration de sa collection de quelque huit mille pièces.

Pour l'intérêt général

Enfin, les Amis du Compa relèvent que « le Département détient avant tout une collection publique, qui doit, de ce fait, être conservée et exposée dans un souci de l'intérêt général » et se demandent s'il ne faudrait pas envisager un autre mode de gestion ou un transfert vers une autre collectivité territoriale.

Ce qu'ils ne veulent pas, c'est du hangar-musée qu'on leur promet et concluent : « Nous comptons sur votre soutien pour sauver ce musée et ce patrimoine agricole qui appartient à tous ».

Pétition

Les Amis du Compa ont mis à jour la pétition lancée sur Change.org pour protester contre la fermeture du musée. Pour la signer : https://urlz.fr/frli.

Photo : Dans leur lettre ouverte, les Amis du Compa rappellent les investissements publics réalisés depuis son ouverture ou pour sa modernisation en 2015 (archives).

Les plus lus

Joffrey Mulon.
Joffrey Mulon, compagnon du goût
Joffrey Mulon est artisan boucher-charcutier-traiteur à Sully-sur-Loire (Loiret). Sélectionné parmi les meilleurs artisans de…
Temps de pauses
Avec son projet photographique Identité paysanne, l’artiste Pauline Weber pose un regard touchant sur son père et l’attachement…
La vente du domaine de Grignon est reportée au 31 décembre.
Grignon : coup d'arrêt pour la vente du domaine
L'État a reporté la signature du compromis de vente du domaine au 31 décembre.
Les bottes de haricots sont pleines.
150 tonnes de haricots refusées à cause du datura
Emmanuel Calers, installé à Souvigny-en-Sologne, s'est vu refuser la totalité de sa production de haricots en raison de présence…
À 28 ans, Pierre Carvalho lance l'application Lioca pour promouvoir le « mieux manger ».
Lioca : une plateforme de vente pour valoriser le local
Début septembre, Pierre Carvalho a lancé la plateforme Lioca afin de proposer aux Orléanais des produits locaux et, pour la…
Le 27 septembre à Pussay (Essonne). Valérie Lacroute a débuté sa journée de visite chez le Jeune agriculteur Victor Rabier dans son exploitation de grandes cultures.
Valérie Lacroute sur les terres ouest franciliennes
La nouvelle vice-présidente de la Région Île-de-France en charge de l'agriculture, Valérie Lacroute, a effectué une première…
Publicité